Patrimoine de France

Théâtre : Tristesse et Joie dans la vie des Girafes

Rubrique
Théâtre : Tristesse et Joie dans la vie des Girafes

Festival In Avignon Un petit bijou de tendresse, d’imagination. Un spectacle qui a la grâce et l’élégance des girafes Par Marie Laure Atinault

Close the overlay

Théâtre : Tristesse et Joie dans la vie des Girafes

mardi 25 juillet 2017
Contenu réservé aux abonnés
Premium

Tristesse et Joie dans la vie des Girafes de Tiago Rodrigues dans une mise en scène de Thomas Quillardet © photo Christophe Raynaud de Lage
Elle est trop grande pour son âge. Elle le sait bien. C’est bien pour cela que sa maman l‘appelait Girafe. Sa Maman vient de disparaître.

Elle a neuf ans et découvre tout un monde qu’elle nous raconte. « Ça c’est l’homme qui est mon père » mais elle constate que son père est au chômage alors « Il ne mérite pas d’argent ». Ce qui chagrine Girafe dans le manque d’argent est qu’elle ne peut plus voir Discovery Channel. L’abonnement est trop cher. Ça c’est grave. L’homme qui est son père à beau répéter que tout va bien se passer, elle voit bien que rien ne s’arrange et qu’elle ne pourra pas faire son exposé sur les Girafes !

Elle confie son désarroi à Judy Garland qui est son ours en peluche. Sacrée Judy Garland !

L’ours peut selon certain moment devenir très grand, et la peluche se mue en un personnage singulier qui dit les pires gros mots. Et puis ce nom pourquoi ? Judy Garland aimerait s’appeler Spartacus comme le héros de télé ou mieux Tchékhov comme le célèbre scientifique bulgare.

Girafe fait un calcul, il lui faut 53507 euros pour avoir un abonnement jusqu’à la fin de sa vie qu’elle estime à cent ans.

Son père a beau répéter que tout va bien se passer, elle sent bien qu’elle ne peut que compter sur elle pour trouver cette somme. Avec son ours, elle fait une fugue.

Tristesse et Joie dans la vie des Girafes de Tiago Rodrigues dans une mise en scène de Thomas Quillardet © photo Christophe Raynaud de Lage
Elle rencontre un vieux monsieur qui lui donne 50 euros. Mais c’est de l’argent en colère. Elle rencontre une panthère, un homme en réalité que l’on sent animer de mauvais sentiments, il prend le billet de banque en colère et suggère à notre fugueuse de braquer une banque. Elle n’aura qu’à prendre ce qu’il lui faut. Mais notre astucieuse Girafe n’aime pas l’idée de voler. Elle rencontre le premier ministre portugais.

Tout est simple, il n’a qu’à faire une loi qui lui permette de faire un casse de 53507 euros. Mais on ne peut pas compter sur les hommes politiques.

Il est temps de rentrer, elle a faim, elle veut dormir. Son escapade dans Lisbonne, est comme un jeu de piste initiatique. Elle comprend que sa maman ne reviendra jamais. Elle comprend que les adultes n’ont pas réponse à  tout.  Que faire un casse ne résoudra pas ses problèmes, que son père fait tout ce qu’il peut pour qu’elle soit heureuse et qu’il est temps de tuer Judy Garland. Pas de cris d’horreur c’était convenu entre eux.

Alors Girafe, retrouve sa maison qu’elle aime entendre respirer. Son regard sur les êtres et les choses a changé. Cette Girafe restera dans notre cœur.

Tiago Rodrigues a fait courir tout Avignon avec son beau Sopro.

Tristesse et joie dans la vie des girafes est un conte à l’usage des enfants et des adultes qui ont conservé le goût de l’émerveillement. Un ravissement.

Girafe a une façon bien à elle de s’exprimer, à la manière des enfants qui font découvrir leur monde, ça c’est mon père, ça c’est ma maison, ça c’est Judy Garland mon ours. Elle aime les mots notre Girafe et grâce à sa mère, elle aime bien aller dans le dictionnaire lire les définitions.

Tristesse et Joie dans la vie des Girafes de Tiago Rodrigues dans une mise en scène de Thomas Quillardet © photo Christophe Raynaud de Lage
Elle aime comprendre, apprendre, son bréviaire, sa bouée est ce merveilleux dictionnaire que sa mère lui a donné. Lorsque sa mère était là, elle lui laissait des petits post it, avec des numéros de page, des numéros de ligne, elle cherchait dans le fameux dictionnaire et à la fin elle avait une phrase. Un vrai parcours de poupée russe.

Papa a bien essayé mais c’est toujours le même message. Le travail de Thomas Quillardet est admirable par son apparente simplicité et ses petits détails qu’il sème comme des petits cailloux sur le plateau. L’imagination est réconfortante, du canapé émerge un canoë, la maison respire, les ombres nous éclairent.

Ça, c’est les comédiens : la merveilleuse Maloue Fourdrinier est notre petite girafe. Un sourire à décrocher les étoiles. Ça c’est  Marc Bernan qu’il soit le vieux monsieur, une panthère et le premier ministre, il sait toujours être exactement dans le ton. Ça, ce sont Christophe Garcia et Jean-Toussaint Bernard, justes, émouvants et drôles.

Le spectacle est si riche, si dense, si poétique. Nous adorons voir le monde selon Girafe.

Marie Laure Atinault 

Informations pratiques

Tristesse et Joie dans la vie des Girafes

De Tiago Rodrigues

Traduction et Mise en scène Thomas Quillardet

Avec Marc Bernan, Jean-Toussaint Bernard, Maloue Fourdrinier, Christophe Garcia

Présenté du 14 au 19 juillet à la Chapelle des Pénitents Gris

Puis en tournée dans toute la France

11-12 octobre 2017 Rochefort, Théâtre de la Coupe d’Or
10 novembre 2017 Clamart, Jean Arp
23-24 novembre 2017 Saint Nazaire, Théâtre scène nationale
28 novembre et  9 décembre  Paris, Le Montfort
14 janvier 2018 Choisy-le-Roi, théâtre Paul Eluard
19-20 janvier 2018 Cherbourg, Le trident
25-26 janvier 2018, Aubusson, Théâtre Jean-Lurçat
29-30 janvier 2018 Vanves
6-17 avril 2018 Festival Terres de Paréos

Diaporama

Tristesse et Joie dans la vie des Girafes de Tiago Rodrigues dans une mise en scène de Thomas Quillardet © photo Christophe Raynaud de Lage - <a style='color: cyan;' href='images/uploads/fullsize/1501008457_tristesse2.jpg'><i class='fa fa-floppy-o'></i> Haute résolution</a>
Tristesse et Joie dans la vie des Girafes de Tiago Rodrigues dans une mise en scène de Thomas Quillardet © photo Christophe Raynaud de Lage - <a style='color: cyan;' href='images/uploads/fullsize/1501008469_tristesse3.jpg'><i class='fa fa-floppy-o'></i> Haute résolution</a>
Tristesse et Joie dans la vie des Girafes de Tiago Rodrigues dans une mise en scène de Thomas Quillardet © photo Christophe Raynaud de Lage - <a style='color: cyan;' href='images/uploads/fullsize/1501008487_tristesse4.jpg'><i class='fa fa-floppy-o'></i> Haute résolution</a>
Tristesse et Joie dans la vie des Girafes de Tiago Rodrigues dans une mise en scène de Thomas Quillardet © photo Christophe Raynaud de Lage - <a style='color: cyan;' href='images/uploads/fullsize/1501008501_tristesse5.jpg'><i class='fa fa-floppy-o'></i> Haute résolution</a>
Tristesse et Joie dans la vie des Girafes de Tiago Rodrigues dans une mise en scène de Thomas Quillardet © photo Christophe Raynaud de Lage - <a style='color: cyan;' href='images/uploads/fullsize/1501008520_tristesse7.jpg'><i class='fa fa-floppy-o'></i> Haute résolution</a>
Tristesse et Joie dans la vie des Girafes de Tiago Rodrigues dans une mise en scène de Thomas Quillardet © photo Christophe Raynaud de Lage - <a style='color: cyan;' href='images/uploads/fullsize/1501008547_tristesse9.jpg'><i class='fa fa-floppy-o'></i> Haute résolution</a>
Tristesse et Joie dans la vie des Girafes de Tiago Rodrigues dans une mise en scène de Thomas Quillardet © photo Christophe Raynaud de Lage - <a style='color: cyan;' href='images/uploads/fullsize/1501008562_tristessea.jpg'><i class='fa fa-floppy-o'></i> Haute résolution</a>

>> Profitez des commentaires ! Je m'abonne ! ou Je m'inscris gratuitement !<<

Patrimoine de France,
Commentaires:

Partagez cet article