Imprimer cette page

A Montpellier, l’art est omniprésent cet été

Montpellier : la place où il va falloir être en juin-juillet 2019. Affiche culturelle exceptionnelle unique en Europe pour l’art contemporain, mais aussi pour l’architecture et les arts.

Dans l’ordre des réjouissances, inauguration le 8 juin d’une opération qui, pendant cinquante jours, présentera 100 artistes dans la ville, dans les cafés, commerces et sur les places…

Une véritable galerie à ciel ouvert, dans un parcours menant de la gare au Centre d’art contemporain  La Panacée, installé dans l’ancien collège royal de médecine, et à l’Ecole des Beaux-Arts. Auquel s’ajoutera le nouvel « Hôtel des collections », inauguré le 29 juin dans l’Hôtel Montcalm, un bâtiment de 1816 restructuré, dans un beau parc revisité.

Regroupés au sein du MO.CO. (Montpellier Contemporain), ces trois unités, sorte d’éco-système artistique, viennent compléter une offre déjà exceptionnelle. Il suffit de songer au Musée Fabre, au Pavillon populaire dédié à la photographie, et aux nombreux festivals.

 

Une vitalité culturelle que le programme de juin-juillet illustre.

L’architecture ouvrira le bal. Dans le cadre du mois de l’architecture, le FAV (Festival des Architectures Vives), du 11 au 16 juin, réveillera le patrimoine architectural. Dans les cours d’une douzaine d’hôtels particuliers, accessibles pour l’occasion, de jeunes équipes d’architectes ont imaginé des installations pour engager une réflexion autour de la beauté. Pour sa quatorzième édition, le festival a invité encore  plus le monde. En témoignent des participations américaine, espagnole, portugaise, néerlandaise, écossaise et anglaise. Et bien sûr française, de Montpellier, Montrouge, Paris ou Thonon-les-bains. Des surprises attendront les visiteurs qui, pour une des propositions, produiront l’œuvre imaginée.

A cette semaine s’ajouteront, conférences et visites organisées par la DRAC (Direction Régionale de l’Action Culturelle). Jusqu’au 28 septembre, une exposition s’intéressera à l’architecture d’urgence, au Centre d’art La Fenêtre.

De même, le Pavillon Populaire accueillera, pour la période estivale, Lynne Cohen. Décédée en 2004, la Canadienne s’est fait connaître par ses photographies conceptuelles d’espaces intérieurs ou publics, sans présence humaine. Ayant à voir avec l’architecture.

Pour le théâtre, le Printemps des Comédiens offrira, du 31 mai au 30 juin, vingt-huit spectacles. Théâtre, classique ou contemporain, de la musique, de l’esprit et du sens…  Dans le superbe Domaine d’O, un espace de 23 hectares réunissant, dans une pinède centenaire où il sera agréable de se restaurer, le théâtre Jean-Claude Carrière et un amphithéâtre en plein-air.

De même, il ne faudra pas manquer, dès le 15 juin, l’exposition de l’été du Musée Fabre : Vincent Bioulès-Chemins de traverse. Un hommage opportun, sous la forme d’une grande exposition monographique, au peintre montpelliérain qui fut l’un des organisateurs d’une exposition de 1970 déjà nommée « 100 artistes dans la ville ». Et également un des membres fondateurs du groupe Supports/Surfaces, un mouvement né à la fin des années 1960.

Réunissant en particulier des peintres qui se sont rencontrés à l’école des Beaux-Arts de Montpellier. En même temps, l’Hôtel Montcalm présentera les collections de l’entrepreneur japonais Yasuharu Ishikawa. A La Panacée, 80 artistes internationaux mettront en scène La rue où le monde se crée. Conçue par Hou Hanrou, directeur du MAXXI de Rome, elle fait une large place à la vidéo.

Importante toute l’année à l’Agora-cité internationale de la dance, installée dans un lieu patrimonial, cette discipline a aussi son rendez-vous incontournable du 22 juin au 6 juillet. Montpellier Danse s’ouvre à toutes les danses et aux cultures du monde en mouvement. Avec, comme fil conducteur de la 39e édition, Merce Cunningham qui aurait eu cent ans cette année. En présence du grand chorégraphe américain William Forsythe.

La ville de Montpellier retrouvera également, du 10 au 26 juillet, son célèbre festival Radio France-Occitanie-Montpellier. Sa 35e édition, Soleil de Nuit, convoquera les musiques du Nord qui bercent la Baltique. Comme chaque année, une centaine de spectacles musicaux, gratuits neuf fois sur dix, se déclineront en opéras, concerts symphoniques, musique de chambre, récitals de jeunes solistes, jazz.

La capitale du Languedoc, une place forte de l’art contemporain et de la culture! Pour tous les goûts et toutes les bourses. A fréquenter, sans modération.

 

27 Jui 2019 108 Commentaires
(0 Votes)
  Guy Hébert
  • Taille de police

Montpellier : la place où il va falloir être en juin-juillet 2019. Affiche culturelle exceptionnelle unique en Europe pour l’art contemporain, mais aussi pour l’architecture et les arts.

Dans l’ordre des réjouissances, inauguration le 8 juin d’une opération qui, pendant cinquante jours, présentera 100 artistes dans la ville, dans les cafés, commerces et sur les places…

Une véritable galerie à ciel ouvert, dans un parcours menant de la gare au Centre d’art contemporain  La Panacée, installé dans l’ancien collège royal de médecine, et à l’Ecole des Beaux-Arts. Auquel s’ajoutera le nouvel « Hôtel des collections », inauguré le 29 juin dans l’Hôtel Montcalm, un bâtiment de 1816 restructuré, dans un beau parc revisité.

Regroupés au sein du MO.CO. (Montpellier Contemporain), ces trois unités, sorte d’éco-système artistique, viennent compléter une offre déjà exceptionnelle. Il suffit de songer au Musée Fabre, au Pavillon populaire dédié à la photographie, et aux nombreux festivals.

 

Une vitalité culturelle que le programme de juin-juillet illustre.

L’architecture ouvrira le bal. Dans le cadre du mois de l’architecture, le FAV (Festival des Architectures Vives), du 11 au 16 juin, réveillera le patrimoine architectural. Dans les cours d’une douzaine d’hôtels particuliers, accessibles pour l’occasion, de jeunes équipes d’architectes ont imaginé des installations pour engager une réflexion autour de la beauté. Pour sa quatorzième édition, le festival a invité encore  plus le monde. En témoignent des participations américaine, espagnole, portugaise, néerlandaise, écossaise et anglaise. Et bien sûr française, de Montpellier, Montrouge, Paris ou Thonon-les-bains. Des surprises attendront les visiteurs qui, pour une des propositions, produiront l’œuvre imaginée.

A cette semaine s’ajouteront, conférences et visites organisées par la DRAC (Direction Régionale de l’Action Culturelle). Jusqu’au 28 septembre, une exposition s’intéressera à l’architecture d’urgence, au Centre d’art La Fenêtre.

De même, le Pavillon Populaire accueillera, pour la période estivale, Lynne Cohen. Décédée en 2004, la Canadienne s’est fait connaître par ses photographies conceptuelles d’espaces intérieurs ou publics, sans présence humaine. Ayant à voir avec l’architecture.

Pour le théâtre, le Printemps des Comédiens offrira, du 31 mai au 30 juin, vingt-huit spectacles. Théâtre, classique ou contemporain, de la musique, de l’esprit et du sens…  Dans le superbe Domaine d’O, un espace de 23 hectares réunissant, dans une pinède centenaire où il sera agréable de se restaurer, le théâtre Jean-Claude Carrière et un amphithéâtre en plein-air.

De même, il ne faudra pas manquer, dès le 15 juin, l’exposition de l’été du Musée Fabre : Vincent Bioulès-Chemins de traverse. Un hommage opportun, sous la forme d’une grande exposition monographique, au peintre montpelliérain qui fut l’un des organisateurs d’une exposition de 1970 déjà nommée « 100 artistes dans la ville ». Et également un des membres fondateurs du groupe Supports/Surfaces, un mouvement né à la fin des années 1960.

Réunissant en particulier des peintres qui se sont rencontrés à l’école des Beaux-Arts de Montpellier. En même temps, l’Hôtel Montcalm présentera les collections de l’entrepreneur japonais Yasuharu Ishikawa. A La Panacée, 80 artistes internationaux mettront en scène La rue où le monde se crée. Conçue par Hou Hanrou, directeur du MAXXI de Rome, elle fait une large place à la vidéo.

Importante toute l’année à l’Agora-cité internationale de la dance, installée dans un lieu patrimonial, cette discipline a aussi son rendez-vous incontournable du 22 juin au 6 juillet. Montpellier Danse s’ouvre à toutes les danses et aux cultures du monde en mouvement. Avec, comme fil conducteur de la 39e édition, Merce Cunningham qui aurait eu cent ans cette année. En présence du grand chorégraphe américain William Forsythe.

La ville de Montpellier retrouvera également, du 10 au 26 juillet, son célèbre festival Radio France-Occitanie-Montpellier. Sa 35e édition, Soleil de Nuit, convoquera les musiques du Nord qui bercent la Baltique. Comme chaque année, une centaine de spectacles musicaux, gratuits neuf fois sur dix, se déclineront en opéras, concerts symphoniques, musique de chambre, récitals de jeunes solistes, jazz.

La capitale du Languedoc, une place forte de l’art contemporain et de la culture! Pour tous les goûts et toutes les bourses. A fréquenter, sans modération.

 

Informations supplémentaires

  • Région: Occitanie
Dernière modification le samedi, 29 juin 2019 12:25

108 Commentaires