Waknine, de l'élégance dans l'assiette

Avec les beaux jours qui arrivent on souhaite être en forme, -surtout les bonnes- manger équilibré et profiter du soleil, chez Waknine, on est au bon endroit.

La terrasse va ouvrir au printemps. Fréquenté par ses fidèles habitués, et le bouche à oreille colportant l’excellente réputation de l’établissement, la salle affiche complet. 

Plusieurs bonnes raisons à cet engouement, les produits frais du jour, cuisinés maison. Et le restaurant familial applique la meilleure formule qui soit : une courtoisie aimable. 

Pour se réjouir des bonnes choses 

Les clients, à l’aise, sont comme invités à la table de Samuel Waknine.

 

Restaurant chez Waknine © photo PdF 2019

 

La décoration, inspirée par le vécu de la Maison, n’a pas bougé depuis des décennies.

Aux petits oignons

Du Classique 

Pas de menu du jour ici car les habitués savent que le plat principal va satisfaire leur appétit, l’assiette est copieuse. Les entrées variées, une déclinaison autour de 15€, la plus onéreuse étant le foie gras (22€)

Un beau choix de poissons (25/26) viandes cuisinées maison -Tartare de boeuf Waknine- le tout agrémentés de légumes du jour, craquants à souhait.

Toujours bon pour la ligne. 

 

Mousseline au citron Sylvie Vartan © photo PdF 2019

 

Un Conseil d’ami, la mousseline au citron 

Ne pas manquer le dessert exécuté à la demande de Sylvie Vartan,  d’une douceur fondante aux notes citronnées mais pas sucrées. Magistral. 

On dit merci qui ? merci Sylvie !

 

Une décoration très cosy chez Waknine © photo PdF 2019

La Méditerranée est dans l’assiette 

Les suggestions du jour interpellent. L’assortiment est élégant : chèvre frais, poivrons doux gratinés, zestes d’agrumes, pommes de terre aux herbes, boulettes de veau au parmesan, lasagne maison.

Une sélection de classiques, Bordeaux, (2012 Médoc et Saint-Julien) des Bourgogne (2013-2014) en blanc du Viognier, Mercurey et Condrieux, entre autres. 

Le patron invite à goûter ses coups de cœur, la sélection du mois.

 

Une carte généreuse et un accueil chaleureux, voilà la recette de cette belle adresse conviviale.

 

Waknine

9 Avenue Pierre 1er de Serbie

75116 Paris

01.47.23.48.18

www.waknine.fr 

Guimet, Palais de Tokyo, Musée d'Art Moderne, le Waknine est au cœur du  Triangle d'or des Musées

On ajoute cette belle adresse comme déjà de nombreux adeptes, à notre carnet de recommandations.

 

 

jeudi, 21 février 2019 Écrit par

Restaurant l'EDERN

Situé à deux pas de l'Arc de Triomphe, la nouvelle adresse où retrouver le jeune chef Jean-Edern Hurstel parait bien discrète. Pourtant, elle est déjà en peu de temps, le lieu parisien où il fait bon se restaurer. Dans une ambiance grisée et lumineuse, les convives se régalent de plats gracieux.

Dégustons ensemble !

L'élégance de la carte rivalise de pépites. A l'Edern on ne manque pas d'imagination et vous pouvez commander en début de repas des entrées à partager, chacun peut picorer et goûter selon ses envies : chèvre de Monsieur Fabre en croquettes, sur lit de vinaigrette au miel et romarin (16€) ou bien encore des sardinettes du Pays Basque espagnol au citron confit, cébette thaï et piquillos (18€). Les entrées, entre 22 et 30€) oscillent entre buratta, bœuf de Simmenthal, dorade royale en ceviche, à la mangue épicée, avocat et suc de passion, tout un roman. 

Les mets accommodés à la "Mode Jean-Edern Hurstel"

Et si les accompagnements paraissent insolites au premier abord, les associations délicates, vous me direz c'est la tendance actuelle, mais il faut savoir doser les éléments, maîtriser l'ensemble et là, l'équilibre des plats est atteint. 

Les sauces, exquises, emportent les papilles. Leur onctuosité emplit le palais de légèreté. 

 

Dessert tout chocolat à l'EDERN © photo Marco Strullu

 

 

Comme toute bonne adresse qui se respecte, les produits de saison s'invitent au menu. Les poissons exquis. Les noix de Saint-Jacques, à la parure croustillante, accompagnées de topinambours, se font croquantes. Nappées de les quenelles maisons onctueuses offrent un naturel savoureux. Les desserts, et un particulier qui sort du lot, fait fondre toutes les bonnes volontés pourtant, incitées à la restriction de cette "après fête" ! Tant pis pour les bonnes résolutions. 

Pour son restaurant, le chef a voulu d'emblée proposer une cuisine reconnaissable.

Sa patte est reconnue par ses pairs et son expérience, en fréquentant Alain Senderens, Alain Passard, Gordon Ramsay ou bien encore Alain Ducasse dans les établissements renommés - Lucas Carton, l'Arpège, le Louis XV à Monaco..- et le plus jeune chef français à diriger la cuisine d'un Palace le Peninsula, lui confère, c'est le moins que l'on puisse dire, une assise.

Tout ce qu'il fallait pour, enfin, se lancer.

Un savoir-faire partagé avec son maître d'apprentissage, le chef Claude Legras à Genève, venu cuisiner à ses côtés à l'ouverture un souvenir qui le fait vibrer encore aujourd'hui.  "l'apprentissage est la clé de tout notre métier" confie, souriant, le talentueux entrepreneur. C'est une aventure dans laquelle sa jeune équipe l'a suivi. Sans doute, son envie de transmettre, communicative, entraînant un esprit d'équipe qui règne dans cette nouvelle Maison.

La générosité et le partage sont à la carte, c'est exactement ce qu'il nous faut en ce début d'année.

Merci Chef.

Le restaurant L'EDERN

6 Rue Arsène Houssaye

75 008 Paris

01.45.63.88.01

Prix net en euros, services et taxes compris. 

Signaler les allergies que la cuisine puisse s'adapter. 

Les viandes sont d'origine française 

vendredi, 11 janvier 2019 Écrit par

Compteur de visites

880016
Aujourd'hui
Hier
Cette semaine
Ce mois
Depuis le début
8532
12799
70220
97117
880016

S'abonner à la newsletter

Recevez nos newsletters !

  • Avant tout le monde
  • Contenu exclusif
  • Confidentialité totale

Faire un don

En faisant un don vous contribuez à l'évolution de notre site qui vous apportera toujours plus de contenu

Montant:
 EUR