Patrimoine de France

Gustave Courbet et la Fédération des artistes sous la Commune

Archives / Expositions
Gustave Courbet et la Fédération des artistes sous la Commune

Le musée Courbet évoque ici un châpire moins connu de l'histoire de la Commune qu'est l'engagement des artistes, tout particulièrement celle de Gustave Courbet. Dans le Doubs Jusqu'au 23 avril 2018

Close the overlay

Gustave Courbet et la Fédération des artistes sous la Commune

dimanche 04 février 2018
Contenu réservé aux abonnés
Premium

Un artiste au service des causes de son époque

Pilotell, Sans titre (Thiers et les canons de Montmartre), Actualité 23 1871, lithographie, 35.1 x 26.6 cm Collection Le Vieux Montmartre, Musée de Montmartre, Paris © Collection Le Vieux Montmartre
Gustave Courbet, très impliqué, dans la vie politique fonde la Fédération des artistes.
L’exposition rend compte de cet essai de refondation avec des documents d’archives et des témoignages de Communards.
Du point de vue du peintre, les Beaux-Arts sont une composante importante de l’État mais leur organisation ne peut dépendre que des artistes eux-mêmes, regroupés au sein d’une fédération. Ainsi, l’organisation du Salon annuel, l’administration des musées, l’enseignement de l’art et les commandes publiques doivent être repensés.

Le nom de Gustave Courbet évoque autant les grandes luttes politiques du XIXème siècle que celles pour la défense d’une vision nouvelle de l’art. L’engagement du peintre au sein de la Commission des arts durant la guerre de 1870 contre la Prusse, puis de la Fédération des artistes lors de la Commune de Paris en 1871, permet de comprendre les principes de liberté et de démocratie qu’il revendiquera tout au long de sa vie personnelle et de sa carrière artistique.
De la chute du Second Empire après la après la défaite de la France à Sedan le 2 septembre 1870, à la condamnation de Courbet le 2 septembre 1871, l’exposition retrace les actions et revendications du peintre, et des hommes engagés à ses côtés, pour transformer la société et le monde de l’art selon des idéaux nouveaux.

Une période politique troublée
L’implication de ces artistes dans la Commune de Paris n’a pas seulement affecté de manière tragique leur existence mais elle a également durablement marqué l’image que la société garde des évènements, ainsi que l’imaginaire des représentations qui en découlent.
Des lithographies de Courtaux, estampes d’Auguste Lançon, caricatures d’André Gill ou encore sculptures, photographies et peintures révèlent l’ambiance qui régnait à l’époque au cœur des combats et dans la vie quotidienne.

Gustave Courbet, Autoportrait à Sainte-Pélagie Vers 1872, huile sur toile, 92.5 x...

1€ puis 5,90 euros / mois

Il vous reste 50% de l'article à découvrir.

L'accès à la totalité de cet article est protégé et réservé aux abonnés de Patrimoine de France. Profitez de nombreux cadeaux ‘Patrimoine’, de tout le contenu, de photographies ultra haute définition et bien d’autres avantages à partir de 1 euro seulement !

Je m'inscris !

Diaporama

>> Profitez des commentaires ! Je m'abonne ! ou Je m'inscris gratuitement !<<

Patrimoine de France,
Commentaires:

Partagez cet article