Patrimoine de France

Du Patrimoine aux enchères

Ventes aux Enchères
Du Patrimoine aux enchères

Les ventes aux enchères sont un des meilleurs révélateurs du patrimoine, voici quelques fleurons, choix éclectique et sans exclusive figurant prochainement au programme de Drouot et autres lieux. Par Françoise Deflassieux

Close the overlay

Du Patrimoine aux enchères

lundi 16 octobre 2017
Contenu réservé aux abonnés
Premium

Le premier est un Picasso, denrée rare s’il en est sur la scène parisienne. A vrai dire, il ne s’agit pas d’un tableau mais d’un “gemmail“ une technique dérivée du vitrail qu’ont bien connue au siècle dernier les Parisiens habitués de la station Franklin-Roosevelt, décorée de ces tableaux vitraux inspirés de grands noms de la peinture, dont on se demande pourquoi ils ont été supprimés vers l’an 2000 (il aurait suffi de les nettoyer !)

La “Guitare“ de Picasso présentée à Drouot ne vient pas du métro, mais d’une collection privée.  On en attend autour de 100/150.000€, le même prix que le petit Renoir en bandeau représentant deux jeunes filles dans une roseraie proposé le même jour. (Lundi 23 octobre, svv Aguttes, Hôtel Drouot, salle 5)


De Rodin à Claudel

Un Trésor en héritage, Camille Claudel, Sakountala, esquisse, terre-cuite, vers 1886, estimation : 50 000 – 70 000 € / 55 000 – 77 000 $ © Art Curial
Quatre jours plus tard, c’est Rodin qui trône en vedette de la vente du manoir de Thimecourt, avec une  version d’époque, mais de série et en réduction, du “Baiser“ de Rodin, fonte Barbedienne, proposée sur l’estimation de  120./180.000.€ 27 octobre , svv Lhuilier & Ass. Hôtel Drouot, salle 5)

On retrouve Rodin le mois suivant avec une “Vénus“ provenant d’une collection particulière, fonte Rudier de 1945 d’un modèle conçu vers 1890. On en attend de 250./300.000€. (Vendredi 10 novembre svv De Baecque & Ass., Hôtel Drouot, salle1)

Quand on parle de Rodin, Camille Claudel n’est jamais loin. La voici chez Artcurial avec une vingtaine de bronzes, terres-cuites, plâtres, dont deux esquisses en terre-cuite du célèbre “Sakountala“, réalisées en 1886 et préparant la version finale en bronze de l’œuvre (50/70.000.€ chaque), La vente comprend aussi une version en bronze de l’œuvre, par Blot, datée entre 1886 et 1905 et estimée estimée 600./800.000.€. (Lundi 27 novembre, Artcurial, rond-point des Champs Elysées)

Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen Se vend chez les citoyens Robert et Arthur, a la manufacture de papiers peints, rue des Piques. A Paris, 1793. Affiche, papier peint en couleurs rehaussé à la gouache, titre peint, texte imprimé. Boîte en chêne massif clair, moderne. H. 2,55 m x L. 1,38 m. Papier marouflé sur toile fine, composé de 11 feuilles de diverses tailles. Estimation : 100,000 - 150,000€ © Sotheby’s / Art Digital Studio
Paris vu par Atget

A mesure que le temps passe, les photos par Eugène Atget du Paris 1900 prennent une valeur patrimoniale qui justifie les estimations de 6000/15.000.€ pour les plus intéressantes. Plutôt que de faire de belles images pour guide touristique, le photographe va au devant d’une banalité vouée à l’oubli.

Que reste-t-il aujourd’hui des rues pavées, des charrettes, des fripiers, des colporteurs, des curés en soutane, des marchandes des 4 saisons et des enfants tristes aux tabliers sales ?

Ne pleurons pas trop sur ce monde disparu. Si les anciens quartiers ouvriers ont viré au bobo et perdu leur pittoresque, la capitale a plutôt évolué dans le bon sens. Le Paris d’Atget était noir, crasseux, souvent délabré, celui d’aujourd’hui est plus présentable.

Certains bâtiments, chapelles, boutiques ancestrales, hôtels nobiliaires au bord de la démolition, ont été restaurés et nettoyés, comme l’Hôtel Duchesne qui abritait alors la Boucherie Saint André des Arts. En revanche, la Boutique Louis XVI photographiée en 1898 quai de Bourbon a été fâcheusement “modernisée“. (Jeudi 9 novembre svv Binoche & Giquello Hôtel Drouot, salle 15)

Histoire de France

 La Grande Histoire, c’est paradoxalement sous les marteaux britanniques de Sotheby’s et Christie’s qu’on la rencontre, avec deux pièces rares et même uniques.

La première est l’affiche de la Déclaration Droits de l’Homme, proposée le 30 octobre par Sotheby’s entre 100 et 150.000.€. Il s’agit du seul exemplaire connu à ce jour. Une image monumentale (255x135cm) rehaussée de gouache et ornée des symboles habituels de la Révolution : faisceau de licteur, cocarde, allégorie de la République. Et texte beaucoup plus radical et virulent que celui de 1789, qui légalise carrément l’insurrection et la violence. (Mardi 30 octobre , Sotheby’s Paris, 76, rue du Faubourg Saint Honoré)

Eugène Delacroix, la Liberté guidant le peuple, huile sur toile, 64,5x81,3cm, 1830, © Christie’s
La seconde, présentée à Londres par Christie’s, c’est un Delacroix, et non des moindres puisqu’il s’agit de “La Liberté guidant le Peuple“, sur les barricades de juin 1830. Une simple esquisse bien sûr, très gribouillée  si on ose ce terme, mais la seule connue, assez éloignée de la composition définitive dont elle n’indique que les grandes lignes. Il s’agit néanmoins d’une huile sur toile (64,5 x 81,3 cm) attendue autour de 800.000.€ et 1M. 

 (Jeudi 14 décembre, Christie’s, 8, King street , Londres)

Tintin

Au même titre que les photos d’Atget et des autres, la Bande Dessinée devient elle aussi une partie non négligeable du patrimoine, qu’elle soit signée Hergé, Franquin, Uderzo et Goscinny .

A en juger du moins par les prix atteint aux enchères. Derniers records en date : les  1.450.000.€ atteints le 13 octobre par l’album du “Tour de Gaule d’Astérix“ de 1964. Suivis des 1.197.000.€ payés pour “le Bouclier Arverne“ de 1968.

La provenance Pierre Tchernia - et les dédicaces des auteurs–contribuent bien sûr à l’envolée des enchères. Ces prix n’en justifient pas moins l’estimation de 600/800.000.€ proposés le 18 novembre pour un dessin original d’Hergé.

Un quasi incunable de 1939 pour le projet de couverture du “Sceptre d’Ottokar“. On attend d’autre part 300/400.000.€ pour une feuille à l’encre de Chine et gouache constituant un passage de “L’étoile mystérieuse“ de 1942. (Samedi 27 novembre, Artcurial, rond-point des Champs Elysées)

F.D.



Diaporama

>> Profitez des commentaires ! Je m'abonne ! ou Je m'inscris gratuitement !<<

Patrimoine de France,
Commentaires:

Partagez cet article