Patrimoine de France

«Montres et Merveilles », un trésor au fil du temps

Archives / General
«Montres et Merveilles », un trésor au fil du temps

Produite par le musée du Temps de Besançon, l'exposition «Montres et Merveilles » présente des petits bijoux d'ingéniosité. Elle s'adresse à tous les passionnés d'horlogerie et particulièrement d'horlogerie ancienne et précieuse. A voir, à revoir, sans compter son temps... A Besançon Du 9 décembre 2010 au 29 mai 2011

Close the overlay

«Montres et Merveilles », un trésor au fil du temps

mardi 04 janvier 2011
Contenu réservé aux abonnés
Premium

Depuis sa création en 2002, le musée du Temps n’a pas

présenté l’intégralité de ses collections de montres anciennes,

conservée en réserves. Ce fonds constitue pourtant l’une

des plus importantes collections de montres de France.


Pour le plus grand plaisir des amateurs de ces pièces rares, c'est une sélection d’environ

200 pièces qui est exposée: des montres pour la plupart, mais aussi des

boîtiers, des plaques émaillées, de l’outillage d’horlogerie

et des documents iconographiques.

Organisé selon une

trame chronologique, le parcours muséographique retrace

les principales évolutions de la montre mécanique depuis

le XVIème siècle jusqu’au début du XXème siècle aussi bien dans

leurs aspects mécaniques qu’esthétiques.

L’exposition retrace l’historique et la valeur symbolique de

la montre, entre quête de la précision et marque du statut

social. Une attention particulière est accordée au rôle joué

par Besançon dans l’histoire de l’horlogerie française, à

travers l’évocation du contexte de production horloger

de l’époque.

Des premières montres au milieu du XVIIIème siècle



Une première section couvre les premières montres du XVIème

et du XVIIème siècles, jusqu’à la moitié du XVIIIème siècle. Il s’agit

de réalisations à la précision bien souvent approximative,

mais qui sont la plupart du temps de véritables bijoux,

fabriqués dans les matériaux les plus précieux, avec un

décor ouvragé.

Les évolutions techniques de la montre,

perceptibles tout au long de la période empiètent largement

sur le XVIIIème siècle, dans la mesure où les nouveautés ne

s’introduisent que progressivement dans les pratiques des

horlogers.

Les collections du musée du Temps permettent

d’ouvrir l’exposition par un ensemble de très beaux objets,

dont la conception et la taille

laissent la possibilité d’observer le mouvement dans

de bonnes conditions pour en comprendre le mécanisme.

Les mouvements à platine, avec piliers et coqs ouvragés

permettent d’admirer les fusées et les ressorts qui caractérisent

les montres de cette époque.

La révolution des horlogers



Une deuxième section couvre le tournant du XVIIIème siècle et du XIXème siècle, caractérisé par la rationalisation de la

montre.

La splendeur du décor se double d’une recherche

à la fois technique et formelle. Les formes s’épurent, les

mouvements deviennent de plus en plus précis à mesure

que progressent les recherches en horlogerie, aiguillonnées

par la quête des chronomètres de marine.

Cette section est l’occasion de découvrir la collection de montres Lépine, achetée par le musée en 1998.

Des montres de Breguet, Berthoud ou Leroy sont présentées dans cette

section pour évoquer le bouillonnement technique et

esthétique du monde horloger de l’époque.

Une réflexion

sur l’organisation même du temps est développée pendant

l’époque révolutionnaire avec les tentatives de mise en

place d’un temps décimal dont témoignent plusieurs

montres issues des collections du musée.

Les innovations

techniques, avec la mise en place du calibre Lépine, du

mouvement à ponts, sont présentées en parallèle avec la

recherche esthétique forte qui caractérise la production

de cette époque avec des montres richement émaillées,

ou à la forme au contraire très épurée.

La montre au XIXème siècle, autour de Besançon



Dans la troisième partie de l’exposition sont abordées

les spécificités de l’industrie horlogère du XIXème siècle et

du début du XXème siècle, marquée par une massification de

la production.

Une attention particulière est portée à la

production bisontine, qui se singularise par la mise en place

d’un contexte local particulier de production horlogère,

unique en France.

Autour de la présentation de pièces produites dans la capitale

franc-comtoise,
depuis les montres de la manufacture de

Besançon jusqu’à celles du début du XXème siècle, l’exposition

démontre l’importance de la ville, en tant

que capitale française de la montre à cette époque.

La présentation de fonds d’ateliers d’horlogers, l’évocation

d’institutions spécialisées comme l’école municipale

d’Horlogerie ou l’Observatoire, à travers les dépôts qu’ils

ont consentis au musée, ou encore de documents d’époque,

permet de donner une idée d’un contexte global de

production qui marque en profondeur l’histoire de la ville.

Au-delà de la montre, cette partie est l’occasion d’exposer

des fonds moins connus parmi les collections du musée,

mais...

1€ puis 5,90 euros / mois

Il vous reste 50% de l'article à découvrir.

L'accès à la totalité de cet article est protégé et réservé aux abonnés de Patrimoine de France. Profitez de nombreux cadeaux ‘Patrimoine’, de tout le contenu, de photographies ultra haute définition et bien d’autres avantages à partir de 1 euro seulement !

Je m'inscris !

Diaporama

Montre à complications, Fin du XVIIIème siècle. Argent et laiton, Collection Musée du Temps © Pierre Guenat
Montre dite du prince impérial, Besançon, 1866 (verso), Collection Musée du Temps © Pierre Guenat
Boîte de montre, Franche-Comté, début du XXème siècle, Collection Musée du Temps © Pierre Guenat
Montre émaillée, Jean-Antoine Lépine, Paris, 1760, Collection Musée du Temps © Pierre Guenat
Montre à complications, Fin du XVIIIème siècle. Argent et laiton, Collection Musée du Temps © Pierre Guenat
Montre à cadran «sun and moon » Bouquet Nicolas, Paris (?), Hollande (?), 4e quart du XVII ème siècle. Argent et laiton, Collection Musée du Temps © Pierre Guenat
Montre à répétition, Bossy, Besançon, 1910, Collection Musée du Temps © Pierre Guenat
Montre sectorielle, Suisse, XXème siècle. Argent, laiton, émail, Collection Musée du Temps © Pierre Guenat
Montre à complications astronomiques, Kratz Michael Junger, Allemagne, Première moitié du XVIIIème siècle. Laiton et argent, Collection Musée du Temps © Pierre Guenat
Montre à décor émaillé, Lépine Jean-Antoine, Paris, vers 1785. Or, laiton, émail,Collection Musée du Temps © Pierre Guenat
Montre plate, Lépine Jean-Antoine, Paris, vers 1815. Or, laiton et argent, Collection Musée du Temps © Pierre Guenat
Montre à complications, Leroy, Paris, 1er quart du  XXème siècle. Or, argent et laiton, Collection Musée du Temps © Pierre Guenat
Montre de forme octogonale en cristal de roche, De La Croix Jacob, France XVIIème siècle, Collection Musée du Temps © Pierre Guenat
Montre astronomique, Houzeau, Valenciennes vers 1690. Laiton et argent, Collection Musée du Temps © Pierre Guenat
Montre émaillée, Jean-Antoine Lépine, Paris, 1760, Collection Musée du Temps © Pierre Guenat

>> Profitez des commentaires ! Je m'abonne ! ou Je m'inscris gratuitement !<<

Patrimoine de France,
Commentaires:

Partagez cet article