Patrimoine de France

 Pissarro le premier des impressionnistes

Expositions
Pissarro le premier des impressionnistes

Précurseur du mouvement impressionniste, Camille Pissarro participa à l’organisation de la première exposition du groupe en 1874 et fut le seul à figurer à ses 8 manifestations. 35 ans après sa dernière rétrospective parisienne, les 60 chefs d’œuvre présentés au musée Marmottan illustrent son influence considérable sur l’évolution de l’art en France.

Close the overlay

Pissarro le premier des impressionnistes

dimanche 30 avril 2017
Contenu réservé aux abonnés
Premium

Louveciennes (1871) huile sur toile Coll. Part. © Christian Baraja
Aîné des impressionnistes, Pissarro (1830-1903) s’inspire d’abord de Delacroix pour sa conception de l’espace. Puis il est reçu au Salon en 1864 et 1865 comme élève de Corot. Péniche sur la Seine (vers 1863), peint au couteau après avoir observé Courbet, montre l’étendue de sa technique. Il se représente peu sur la toile: Autoportrait à la palette (vers 1896) sort pour la première fois du musée de Dallas.

Sa période de Louveciennes (1871) correspond à la naissance de l’impressionnisme. Outre ce paysage où l’on aperçoit l’aqueduc de Marly, il réalise selon les saisons plusieurs vues de la route devant son atelier, dont La Route de Versailles sous la neige, exposée pour la première fois en France. Pissarro s’installe à Pontoise à son retour d’Angleterre, alors que son atelier a été saccagé par les Prussiens durant son exode.

Gelée blanche à Ennery (1873) huile sur toile musée d’Orsay, Paris, legs de Enriqueta Alsop, au nom du docteur Eduardo Mollard, 1972 © RMN-Grand Palais (musée d’Orsay)/Hervé Lewandowski
Gelée blanche à Ennery (1873), que l’on peut considérer comme une œuvre emblématique de l’impressionnisme, est présentée à la première exposition de 1874.

L’instant est exprimé par l’opposition des couleurs complémentaires. Les ombres dessinent la perspective. Même si l’œuvre montre un paysage transformé par l’homme, il n’y a pas de sujet, juste une poétique de l’instant, celui du froid piquant d’une belle journée d’hiver. Avec Place du Vieux-Cimetière (1872), le sujet, c’est ce que le spectateur ressent. L’artiste ne raconte rien, il exprime seulement sa sensation.

Chemin montant (1875), en se rapprochant du style de Cézanne, illustre la collaboration et l’influence mutuelle entre les deux artistes. Puis c’est La Sente du Chou (1878), Pissarro part dans une autre direction qui aboutira au néo-impressionnisme. Il décompose les complémentaires en petites touches croisées.

La Seine à Rouen, l'ile Lacroix, effet de brouillard (1888) huile sur toile Philadelphia Museum of Art, Philadelphie, collection John G. Johnson, 1917 © Philadelphia Museum of Art, John G. Johnson collection, Cat. 1060
On verra rassemblés les 3 chefs d’œuvre de cette période: La Cueillette des pommes (1886), présentée à la dernière exposition impressionniste, est réalisée après une visite à Seurat qui vient de terminer La Grande Jatte. L’artiste joue sur la profondeur, le dualisme entre lumière locale et lumière ambiante pour construire la perspective. Avec La maison de la sourde (1886), la relation au réel est plus abstraite. On a moins la sensation de partager un instant. Dans La Seine à Rouen, l’ile Lacroix (1888), peint en atelier d’après une aquarelle, l’artiste laisse deviner, à l’aide de multiples petites touches pâles, le paisible plan d’eau de la Seine.

«Dieppe est un endroit formidable pour un peintre qui aime la vie, le mouvement, la couleur», écrit Pissarro. C’est ainsi qu’à l’issu de son dernier séjour en 1902, il donne L’Avant-port de Dieppe, après-midi à la ville (aujourd’hui l'un des chefs d’œuvre du Château-musée).

Peintre des séries urbaines, il est l’impressionniste qui a le plus peint Paris. Toujours installé en hauteur, derrière une fenêtre, il décrit l’animation des boulevards et des ponts où circulent les voitures à cheval. Il loue un appartement place Dauphine sur l’ile de la Cité pour réaliser Le Pont-Neuf, après-midi (1901). Si il focalise son attention sur les variations lumineuses et le mouvement des passants, à la différence de Monet, les cadrages sont différents.

Le Clocher d’Eragny vu de l’atelier (1894) huile sur toile Coll. Part. © DR
Au musée du Luxembourg, la seconde exposition sur l’artiste, Pissarro à Éragny la nature retrouvée, est complémentaire de celle de Marmottan. Elle approfondit la présence de l’artiste dans une bourgade de l’Eure, Éragny à côté de Gisors, et permet de découvrir des toiles encore en collection particulière. Situé dans le Vexin français, le village propose des motifs nouveaux à Pissarro, fermes, prairies, vergers, avec lesquels il se tourne vers le néo-impressionniste.

Après des photos de famille prises dans la propriété, on verra une des premières toiles réalisées dès son arrivée, L’Abreuvoir d’Éragny, très lumineux. Parmi les œuvres en collection privée, Effet de neige à Éragny (1885) montre une lumière éclatante. Le peintre attend parfois longtemps l’instant idéal pour obtenir l’éclairage désiré. Soleil couchant, automne (1886), jamais exposé car acheté par la mère de Seurat, illustre le renouveau artistique de l’artiste et son passage au...

1€ puis 5,90 euros / mois

Il vous reste 50% de l'article à découvrir.

L'accès à la totalité de cet article est protégé et réservé aux abonnés de Patrimoine de France. Profitez de nombreux cadeaux ‘Patrimoine’, de tout le contenu, de photographies ultra haute définition et bien d’autres avantages à partir de 1 euro seulement !

Je m'inscris !

Diaporama

Gelée blanche à Ennery (1873) huile sur toile musée d’Orsay, Paris, legs de Enriqueta Alsop, au nom du docteur Eduardo Mollard, 1972 © RMN-Grand Palais (musée d’Orsay)/Hervé Lewandowski - <a style='color: cyan;' href='images/uploads/fullsize/1493539644_06-pissarro_gelee_blanche_a_ennery--281-29.jpg'><i class='fa fa-floppy-o'></i> Haute résolution</a>
La Cueillette des pommes (1886) huile sur toile Ohara Museum of Art, Kurashiki © Ohara Museum of Art - <a style='color: cyan;' href='images/uploads/fullsize/1493539680_13-pissarro_la_cueillette_des_pommes.jpg'><i class='fa fa-floppy-o'></i> Haute résolution</a>
La Maison de la sourde et le clocher d'Éragny (1886) huile sur toile Indianapolis Museum of Art, Indianapolis, don anonyme, 2002-76 (imamuseum.org) © Courtesy of the Indianapolis Museum of Art - <a style='color: cyan;' href='images/uploads/fullsize/1493539720_14-pissarro_la_maison_de_la_sourde_et_le_clocher_d_eragny.jpg'><i class='fa fa-floppy-o'></i> Haute résolution</a>
La Seine à Rouen, l'ile Lacroix, effet de brouillard (1888) huile sur toile Philadelphia Museum of Art, Philadelphie, collection John G. Johnson, 1917 © Philadelphia Museum of Art, John G. Johnson collection, Cat. 1060 - <a style='color: cyan;' href='images/uploads/fullsize/1493539762_15-pissarro_la_seine_a_rouen_l_ile_lacroix_effet_de_brouillard.jpg'><i class='fa fa-floppy-o'></i> Haute résolution</a>
L’Avant-port de Dieppe, après-midi, soleil (1902) huile sur toile Château-musée de Dieppe © Ville de Dieppe, musée, B.Legros - <a style='color: cyan;' href='images/uploads/fullsize/1493539794_19-pissarro_l_avant_port_de_dieppe_apres_midi_soleil--281-29.jpg'><i class='fa fa-floppy-o'></i> Haute résolution</a>
Le Pont-Neuf, après-midi, soleil, première série (1901) huile sur toile Philadelphia Museum of Art, Philadelphie, legs de Charlotte Dorrance Wright, 1978 © Philadelphia Museum of Art, Bequest of Charlotte Dorrance Wright, 1978-1-24 - <a style='color: cyan;' href='images/uploads/fullsize/1493539831_20-pissarro_le_pont_neuf_apres_midi_soleil_premiere_serie.jpg'><i class='fa fa-floppy-o'></i> Haute résolution</a>
Vue de Bazincourt, effet de neige, soir (1894) huile sur toile Charlottenlund, Danemark © Ordrupgaard Museum photo Pernille Klemp - <a style='color: cyan;' href='images/uploads/fullsize/1493539884_300dpi-bazincourt-neige-1894.jpg'><i class='fa fa-floppy-o'></i> Haute résolution</a>
Le Clocher d’Eragny vu de l’atelier (1894) huile sur toile Coll. Part. © DR - <a style='color: cyan;' href='images/uploads/fullsize/1493539943_300dpi-le-clocher-eragny-vu-de-l-atelier.jpg'><i class='fa fa-floppy-o'></i> Haute résolution</a>

>> Profitez des commentaires ! Je m'abonne ! ou Je m'inscris gratuitement !<<

Patrimoine de France,
Commentaires:

Partagez cet article