Patrimoine de France

Balade dans les Jardins d’Arcueil

Archives / Visite de nos jardins
Balade dans les Jardins d’Arcueil

Mieux qu’une exposition, c’est une promenade à la découverte des jardins disparus d’Arcueil que nous propose le Musée du Louvre, dans le sillage de Jean Baptiste Oudry et de quelques autres dessinateurs bucoliques du Siècle des Lumières Du 24 mars au 20 juin 2016

Close the overlay

Balade dans les Jardins d’Arcueil

dimanche 03 avril 2016
Contenu réservé aux abonnés
Premium

Jean-Baptiste Oudry, Le Grand Escalier vu depuis le quai du bras mort de la Bièvre.Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques, Inv. 31490 Musée du Louvre © musée dist RMN/Suzanne Nagy
Quelques pans de mur, des traces de terrasses et de bassins, une volée d’escalier délabrée  menant à une fontaine disparue… voila tout ce qu’il reste du domaine d’Arcueil dont les jardins, au XVIIIe siècle, faisaient le bonheur des artistes et des promeneurs.

Seules une petite maison du XVIe, dite Maison des gardes, et une partie de la Fauconnerie sont encore debout.

Aujourd’hui des immeubles sans âme ont pris la place du château, le bras mort canalisé de la Bièvre est enterré, bosquets, arbres et fontaines ont disparu, Arcueil est devenue une de ces banlieues sans charme qui composent la ceinture de la capitale.

N’inculpons pas trop vite l’urbanisation galopante du XXe siècle. C’est dès le milieu du XVIIIe siècle que le démembrement a commencé, avec la mort du dernier châtelain et le partage de l’héritage. Le développement de la capitale et le peuplement des campagnes environnantes n’ont évidemment rien arrangé.  

François Boucher, Le Petit Pont sur le bras mort de la Bièvre, vu depuis le pontet. Chicago, The Art Institute of Chicago, 1960.206. © The Art Institute of Chicago
Restent les témoignages de leurs splendeurs, grâce aux  peintres et dessinateurs attirés en grand nombre par ces jardins merveilleux. Dont le plus prolixe fut sans conteste  Jean-Baptiste Oudry, grand animalier devant l’éternel, qui se mue en paysagiste lors de ses séjours régulier à Arcueil, entre 1744 et 1749, où il bénéficiait semble-t-il d’un hébergement permanent chez des amis.

Les dessins d’Oudry sont tous en noir et blanc sur un papier bleu qui s’est souvent décoloré avec le temps et la lumière. Il travaille à l’encre, plume et lavis, et à la pierre noire rehaussée de craie blanche ou de gouache.

Feuillages et architecture sont minutieusement détaillés. Jamais de personnages, ceux  qu’on voit sur certaines planches sont souvent disproportionnés par rapport au décor, et vêtus de costumes anachroniques, preuve qu’ils ont été ajoutés postérieurement par Boilly ou autre.


Oudry est mort en 1755, avant d’avoir pu voir démanteler le domaine merveilleux qu’il affectionnait tant. Les artistes qui l’ont suivi, comme Charles Joseph Natoire et François Boucher, plus jeunes de 15 à 18 ans, et qui ont vécu jusque dans les années 1770 permettent de suivre les dégradations progressives d’un domaine laissé à l’abandon : marches effondrées, statues mutilées, végétation incontrôlée… et le petit pont de bois sur le bras mort de la Bièvre devenu dangereusement branlant.

Les dizaines de planches qu’ils ont laissées permettent de reconstituer les jardins disparus. Dispersées aujourd’hui, dans des collections publiques et privées du monde entier, les voilà réunies au nombre d’une soixantaine, le temps d’une exposition, dans les salons du Louvre.

 

Jean-Baptiste Oudry, Le Passage du grand parterre de la Faisanderie à la terrasse supérieure. Digital image courtesy of the Getty's Open Content Program.
Le commissaire de l’exposition, Xavier...

1€ puis 5,90 euros / mois

Il vous reste 50% de l'article à découvrir.

L'accès à la totalité de cet article est protégé et réservé aux abonnés de Patrimoine de France. Profitez de nombreux cadeaux ‘Patrimoine’, de tout le contenu, de photographies ultra haute définition et bien d’autres avantages à partir de 1 euro seulement !

Je m'inscris !

Diaporama

Jean-Baptiste Oudry, L’Escalier donnant accès du bosquet de Bacchus à la grande terrasse. Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques, Inv. 31491 © Musée du Louvre, dist RMN-Grand Palais/Suzanne Nagy. - <a style='color: cyan;' href='images/uploads/fullsize/1459928505_2-l-escalier-donnant-acc-2Bis-du-bosquet-de-bacchus--2Ba-la-grande-terrasse_oudry--28c-29-mus-2Bre-du-louvre-2C-dist-rmn-grand-palais_suzanne-nagy.jpg'><i class='fa fa-floppy-o'></i> Haute résolution</a>
Jean-Baptiste Oudry, La Dernière Terrasse de l’Orangerie. Los Angeles, The J. Paul Getty Museum, 87.GB.13. Digital image courtesy of the Getty's Open Content Program. - <a style='color: cyan;' href='images/uploads/fullsize/1459928592_4-la-derni-2Bire-terrasse-de-l-orangerie_oudry_digital-image-courtesy-of-the-getty-s-open-content-program.jpg'><i class='fa fa-floppy-o'></i> Haute résolution</a>
Jean-Baptiste Oudry, Le Passage du grand parterre de la Faisanderie à la terrasse supérieure. Digital image courtesy of the Getty's Open Content Program. - <a style='color: cyan;' href='images/uploads/fullsize/1459928746_5--escalier-de-la-terrasse-de-l-orangerie_natoire--28c-29toronto-art-gallery-of-ontario.jpg'><i class='fa fa-floppy-o'></i> Haute résolution</a>
Charles-Joseph Natoire, Escalier de la terrasse de l’Orangerie donnant accès au parc de haute futaie. Toronto, Art Gallery of Ontario, 87/35. - <a style='color: cyan;' href='images/uploads/fullsize/1459928895_7-vue-sur-le-belv-2Brd-2Bire_oudry-28c-29beaux-arts-de-paris-2C-dist-rmn-grand-palais-image-beaux-arts-de-paris.jpg'><i class='fa fa-floppy-o'></i> Haute résolution</a>
François Boucher, Le Petit Pont sur le bras mort de la Bièvre, vu depuis le pontet. Chicago, The Art Institute of Chicago, 1960.206. © The Art Institute of Chicago - <a style='color: cyan;' href='images/uploads/fullsize/1459928981_9-le-petit-pont-sur-le-brasmort-de-la-bi-2Bivre-2C-vu-depuis-le-pontet--28c-29-photography-the-art-institute-of-chicago.jpg'><i class='fa fa-floppy-o'></i> Haute résolution</a>

>> Profitez des commentaires ! Je m'abonne ! ou Je m'inscris gratuitement !<<

Patrimoine de France,
Commentaires:

Partagez cet article