Patrimoine de France

Adieu à Gisèle Casadesus

Rubrique
Adieu à Gisèle Casadesus

En Afrique, on dit qu’un vieillard qui meure, c’est une bibliothèque qui disparaît. Avec Gisèle Casadesus c’est une part vibrante du XXème siècle qui est en deuil. La butte Montmartre vient de perdre celle qui vécut dans la maison dans laquelle elle a vue le jour. Par Marie Laure Atinault

Close the overlay

Adieu à Gisèle Casadesus

lundi 25 septembre 2017
Contenu réservé aux abonnés
Premium

Gisèle Casadesus à son bureau
Gisèle Casadesus, la doyenne des comédiennes est morte à 103 ans, le dimanche 24 septembre 2017


Gisèle naît en 1914 à Paris.

Son père, Henri Casadesus est compositeur et chef d’orchestre, sa mère, Marie-Louise Beitz est harpiste. Chez les Casadesus, on fait ses gammes avant les pages d’écriture. C’est une grande famille d’artiste.

Après un premier prix de comédie au conservatoire, elle entre à la Comédie Française en 1934. Elle fera ses débuts dans le rôle de Rosine du Barbier de Séville.

Elle épouse le comédien Lucien Pascal. Ils auront quatre enfants Jean-Claude Casadesus, l’immense Chef d’orchestre, Martine Pascal l’émouvante comédienne, Béatrice, plasticienne et Dominique Probst, délicat compositeur et percussionniste. Sa descendance irradie dans  tous les arts, cantatrices, comédiennes, musiciens, décorateurs, compositeurs, sculpteurs. Les Muses ont élu domicile dans cette famille.

 La 400éme sociétaire de la Comédie Française jouera les plus grands rôles du répertoire. Elle sera dirigée par Louis Jouvet, Gaston Baty, Jacques Copeau, Dullin, le cartel apprécie cette comédienne délicate et les metteurs en scène maison de Pierre Dux à Maurice Escande feront appel à son élégante espièglerie. Elle quitte la grande Maison en 1962, en 1967 elle devient sociétaire Honoraire. Elle restera très attachée à la troupe de la Comédie-Française, venant voir tous les spectacles et s’attachant aux nouveaux comédiens.

Gisèle Casadesus et Martine Pascal © photo Laurencine Lot
Après son départ de la Comédie-Française elle joue différentes pièces d’auteurs comme Anouilh, Giraudoux, Ionesco, Beckett, Roussin et son célèbre Lorsque l’enfant paraît. En 1995, elle joue à Chaillot Savannah Bay de Marguerite Duras avec sa fille Martine Pascal, ce devait être des adieux mais le public en décidera autrement. Au théâtre Antoine, elle jouera une lecture spectacle de la pièce de Pascal Lainé Le Jubilé d’Agathe, dirigée par sa belle fille Catherine Chevalier, au côté de sa petite fille la comédienne Barbara Probst.

Dans cette belle et longue carrière, il ne faudrait pas oublier le cinéma, où elle eu pour partenaire Gabin, Michel Simon, Raimu dans L’homme au chapeau Rond, dans Entre onze heures et minuit  elle campe la maîtresse tyrannique de Louis Jouvet. Elle fut dirigée par les plus grands Marcel Lherbier, Deville,  Lelouch, Becker. La tête en friche de ce dernier lui donnera un joli rôle et un partenaire qui sera subjugué par elle, Gérard Depardieu.

A la télévision elle participera à un nombre impressionnant de film et sera dans les Compagnons de Jehu.

Le souvenir que nous avons d’elle est celui d’une vieille dame élégante, au sourire bienveillant.

Sa diction parfaite, son sens de la langue, sa grande gentillesse, son regard ravisant empreint d’une grande bonté  nous laisse un parfum suave sans mièvrerie.

Cette grande Dame  vient de nous faire sa dernière révérence.

Marie Laure Atinault

Merci à Laurencine Lot pour le beau portrait de Gisèle Casadesus et de Martine Pascal

Diaporama

>> Profitez des commentaires ! Je m'abonne ! ou Je m'inscris gratuitement !<<

Patrimoine de France,
Commentaires:

Partagez cet article