Patrimoine de France

1 Milliard d

Archives / Lieux de Mémoire
1 Milliard d'obus, des millions d'Hommes

Cette année 16 du Centenaire de la grande Guerre marque le passage à la seconde moitié du conflit. L’exposition présente l’histoire de l’artillerie française, depuis les innovations techniques jusqu’à la fabrication qui mobilise les femmes dans les usines. Jusqu’au 5 décembre 2016

Close the overlay

1 Milliard d'obus, des millions d'Hommes

vendredi 05 août 2016
Contenu réservé aux abonnés
Premium

L’artillerie en 14-18

Canon de 75 mm modèle 1897 avec son avant-train, fabriqué à Bourges. Musée de l’Artillerie, Draguignan © photo François Rousseau
Cette arme qui devient dominante sur le champ de bataille, est responsable du plus grand nombre de morts et des blessures les plus terribles.


Concrétisé l'année du Centenaire de Verdun, ce projet d'une exposition scientifique et technique sur l'artillerie remonte à l'ouverture du musée en 2011. Les canons évoluent avec l'arrivée de la poudre au 14ème siècle, puis Griboval met en œuvre une artillerie préindustrielle, mais il faudra attendre Napoléon pour savoir l’utiliser stratégiquement.

Dans les forces en présence lors de la Première Guerre, l'artillerie légère française, efficace dans une guerre de mouvement, est handicapée dans une guerre de position face au matériel lourd allemand.

L'année 16 marque un tournant, lorsque la bataille rentre dans une troisième dimension avec l'aide de l'aviation.

Un obus du plus gros calibre tiré en France (400 mm) marque l'entrée de l'exposition, pour suggérer au public de revenir à la mode de l'époque, qui était de se faire photographier à son côté.

Galerie des obus et fresque des canons illustrent la démesure de l’évolution de l’artillerie durant le conflit.

Le canon de 75 mm modèle 1897 est la pièce maitresse de l’artillerie française lors de l’entrée en guerre. Mais il apparait rapidement inadapté à la guerre des tranchées.

Attelage du canon de 75 mm. Musée du Fort de Seclin © photo François Rousseau
L'exposition a donné l'occasion d'installer celui du musée de l’Artillerie avec son avant-train, tiré par 4 chevaux provenant du Fort de Seclin, permettant ainsi d'imaginer comment l’emmener sur le champ de bataille et le faire manœuvrer.

Sur le terrain, le canon de 75 tire 10 obus de 8 kg par minute durant 10 minutes, puis chauffe mais peut continuer à vitesse réduite de 4 coups par minute.

On peut estimer le coût moyen d'un obus de 75 à 120€ d’aujourd’hui.

En campagne, le canon est tiré par 6 chevaux et son caisson à munitions de 72 obus également par 6 chevaux. Il est servi par 7 hommes, commandés par un maréchal des logis.

Symbole de la Grande Guerre, le canon de 75 est représenté sur des assiettes patriotiques.

Mortier de 58 T n°2 Crapouillot. Musée de la Grande Guerre, Meaux © photo François Rousseau
L'artillerie de tranchée devient nécessaire pour atteindre,  par un tir courbe, la tranchée adverse. D'abord due à l'ingéniosité des soldats sur le front, elle se développe avec le mortier de 58, surnommé Crapouillot, qui tire des bombes à ailettes. Le serveur est donc lui-même dans la tranchée et se rapproche des fantassins.

Grâce à quelques tableaux, l’art n’est pas oublié dans l'exposition avec Marne 1914 par Alexandre Bloch, élève de Bastien-Lepage, Verdun de Ferdinand-Joseph Gueldry, élève de Gérôme et Eglise de Lihons-en-Santerre de Lucien Jonas, agréé peintre militaire.

Le canon de 37 à tir rapide modèle 1916 est une pièce rarissime prêtée par le musée de l’Armée. Ce canon d’accompagnement trouvera un rôle important contre les nids de mitrailleuses allemandes lors du retour de la guerre de mouvement.

Uniformes des artilleurs © photo François Rousseau
On retrouve les tenues des artilleurs, depuis le vêtement traditionnel du polytechnicien avec son...

1€ puis 5,90 euros / mois

Il vous reste 50% de l'article à découvrir.

L'accès à la totalité de cet article est protégé et réservé aux abonnés de Patrimoine de France. Profitez de nombreux cadeaux ‘Patrimoine’, de tout le contenu, de photographies ultra haute définition et bien d’autres avantages à partir de 1 euro seulement !

Je m'inscris !

Diaporama

>> Profitez des commentaires ! Je m'abonne ! ou Je m'inscris gratuitement !<<

Patrimoine de France,
Commentaires:

Partagez cet article