Patrimoine de France

Carcassonne et ses châteaux sentinelles,  une candidature à l

Lieux de Mémoire
Carcassonne et ses châteaux sentinelles, une candidature à l'UNESCO

Carcassonne accompagnée de ses châteaux emblématiques du pays cathare porte sa candidature auprès de l’UNESCO, riche d'un passé exceptionnel, elle compte revaloriser tous ses sites majestueux, qui ne feront plus qu'un ! Par Guy Hébert

Close the overlay

Carcassonne et ses châteaux sentinelles, une candidature à l'UNESCO

jeudi 09 novembre 2017
Contenu réservé aux abonnés
Premium

En Occitanie, une nouvelle candidature au patrimoine mondial de l’UNESCO

 

Jamais deux sans trois ?

La Cité de Carcassonne encore plus envoûtante de nuit © photo PdF 2017
La ville de Carcassonne, qui peut déjà s’enorgueillir d’avoir deux sites classés au patrimoine mondial de l’UNESCO, à travers la cité médiévale et le canal du midi, vise une nouvelle reconnaissance. Celle de la valeur exceptionnelle du système territorial de défense, coordonné et homogène, que constituent  les châteaux d’Aguilar, Lastours, Montségur, Peyrepertuse, Puilaurens, Quéribus et Termes, avec la cité de Carcassonne.

Cette candidature d’un bien en série, initiée en 2010, présentée en 2016 à l’UNESCO par le Conseil départemental de l’Aude, a été intégrée par l’État, dans la liste proposée pour inscription, en avril 2017.

Les châteaux sentinelles dans le département de l'Aude © photo PdF 2017
A double titre, elle s’inscrit dans les critères définis par l’UNESCO. En constatant que l’ensemble de ces sentinelles de montagne est unique au monde. Constituant une des premières constructions en série, il   témoigne de la norme architecturale promue par Philippe Auguste. Garantissant la frontière, face au royaume d’Aragon tout en affirmant le pouvoir royal capétien, à l’issue de la croisade contre les Albigeois.

 En quelques décennies, sur les sommets montagneux des piémonts pyrénéens et de la Montagne Noire, la sénéchaussée de Carcassonne a planifié  la réalisation de prouesses architecturales, utilisant des nouvelles avancées techniques remarquables. 

S’il n’est plus utile de promouvoir la cité de Carcassonne, destination plébiscitée mondialement, il est possible d’augmenter la notoriété de la région, riche de son  histoire et de ses fascinantes citadelles bâties sur des reliefs escarpés, dans un environnement exceptionnel.

D’abord en rectifiant une idée reçue qui parle de châteaux cathares. A tort. Leur existence est due à une volonté capétienne.

Le château de Lastours © photo PdF 2017
Ensuite, l’histoire des lieux remonte à la préhistoire et à l’antiquité. En témoignent d’abord les traces de présence humaine autour de Peyrepertuse au néolithique. Et à Lastours, la sépulture de la « princesse au collier » datant de l’âge du bronze. Dès le VIe siècle avant J.-C., le site de Carcassonne est occupé par les romains. La ville, appartenant à la province de la Narbonnaise, est le chef-lieu de la colonie Julia Carcaso. Entre le Xe et le début du XIIe siècle, les vicomtes de Trencavel font de Carcassonne leur résidence principale qu’ils dotent d’un palais entouré d’une enceinte fortifiée.

Queribus © photo PdF 2017
Après la croisade des Albigeois en 1209, contre l’hérésie cathare, et l’annexion de Carcassonne, en 1226, au domaine royal, Louis IX et le roi d’Aragon signent le traité de Corbeil, en 1258. Naît ainsi une frontière d’un État centralisé, au sens moderne des mots, qui met fin à l’enchevêtrement des possessions féodales.

D’où la reconstruction ou l’agrandissement de cinq des châteaux sentinelles. Lastours et Monségur complèteront ces forteresses. De ces réalisations, il faut également retenir le caractère monumental d’une architecture qui exploite les avancées du gothique, et qui, au-delà du caractère défensif affirmé, ne néglige ni esthétique, ni confort.

Peyrepertuse © photo PdF 2017
Et toutes ces sentinelles, dont Carcassonne a été la réserve logistique,  dressent leurs tours sur des sommets souvent escarpés. S’étageant  de 260m pour les quatre châteaux de Lastours, à 1207m pour celui de Monségur, ils méritent bien d’être qualifiés de « citadelles du vertige ».

En tout cas, la volonté des initiateurs de la candidature au patrimoine mondial de l’UNESCO ne donne pas le vertige, vu la qualité du dossier présenté. Décision au plus tôt fin 2018, début 2019 ! 

Guy Hébert

A noter : On peut rejoindre le comité de soutien sur citadellesduvertige.aude.fr

Diaporama

>> Profitez des commentaires ! Je m'abonne ! ou Je m'inscris gratuitement !<<

Patrimoine de France,
Commentaires:

Partagez cet article