Patrimoine de France

Balade d’automne à Eu et alentours

Archives / Balade en ville
Balade d’automne à Eu et alentours

A 180 km de Paris. Eu, ville d’art et histoire est une destination idéale pour un séjour culturel. Eu… les deux modestes voyelles de cette cité normande abritent, mine de rien, un patrimoine remarquable, loin du vocable de “trou normand“ sous lequel la connaissent les cruciverbistes.

Close the overlay

Balade d’automne à Eu et alentours

lundi 08 août 2016
Contenu réservé aux abonnés
Premium

Dans le parc du château, statue équestre de Ferdinand Philippe, un bronze de Charles Marochetti, 1844
Avec son château Renaissance devenu royal sous Louis Philippe, sa collégiale, son collège du XVIe s. c’est un lieu chargé d’Histoire.

Depuis le débarquement du chef Viking Rollon à la fin du IXe siècle à la mort, en 2003, de la comtesse de Paris, en passant par Guillaume le Guillaume le Conquérant, fondateur de la monarchie britannique, le duc de Guise, la Grande Mademoiselle et le roi Louis Philippe.

De l’époque médiévale, il reste la collégiale du XIIe siècle, vouée à Saint Laurent O’Toole, un saint homme venu de sa lointaine Irlande en 1180 pour dissiper un différent avec Henri Plantagenet. Il n’en eut pas le temps puisqu’il tomba malade et mourut. La crypte abrite son gisant, un des plus anciens du genre, et ceux de quelques comtes d’Eu des XIVe et XVe siècles.

Dans l’imposant château et son parc magnifique, édifié au XVI e siècle et revu 300 ans plus tard par Viollet-le-Duc, on croise le souvenir du Duc de Guise, (dont l’épouse, Catherine de Clèves, était héritière du domaine) et de la Grande Mademoiselle morte sans héritier en 1693 et dont la chambre est toujours visible dans la partie la plus ancienne.

Le château passa ensuite aux mains de son neveu le duc du Maine, puis de son frère le comte de Toulouse, grand père maternel du duc d’Orléans, père de Louis Philippe.

Et voilà comment ce château ducal se mue en château royal en 1830, quand ce dernier devient “Roi des Français“. Cette période est la plus glorieuse du château d’Eu, qui sert de résidence secondaire au Roi Citoyen et à sa nombreuse progéniture.

Un peu d'Histoire



Portrait de Catherine de Clèves. Coll. Musée château, Galerie des Guise
Cette continuité n’a pourtant pas été un gage de conservation. Quand Louis Philippe s’y installe en 1821, l’édifice est assez délabré. L’architecte Fontaine le restaure dans l’esprit du temps. Plus tard, le comte de Paris fait appel à Viollet-le-Duc qui restaure l’édifice dans le style néo gothique qui lui est cher. Pourtant, malgré les changements de dynasties, les révolutions, abdications suivies de lois d’exil, de retours d’exil, de réaménagements, sans compter le grave incendie de 1902, qui avaient provoqué une certaine dispersion du mobilier, le château a toujours l’air habité.

Pourtant, beaucoup de choses avaient disparu. Quand la ville devient propriétaire du château, dans les années 1970 elle s’attache à lui rendre son intégrité. Les meubles, dispersés aux XIX e et XX e s. ont été en partie récupérés chez les particuliers, les antiquaires, les ventes aux enchères. Avec la collaboration efficace à l’Association des Amis du Musée, fondée en 1985 par la Comtesse de Paris.

La restitution la plus récente et la plus importante est celle de la Galerie des Guise qu’on peut actuelle ment revoir dans son état, ou presque, du XVIIe s. Créée par la Grande Mademoiselle pour abriter sa collection de portraits, la galerie se trouvait dans la partie la plus...

1€ puis 5,90 euros / mois

Il vous reste 50% de l'article à découvrir.

L'accès à la totalité de cet article est protégé et réservé aux abonnés de Patrimoine de France. Profitez de nombreux cadeaux ‘Patrimoine’, de tout le contenu, de photographies ultra haute définition et bien d’autres avantages à partir de 1 euro seulement !

Je m'inscris !

Diaporama

La berline du roi Jean V de Portugal, c.1725, récemment restaurée dans son état d’origine. Coll. Musée château
Le château d'Eu en Seine-Maritime © photo F.D
Charles Marochetti : dans le parc du château, statue équestre de Ferdinand Philippe, fils ainé de Louis Philippe, mort accidentellement en 1842. Bronze, 1844
Dans le parc du château, statue équestre de Ferdinand Philippe, un bronze de Charles Marochetti, 1844
Portrait de Catherine de Clèves. Coll. Musée château, Galerie des Guise

>> Profitez des commentaires ! Je m'abonne ! ou Je m'inscris gratuitement !<<

Patrimoine de France,
Commentaires:

Partagez cet article