Patrimoine de France

Au Puy du Fou, l’Histoire en live

Sorties
Au Puy du Fou, l’Histoire en live

Le Puy du Fou célèbre cette année son 40e anniversaire avec un Oscar de la Meilleure Création au Monde attribué pour “Le Dernier Panache“, à Los Angeles de la cérémonie des Thea Awards 2017. Une reconnaissance internationale qui vient d’ajouter au prix du Meilleur Parc du Monde décerné aux USA en 2012 et 2014.

Close the overlay

Au Puy du Fou, l’Histoire en live

vendredi 12 mai 2017
Contenu réservé aux abonnés
Premium

Le château Renaissance restauré, décor de la Cinéscénie © photo F.Deflassieux
Tout avait pourtant commencé modestement en 1977, autour des ruines– ou plutôt du fantôme - d’un château Renaissance dont l’architecte n’était autre que le Primatice. Elles formèrent le décor au tout premier spectacle, en 1978, qui racontait l’histoire de la région. Classé et restauré, le vieux château sert toujours de toile de fond au grand spectacle qu’est devenue en 40 ans la modeste représentation d’origine, la Cinéscénie. Et le théâtre d’une nouvelle attraction, “la Renaissance du château“ qui ressuscite ses habitants et raconte son histoire… à la manière du Puy du Fou, comme si on y était.

 

La sellière travaille le cuir avec des outils traditionnels © photo F.Deflassieux
L’Histoire, elle est partout au Puy du Fou, la grande et la petite. Au point qu’à peine franchie l’entrée du Grand Parc, on ne sait plus trop à quelle époque on se trouve… en 1900 dans le Bourg Belle Époque, au son des rengaines et du vieux manège bois ? au cœur du Village XVIIIe avec son relai de poste, ses échoppes et ses vieux métiers ? ou dans la Cité Médiévale, au temps d’Aliénor d’Aquitaine, avec ses maisons à colombage et sa petite église romane. On s’y croirait !

On se balade ainsi d’un siècle à l’autre, découvrant au passage le potager où poussent, sous le regard vigilant de drôles d’épouvantails des simples, plantes médicinales et légumes d’antan, un bassin où un La Fontaine de pierre, entouré  de ses animaux préférés, s’anime et parlant et nous récite quelques unes de ses fables. Nous entrainant dans un labyrinthe enchanté où les animaux prennent la parole à tour de rôle.

On rencontre d’autres animaux le long des enclos où s’ébattent  chèvres, moutons, lapins, baudets du Poitou avec leurs longs poils, tandis que l’allée des volières et la fauconnerie abritent entre deux spectacles les aigles, faucons, vautours et autres rapaces.

Les animaux sont en effet partout présents, sur scène, à l’étable ou sur le pré, les familiers et les exotiques : lions, tigres, sangliers, autruches, dromadaires… ceux là interviennent surtout sur les spectacles

Les spectacles

Le Bal des Oiseaux Fantômes © photo F.Deflassieux
Celui où on les voit de plus près, jusqu’à les frôler, c’est Bal des Oiseaux fantôme, animé par 250 rapaces échappés d’une montgolfière-volière, qui volent d’un côté à l’autre de la piste, passent en rase-motte au dessus du public au gré des évolutions des fauconniers installés de part et d’autres des tribunes.

 Les plus nombreux sont ceux du Signe du Triomphe, spectacle gallo romain, qui commence par une grande parade où défilent chevaux, bœufs, chameaux, sangliers, autruches, la louve romaine, les oies du Capitole, … sans oublier les lions dévoreurs de chrétiens qui clôturent le spectacle. (le dresseur est vigilant et les spectateurs protégés par d’impressionnantes grilles hérissées de pointes). Les plus mis à contribution sont les chevaux, qui participent activement au spectacle des Vikings, avec les loups, autour du fort de l’An mil.

Les spectacles sont près d’une vingtaine, d’importance diverse, jamais très longs (10 à 40 mn, à part la Cinéscénie). Les plus simples, comme le Grand Carillon , le Bal des Sapeurs, les Automates Musiciens se voient debout en passant, ou assis sur quelques bancs de bois.

Les plus sophistiqués se déroulent dans une arène encadrée de tribunes, dont la plus spectaculaire est une reproduction du Colisée, avec le velum amovible qui abrite du soleil les spectateurs du Signe du Triomphe, tout comme celui de Rome à l’origine.

Certains sont à couvert  dans un vrai théâtre, ce qui est appréciable en cas d’intempéries, c’est le cas des Mousquetaires de Richelieu et surtout du Dernier Panache, avec sa tribune tournante de 2400 places qui plonge le spectateur au cœur d’une action trépidante : fusillades, cavalcades, tempête sur l’océan… une prouesse technique qui raconte l’épopée tragique du chef vendéen François Athanase de Charette. 

Le passé conjugué au futur

le drakkar des vikings surgit du fond des eaux © photo F.Deflassieux
Ce mariage heureux quoiqu’improbable entre le passé lointain et la technologie contemporaine est pour beaucoup pour le succès du Puy du Fou, qui l’a propulsé à deux reprises au rang de Meilleur Parc du Monde à Los Angeles en 2012 et 2014.

Les spectacles apparemment les plus simples semblent mus par des forces surnaturelles: le drakkar des Vikings surgissant des profondeurs d’un lac, tout comme, un peu plus loin la Table ronde entourée de ses chevaliers en armures. Une façon ludique de revisiter le Moyen âge.

le fort de l’an Mil et le village menacé par les envahisseurs © photo F.Deflassieux
Le plus étonnant peut être, à part la tribune tournante du Dernier Panache, ce sont les Néopter qui règlent depuis 2013 la chorégraphie de la Cinéscénie, le spectacle phare du Puy du Fou. Cette escouade de drones invisibles au public qui dansent tout l’été dans la nuit du ciel vendéen manœuvrent  les décors, synchronisent la musique, règlent les mouvements des acteurs et des décors, mieux que ne le ferait un metteur en scène en chair et en os.

La Cinéscénie est à la fois le spectacle le ancien et le plus nouveau du Puy du Fou. C’est aussi le plus long (1h40) et le plus important avec ses 2 000 acteurs – tous bénévoles comme aux débuts - qui racontent sur une scène de 23 hectares, l’histoire du Bas Poitou, (devenu  “Vendée“ lors de la création des départements en 1791) du Moyen âge à la dernière guerre, en passant bien sûr par le douloureux épisode de guerre civile qui opposa de 1793 à 1796 les paysans vendéens et les troupes républicaines.

Françoise Deflassieux

Informations pratiques


Le Puy du Fou est ouvert du début avril à la fin septembre, 10h-21h et la semaine de Noël.

Tarifs :

Entrée simple, donnant accès à tous les spectacles, à l’exception de la Cinéscénie: 38 € et 28 € enfant de 5 à 13 ans. 33 € et 23 € sur réservation.

Tarifs séjour : variables selon la période et le nombre de personnes.

Pour 2 jours et une nuit : A partir de 54€ par personne sur la base de 4 personnes

Adresse et télephone – Le Puy du Fou, 85590 Les Épesses, 0.820.09.10.10

Il est impossible de voir tous les spectacles en une seule journée, il est donc recommandé de prévoir au moins deux jours et une nuit. La “Cité Nocturne“ comporte cinq hôtels et une capacité d’accueil de 1868 lits. Le plus récent, la Citadelle, conjugue confort moderne et décor médiéval. On peut aussi dormir aux temps mérovingiens dans une hutte sur pilotis des Iles de Clovis, opter pour le luxe d’une villa gallo romaine, s’inviter chez François Ier dans les magnificences du Camp du Drap d’Or, ou choisir une des suites du Logis de Lescure, dans une bâtisse vendéenne XVIIIe.

Diaporama

La petite église de pierre de la Cité Médiévale © photo F.Deflassieux - <a style='color: cyan;' href='images/uploads/fullsize/1495013010_02-l-eglise-medievale.jpg'><i class='fa fa-floppy-o'></i> Haute résolution</a>
La boutique d’enluminure © photo F.Deflassieux - <a style='color: cyan;' href='images/uploads/fullsize/1495013040_03-boutique-d-enluminures.jpg'><i class='fa fa-floppy-o'></i> Haute résolution</a>
Le talmelier, nom ancien du boulanger © photo F.Deflassieux - <a style='color: cyan;' href='images/uploads/fullsize/1495013074_05-le-talmelier.jpg'><i class='fa fa-floppy-o'></i> Haute résolution</a>
Le sabotier perpétue une très vieille tradition© photo F.Deflassieux - <a style='color: cyan;' href='images/uploads/fullsize/1495013102_06-le-sabotier.jpg'><i class='fa fa-floppy-o'></i> Haute résolution</a>
Le relai de poste devant lequel se tient un vieil alambic © photo F.Deflassieux - <a style='color: cyan;' href='images/uploads/fullsize/1495013137_07-le-relai-de-poste.jpg'><i class='fa fa-floppy-o'></i> Haute résolution</a>
L’alambic © photo F.Deflassieux - <a style='color: cyan;' href='images/uploads/fullsize/1495013168_08-un-alambic.jpg'><i class='fa fa-floppy-o'></i> Haute résolution</a>
Le Grand Carillon au village XVIIIe © photo F.Deflassieux - <a style='color: cyan;' href='images/uploads/fullsize/1495013214_11-grand-carillon.jpg'><i class='fa fa-floppy-o'></i> Haute résolution</a>
Le Village XVIIIe et ses échoppes © photo F.Deflassieux - <a style='color: cyan;' href='images/uploads/fullsize/1495013255_12-village-18e.jpg'><i class='fa fa-floppy-o'></i> Haute résolution</a>
Jean de La Fontaine parmi ses animaux © photo F.Deflassieux - <a style='color: cyan;' href='images/uploads/fullsize/1495013298_13-le-bosquet-de-la-fontaine.jpg'><i class='fa fa-floppy-o'></i> Haute résolution</a>
Le bourg 1900, les façades Belle Epoque abritent la boutique de souvenirs  © photo F.Deflassieux - <a style='color: cyan;' href='images/uploads/fullsize/1495013345_14-bourg-1900-b.jpg'><i class='fa fa-floppy-o'></i> Haute résolution</a>
Le vieux manège en état de marche © photo F.Deflassieux - <a style='color: cyan;' href='images/uploads/fullsize/1495013376_16-le-manege-1900.jpg'><i class='fa fa-floppy-o'></i> Haute résolution</a>
Le Bal des Oiseaux Fantômes © photo F.Deflassieux - <a style='color: cyan;' href='images/uploads/fullsize/1495013418_17-oiseaux-fantomes-a.jpg'><i class='fa fa-floppy-o'></i> Haute résolution</a>
Les chevaliers de la Table Ronde © photo F.Deflassieux - <a style='color: cyan;' href='images/uploads/fullsize/1495013450_18-table-ronde-a.jpg'><i class='fa fa-floppy-o'></i> Haute résolution</a>
La Table ronde surgit du fond du lac, entourée de ses chevaliers © photo F.Deflassieux - <a style='color: cyan;' href='images/uploads/fullsize/1495013482_19-table-ronde-b.jpg'><i class='fa fa-floppy-o'></i> Haute résolution</a>
Albéric, a sauvé le village des barbares vikings © photo F.Deflassieux - <a style='color: cyan;' href='images/uploads/fullsize/1495013518_20-vikings-a.jpg'><i class='fa fa-floppy-o'></i> Haute résolution</a>
le drakkar des vikings surgit du fond des eaux © photo F.Deflassieux - <a style='color: cyan;' href='images/uploads/fullsize/1495013575_22-vikings-c.jpg'><i class='fa fa-floppy-o'></i> Haute résolution</a>
dans l’arène du Colisée, la grille de départ de la course de chars © photo F.Deflassieux - <a style='color: cyan;' href='images/uploads/fullsize/1495013615_23-signe-du-triomphe-a.jpg'><i class='fa fa-floppy-o'></i> Haute résolution</a>
Les lionnes épargnent la jeune chrétienne © photo F.Deflassieux - <a style='color: cyan;' href='images/uploads/fullsize/1495013672_24-signe-du-triomphe-b.jpg'><i class='fa fa-floppy-o'></i> Haute résolution</a>
Le lion menace l’officier chrétien promis au supplice enfermé dans la cage © photo F.Deflassieux - <a style='color: cyan;' href='images/uploads/fullsize/1495013705_signe-du-triomphe-c.jpg'><i class='fa fa-floppy-o'></i> Haute résolution</a>

>> Profitez des commentaires ! Je m'abonne ! ou Je m'inscris gratuitement !<<

Patrimoine de France,
Commentaires:

Partagez cet article