Patrimoine de France

"Voyage entre Terrils et Cités"

Archives / Littérature
"Voyage entre Terrils et Cités"

Le bassin minier du Nord-Pas de Calais Le recensement photographique du patrimoine du bassin minier réalisé ces dernières années, a donné vie à l'ouvrage "Voyage entre Terrils et Cités". Un livre, reflet de sa richesse architecturale, inscrit au plus près de son Histoire.

Close the overlay

"Voyage entre Terrils et Cités"

vendredi 16 janvier 2015
Contenu réservé aux abonnés
Premium

"Voyage entre Terrils et Cités, le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais" © Ed. Lieux Dits
Loin des préjugés, tout naturellement, l'on touche ici le cœur même de la ressource humaine de cette région attachante, toujours en mouvement.

La poésie qui imprègne toutes les photos du livre est un hommage à une région sinistrée. Sans nier la réalité, elles témoignent d'une grande humanité.

Si la notion d'habitat et de structure sociale est largement développée, l'aspect culturel ouvre des horizons pour la région et porte en lui un chapitre plein d'espoir dans l'avenir du Nord Pas de Calais.

Le 4 décembre 2012, jour de la Sainte-Barbe (patronne des mineurs), est à marquer d’une pierre blanche pour l’ensemble de la région : le Louvre ouvre ses portes sur l’ancien carreau de la fosse 9-9bis des mines de Lens.

Situé au centre de l’ancien bassin minier, le nouveau musée prend place au cœur des cités de la ville, entre le stade Bollaert et les Grands Bureaux.

Lens, capitale du charbon, est le siège de la Compagnie (créée en 1853) puis du Groupe de Lens qui compte parmi les sociétés les plus réputées du bassin minier. On lui doit la construction de cités remarquables organisées comme de véritables villes, de chevalements métalliques ou en béton et de terrils dont certains sont devenus des repères visuels essentiels dans le paysage.

Les photographies qui suivent ont été prises sur le territoire qui correspond aux concessions exploitées par les compagnies de Courrières, Dourges, Drocourt, Lens et Liévin, avant un redécoupage en 4 groupes (Hénin-Liétard, Lens, Liévin, Oignies) au moment de la nationalisation.

Les terrils

"Voyage entre Terrils et Cités, le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais" © Ed. Lieux Dits
Témoins parmi les plus anciens de l’activité minière, les terrils10 se situent toujours à proximité des sites d’exploitation.

Ces monticules sont de deux sortes : les plus anciens sont plats ou tabulaires, puisque les déchets étaient acheminés par la force animale ou humaine ; plus tard, la mécanisation permet leur développement en hauteur, remédiant ainsi au manque de place. Ils sont constitués des déchets stériles (schistes, grès, terre) extraits avec le charbon des 100 000 km de galeries souterraines.

Les chevalements et les fosses

"Voyage entre Terrils et Cités, le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais" © Ed. Lieux Dits
Autres vestiges de l’industrie minière, les bâtiments de fosses (plus de 110 fosses d’extraction recensées après 1945) sont repérables grâce à leurs chevalements ou chevalets qui servent à descendre et remonter les hommes, le matériel et le charbon.

Ces derniers sont placés à l'entrée du puits menant aux différents galeries dont la profondeur peut atteindre 1 000 m.

La région compte encore 21 chevalements sur les 80 recensés en 1989. Certains sont les seuls éléments rescapés des fosses (Évin-Malmaison, Liévin).

Les cités

Les logements du personnel des mines forment un réseau d’agglomérations exceptionnel en Europe. On recense encore près de 700 cités.

Ce patrimoine si particulier représente encore plus de 77 000 logements (116 000 en 1965), dont la construction s’est poursuivie de 1830 à 1965 environ.

Ces cités ont été construites par les compagnies pour loger et sédentariser la nombreuse main-d’œuvre nécessaire à l’exploitation minière.La majorité des logements date de la première reconstruction, c’est-à-dire des années 1920.

Considérées à l’époque comme les vitrines des sociétés minières, les cités de la région, et le bassin minier en général, ont été des lieux d’expérimentation de l’urbanisme et de l’habitat ouvrier.

De nouveaux types de logements qui se déclinent sur tout le...

1€ puis 5,90 euros / mois

Il vous reste 50% de l'article à découvrir.

L'accès à la totalité de cet article est protégé et réservé aux abonnés de Patrimoine de France. Profitez de nombreux cadeaux ‘Patrimoine’, de tout le contenu, de photographies ultra haute définition et bien d’autres avantages à partir de 1 euro seulement !

Je m'inscris !

Diaporama

Découvrir ou redécouvrir, entre terrils et cités, le caractère spectaculaire, insolite ou remarquable © Ed. Lieux Dits
De par son inscription au patrimoine mondial de l’Unesco le bassin minier du Nord-Pas de Calais accède à une reconnaissance internationale © Ed. Lieux Dits
Le hasard géologique et la persévérance des hommes se sont conjugués pour façonner des paysages hors du commun © Ed. Lieux Dits
La préservation, la reconversion ou la réhabilitation de sites, le classement au titre des Monuments historiques constituent les efforts mêlés des collectivités territoriales et associations © Ed. Lieux Dits
Témoins de l’exploitation minière : les terrils, les cavaliers, les fosses et chevalements, les cités minières et leurs équipements © Ed. Lieux Dits
Terrils, chevalements, corons, cités-jardins ou pavillonnaires, anciennes fosses et patrimoine technique n’ont pas disparu avec la fin de l’extraction © Ed. Lieux Dits
Tous ces éléments du paysage participent à la mémoire vivante de trois siècles d’aventure humaine et industrielle © Ed. Lieux Dits

>> Profitez des commentaires ! Je m'abonne ! ou Je m'inscris gratuitement !<<

Patrimoine de France,
Commentaires:

Partagez cet article