Patrimoine de France

Le monde merveilleux des automates

Archives / Ventes aux Enchères
Le monde merveilleux des automates

Evénement dans le monde de la curiosité : la vente, dans quelques jours à l’Hôtel Drouot, de la collection d’automates du regretté Docteur Max Tassel. Une des plus belles du genre, elles contiennent en effet tous les grands noms qui ont illustré l’âge d’or de l’automate androïde, dans la seconde moitié du XIXe siècle. Le mercredi 9 mars 2016

Close the overlay

Le monde merveilleux des automates

vendredi 04 mars 2016
Contenu réservé aux abonnés
Premium

Automate de salon "Little Tich" Par la Maison Roullet-Decamps, France, vers 1900 © M.A Kohn
Ils sont alors les attractions des expositions universelles, tout en ayant aussi leurs entrées dans les salons bourgeois : on les appelle d’ailleurs “automates de salon“.

Les fabricants les plus réputés sont Roullet-Decamps, Vichy, Phalibois, Bontems, Stevenard, Lambert, Brugier… et bien d’autres. Et surtout Robert-Houdin leur ancêtre à tous (1805-71) et sans oublier Jacques Monestier, toujours bien vivant lui, “sculpteur d’automates“ comme il se qualifie lui-même, qui renouvelle le genre sur un mode plus artistique. Tous figurent en bonne place dans la vente du Dr Tassel.

"Le gavroche siffleur" Par Edouard-Henry Phalibois France, vers 1900. Un modèle similaire est conservé dans la collection Guinness. Depuis l’Exposition Universelle de 1889 les « siffleurs » étaient « à la mode », inspirés certainement des gamins de Paris. Ces derniers, nombreux dans le maquis de Montmartre utilisaient le sifflement comme signe particulier de ralliement et de reconnaissance. Estimation: 12 000 / 16 000 €© M.A Kohn
Au XIXe, le monde des automates est proche de celui du cirque ou du spectacle : clown jongleur ou illusionniste, Polichinelle, Pierrot musicien, charmeuse de serpents, joueur de bonneteau, etc. La tête et les mains, seules parties visibles, sont en composition, le corps articulé en bois, qui contient le mécanisme souvent complexe, est dissimulé sous des vêtements en tissus souvent somptueux, et des accessoires qui ne le sont pas moins.

Les plus cotés ne sont pas forcément les plus anciens, mais les plus rares bien sûr, et ceux qui sont capables des meilleures performances, à condition que le mécanisme soit d’origine et en parfait état de fonctionnement.

"La leçon de chant" Par Pierre Louis Stevenard (1801- 1883) France, vers 1878 Cette exceptionnelle et unique pendule automate en bronze doré est un chef-d’oeuvre d’horlogerie réalisée vers 1878. Estimation: 150 000 / 200 000 €© M.A Kohn
Certains sont même annoncés avec des estimations à six chiffres, c’est le cas de la Princesse orientale qui fait la une du catalogue, pièce unique créée par Pierre-Louis Stevenard (né en 1801) qui lui valut une médaille à l’expo universelle de 1878.

La dame, armée d’une serinette pour apprendre à chanter à un oiseau multicolore, est juchée sur une pendule ultra sophistiquée qui fait une grande partie de la valeur de l’objet (150/200 000 € !), la plus forte estimation de la vente, suivie de loin par celle d’une autre pendule contenue dans un Palais vénitien doré, animé à l’intérieur d’une fontaine en verre devant laquelle défile une élégante calèche à 2 chevaux.

Cet objet, pourtant anonyme mais datant de 1850 est crédité de 50/80 000 €.

"Polichinelle musicien" par Par Léopold Lambert (1854-1935) France, vers 1885. Estimation: 12 000 / 18 000 € © M.A Kohn
Parmi les plus célèbres, les amateurs reconnaîtront le Pierrot à la mandoline, l’Artiste peintre, et Le Paysan et son cochon de Vichy, le Gavroche siffleur et la Chanteuse de rues de Phalibois, le clown Little Tich et la Magicienne de Roullet-Decamps, le Polichinelle musicien, et le Cuisinier de Lambert. 

Ces grands classiques du genre devraient s’adjuger entre 12 000 et 20 000 €. Certains tout aussi anciens mais moins rares ou moins performants, restent en dessous de la barre des 10 000 €.

Les esprits égrillards s’intéresseront  à une Leçon de violon pas du tout convenable mais peu complexe et pas très ancienne, ce qui explique son prix relativement modeste de 5/8000 €. Une guillotine… en os début XIXe n’est pas non plus du meilleur goût, pas plus que la canne...

1€ puis 5,90 euros / mois

Il vous reste 50% de l'article à découvrir.

L'accès à la totalité de cet article est protégé et réservé aux abonnés de Patrimoine de France. Profitez de nombreux cadeaux ‘Patrimoine’, de tout le contenu, de photographies ultra haute définition et bien d’autres avantages à partir de 1 euro seulement !

Je m'inscris !

Diaporama

Le magicien, appelé aussi Le Clown illusionniste puisque grimé et habillé tel un clown, est attribué à la maison Phalibois (vers 1900). Estimation: 12 000  / 18 000 € © Drouot - <a style='color: cyan;' href='images/uploads/fullsize/1456656267_-40autom_0270.jpg'><i class='fa fa-floppy-o'></i> Haute résolution</a>
Le magicien, appelé aussi Le Clown illusionniste (vers 1900). Estimation: 12 000  / 18 000 € © Drouot - <a style='color: cyan;' href='images/uploads/fullsize/1456656361_-40autom_0271.jpg'><i class='fa fa-floppy-o'></i> Haute résolution</a>
Le Palais animé, importante pendule automate, France, vers 1850 en Bronzes dorés et argentés, ivoire, métal peint, émail, bois; Ancienne collection Yvonne de Bremond d’Ars, Ancienne collection du Docteur Max Tassel  Estimation: 50 000  / 80 000 € © Drouot - <a style='color: cyan;' href='images/uploads/fullsize/1456656499_60--281-29.jpg'><i class='fa fa-floppy-o'></i> Haute résolution</a>
Boîte à oiseau chanteur, France, vers 1940-1950, en Métal argenté, émail guilloché et plumes, Ancienne collection du Docteur Max Tassel Estimation: 3 000  / 5 000 € © Drouot - <a style='color: cyan;' href='images/uploads/fullsize/1456656567_couvautomates.jpg'><i class='fa fa-floppy-o'></i> Haute résolution</a>
"Noir jouant du tambour" Grand automate de salon par Roullet-Decamps; France vers 1885. Matériaux: papier mâché et bois. Estimation: 20/25 000 € © M.A Kohn - <a style='color: cyan;' href='images/uploads/fullsize/1456946774_1--281-29.jpg'><i class='fa fa-floppy-o'></i> Haute résolution</a>
"Noir jouant du tambour" Automate à cinq mouvements : les deux bras exécutent des roulements de tambour avec les baguettes, la tête se lève et tourne, les paupières sont mouvementées. Tête et mains en papier mâché. Habillage de style chinois d’origine. Musique à un air . Estimation: 20/25 000 € © M.A Kohn - <a style='color: cyan;' href='images/uploads/fullsize/1456946848_1--282-29.jpg'><i class='fa fa-floppy-o'></i> Haute résolution</a>
Automate de salon "Little Tich" Par la Maison Roullet-Decamps, France, vers 1900. Matériaux: Carton moulé, verre, bois. Estimation : 12 000 / 15 000 € © M.A Kohn - <a style='color: cyan;' href='images/uploads/fullsize/1456947035_2--282-29.jpg'><i class='fa fa-floppy-o'></i> Haute résolution</a>
Automate de salon "Little Tich" Ce modèle est répertorié dans le catalogue de la Maison Roullet & Decamps sous le numéro 560, réalisé d’après le spectacle burlesque de l’artiste britannique Harry Relph (1867-1928). Le personnage se tient bien droit et salue tout en tapant des pieds l’un après l’autre, puis en tournant légèrement son corps, il plonge en avant défiant les lois de la gravité et se maintient en équilibre sur ses souliers tout en les remuant et saluant. Puis il se redresse à nouveau pour recommencer. Cette prouesse fut adaptée par Michael Jackson dans son dernier spectacle (Anti-gravity Lean ou Lean). © M.A Kohn - <a style='color: cyan;' href='images/uploads/fullsize/1456947177_2.jpg'><i class='fa fa-floppy-o'></i> Haute résolution</a>
"Le clown parapluie" Par Gustave Vichy France, vers 1898. Estimation: 17 000 / 25 000 €  © M.A Kohn - <a style='color: cyan;' href='images/uploads/fullsize/1456947314_3..jpg'><i class='fa fa-floppy-o'></i> Haute résolution</a>
"Le clown parapluie" Ce grand clown, debout sur son socle en bois recouvert de velours, fait tourner son parapluie sur son épaule droite qu’il tient dans sa main droite, et simultanément avec sa main gauche il tient un éventail sur lequel il fait tourner une boule posée sur le bord. Il salut et tourne la tête avec un mouvement de paupières. Pendant ce temps une tête de lune placée sur son gilet cligne des yeux. © M.A Kohn - <a style='color: cyan;' href='images/uploads/fullsize/1456947385_3--282-29.jpg'><i class='fa fa-floppy-o'></i> Haute résolution</a>
Canne magique à système " Le décapité récalcitrant" Par Charles de VERE, Herbert Shakespeare Gardiner William, dit (1843-1931) France, fin du XIXe siècle. Estimation: 10 000 / 15 000 €© M.A Kohn - <a style='color: cyan;' href='images/uploads/fullsize/1456947564_11.jpg'><i class='fa fa-floppy-o'></i> Haute résolution</a>
"Polichinelle musicien" par Par Léopold Lambert (1854-1935) France, vers 1885. Estimation: 12 000 / 18 000 € © M.A Kohn - <a style='color: cyan;' href='images/uploads/fullsize/1456947719_12--281-29.jpg'><i class='fa fa-floppy-o'></i> Haute résolution</a>
"Clown prestidigitateur" Par Léopold Lambert (1854-1935) France, vers 1895; Superbe automate de fabrication française par Léopold Lambert représentant un clown magicien avec tête et corps en carton moulé. Estimation: 10 000 / 18 000 € © M.A Kohn - <a style='color: cyan;' href='images/uploads/fullsize/1456947913_13--281-29.jpg'><i class='fa fa-floppy-o'></i> Haute résolution</a>
"Clown prestidigitateur" ce magnifique se tient debout derrière une table en bois noirci recouverte d’une nappe en velours vert à franges et sur laquelle est placé un gobelet que le clown tient de la main droite, dans sa main gauche, il tient une baguette. Il salue de la tête, tourne sa tête de droite à gauche et tire la langue, puis il lève de sa main gauche sa baguette et de la droite, il lève le gobelet découvrant un objet différent à chaque manipulation (une montre, un dé, une broche et un ensemble de trois boules), répétant les mêmes mouvements.  © M.A Kohn - <a style='color: cyan;' href='images/uploads/fullsize/1456947974_13--282-29.jpg'><i class='fa fa-floppy-o'></i> Haute résolution</a>
"Le Magicien" Attribué à Edouard-Henry Phalibois France, vers 1900. Un modèle similaire est conservé au Musée des Automates de Monte-Carlo Très rare automate à douze mouvements : Le Clown Magicien, habillé et grimé comme un clown, tient à la main un éventail et commence son numéro au son d’une petite musique. Estimation :12 000 / 18 000 € © M.A Kohn - <a style='color: cyan;' href='images/uploads/fullsize/1456948153_15--281-29.jpg'><i class='fa fa-floppy-o'></i> Haute résolution</a>
"Le Clown Magicien" Il sourit, bat des cils un instant, et se masque le visage avec son éventail. En se démasquant, la tête a disparu. Alors, de sa main droite il soulève le couvercle d’une boîte en forme de dé, posée sur une table, à sa droite, dans laquelle apparaît sa tête qui regarde, sourit et bouge les yeux. Il referme le couvercle de cette boîte, faisant disparaître la tête, se masque à nouveau avec l’éventail, l’écarte, et fait réapparaître sa tête en bonne place, et le cycle recommence. © M.A Kohn - <a style='color: cyan;' href='images/uploads/fullsize/1456948252_15--282-29.jpg'><i class='fa fa-floppy-o'></i> Haute résolution</a>
"La Magicienne" France vers 1880; Cet automate est répertorié dans le catalogue d’époque de la Maison Roullet-Decamps sous le numéro 255 : Grande tête de femme métissée en biscuit coulé marquée avec une décalcomanie rouge. Estimation: 25 000 / 35 000 € © M.A Kohn - <a style='color: cyan;' href='images/uploads/fullsize/1456948435_16--281-29.jpg'><i class='fa fa-floppy-o'></i> Haute résolution</a>
"La Magicienne" Automate à huit mouvements : la tête tourne en avant et sur les côtés, soulève des deux mains les gobelets en même temps, repose un gobelet puis le second, tourne la tête de droite à gauche, soulève un gobelet pour présenter une nouvelle pièce puis le second gobelet. © M.A Kohn - <a style='color: cyan;' href='images/uploads/fullsize/1456948493_16--282-29.jpg'><i class='fa fa-floppy-o'></i> Haute résolution</a>
" Pierrot donne aubade à la lune" Par Gustave Vichy. France, vers 1886. Très bel automate de salon à musique avec tête et corps en papier mâché, yeux en émail pour le Pierrot et en verre pour la lune, mains en métal, représentant Pierrot assis face à la lune et charmant cette dernière avec sa mandoline. Ce modèle fut plagié par le contremaître de Gustave Vichy, Léopold Lambert en 1886. Un retentissant procès eut lieu qui donna hélas tort au créateur mais fut à l’origine d’une meilleure protection des modèles en France. Estimation: 20 000 / 25 000 €© M.A Kohn - <a style='color: cyan;' href='images/uploads/fullsize/1456948677_19.jpg'><i class='fa fa-floppy-o'></i> Haute résolution</a>
"Le Lion" Par Jacques Monestier (né en 1935) France, 2009.Estimation: 3 000 / 5 000 €© M.A Kohn - <a style='color: cyan;' href='images/uploads/fullsize/1456949121_48..jpg'><i class='fa fa-floppy-o'></i> Haute résolution</a>

>> Profitez des commentaires ! Je m'abonne ! ou Je m'inscris gratuitement !<<

Patrimoine de France,
Commentaires:

Partagez cet article