Nos ancêtres les gaulois

Le site de Lattara © photo G.Hébert
Le site de Lattara © photo G.Hébert/PdF 2018

 

 

 

 

A un jet de pierre de Montpellier, au musée Lattara, naissance, vie et déclin d’un port gaulois

 

Nos ancêtres les gaulois… S’il est un lieu, entre Montpellier et la mer, où les visiteurs pourront découvrir l’histoire de ces  hommes et femmes, entre le Xième  siècle avant J.-C. et le 3ième  après J.-C., c’est bien au musée Henri Prades de Lattes, construit sur le site Lattara, ancien port gaulois de la méditerranée. Pendant 800 ans, les indigènes celtes se frottèrent aux Etrusques, aux Grecs, aux Ibères et aux romains. Aujourd’hui, le site archéologique Lattara-musée Henri Prades mérite le détour car, après 32 ans, il vient de subir une profonde rénovation qui le rend plus attractif et plus dense. Offrant un parcours chronologique bien structuré et mettant en valeur  d’intéressants objets archéologiques trouvés sur place ou à l’occasion de fouilles préventives à proximité. En guise d’introduction, un petit film d’animation séduira tout public. A la fois poétique et pédagogique, associant dessins et aquarelles, il présente l’histoire de l’antique Lattara. Avec   une réalisation remarquable et concrète, la réplique d’une maison gauloise traditionnelle (3ième - 2ième siècles avant J.-C.), découverte sur le site. Et une riche section permet de pénétrer dans le quotidien des habitants de Lattara. Un voyage intime dans notre histoire.

 

 

Au milieu d’un site où sont visibles des bases de murs de maisons de nos ancêtres, le musée offre une vision exhaustive de la période précédant la naissance d’un port gaulois jusqu’à sa fondation, son apogée et son déclin. De la première section, du  Xième au VIIIième avant J.-C., on retiendra  quelques objets provenant de populations au mode de vie semi-sédentaire, se déplaçant des zones lagunaires vers les plateaux de l’arrière-pays, en fonction des aléas climatiques. La seconde section permet de comprendre l’importante expansion de l’établissement gaulois de la Cougourlude, à 1,5 km au nord-est de la future implantation du port de Lattara. Avec ses enceintes monumentales mises en évidence lors de fouilles préventives en 2016. Puis son abandon progressif par les indigènes, attirés par la création du comptoir étrusque de Lattara, fondé aux environs de 500 avant J.-C., amplifiant des échanges commerciaux déjà existants avec les grecs de Massalia et les étrusques.

 

En 250 ans le port de Lattara, où les gaulois se sont installés en acquérant les savoir-faire des premiers occupants, prospère. Pendant cinq siècles la ville rayonne. Puis la lagune s’ensable, la mer s’éloigne … et les hommes aussi. Lattara a vécu mais n’a pas disparu. Son souvenir vit encore sous la terre.

 

Le site de Lattara © photo G.Hébert/PdF 2018

 

Aujourd’hui, le musée présente efficacement des témoignages recueillis depuis les premières fouilles d’Henri Prades, il y a plus de cinquante ans : céramiques, verreries, lampes, outils, monnaies, stèles, objets touchants du quotidien… Des vitrines permettent d’imaginer leurs activités quotidiennes : travailler, manger, se déplacer, décorer, se distraire, pratiquer des rites religieux… Intéressante également la volonté de montrer  les civilisations qui se sont rencontrées ici, étrusque, grecque, gauloise et romaine, à travers les objets sélectionnés. Ancienneté, permanence et richesse  des échanges avec le monde méditerranéen sont ainsi mis en évidence.

 

Faut-il trouver une raison supplémentaire pour faire un détour par ce musée en découvrant Montpellier ? « Lattara est le site de formation de nombreux archéologues, depuis 1980, vu la  richesse de ce territoire » glisse Diane Dusseaux, conservatrice du patrimoine et directrice du musée. Ce lieu n’a pas fini d’enrichir nos connaissances par ses fonds disponibles et les fouilles qui se poursuivent. En attendant l’ouverture du site archéologique au public, auquel travaillent le musée et les chercheurs.

 

Une exposition temporaire, visible jusqu’au 7 janvier, est consacrée à La navigation lagunaire. 2 000 ans de secrets révélés par le musée d’archéologie de Catalogne. Les échanges méditerranéens continuent…

 

Par Guy Hébert

 

 

Informations pratiques        

 

Site archéologique Lattara-Musée Henri Prades, 390 avenue de Pérols 34970 Lattes

 

04 67 99 77 20 / www.museearcheo.montpellier3m.fr  

 

Fermé le mardi. Ouvert le samedi et le dimanche de 14h à 18h. Les autres jours de 10h à 12h et de 13h30 à 17h30.

 

A noter également  une douzaine d’ateliers pédagogiques, proposant des initiations variées (poterie néolithique, peinture pariétale, lampes à huile, orfèvrerie gallo-romaine, décors peints, mosaïque romaine, confection d’un costume, tissage antique, écritures anciennes, techniques de fouilles… pendant les vacances scolaires ou pour un anniversaire. Et toute l’année pour les scolaires.

 

Accès au site :

 

-          Terminus du tramway ligne 3 « Lattes Centre »

 

-          Piste cyclable entre Montpellier, Palavas et Pérols

 

-          Sortie 30 « Montpellier Sud» ou 31 « Montpellier Ouest », suivre la direction de Lattes, puis « Site archéologique Lattara-Musée Henri Prades »

 

12 Oct 2018

Restauration des cloches de Conques

L'Abbaye de Conques © photo PdF 2018

 

Pas de chocolat mais une envolée spectaculaire à ne pas manquer. En effet, les cloches de l’abbatiale Sainte-Foy vont s'échapper de leur domicile habituel pour une restauration et une analyse acoustique.

Trois des quatre cloches, dont celle du XVIe siècle, vont s’élever successivement dans les airs par hélicoptère, au petit matin. Une mission délicate vu la situation du village. L'opération est périlleuse par la géographie des lieux.

Menée par l’entreprise Bodet, experte en la matière puisque celle-ci a développé une technique de restauration innovante, brevetée en 1992 *, plus de 1 300 cloches leur ont déjà été confiées et restaurées.

 

L'équipe réalisera une étude du spectre musical des cloches. Cette analyse acoustique précise évaluera la sonorité et la note de chacune des cloches et permettra de comparer l’évolution des spectres sonores avant et après restauration. Ainsi, lorsque la Mairie souhaitera ajouter des cloches, il sera possible de lui fournir des éléments parfaitement accordés aux cloches existantes.

Ces travaux de restauration dureront jusqu’à début novembre. Les 3 cloches déposées seront ensuite remontées par hélicoptère, dans leur clocher, et réinstallées afin de retrouver leurs fonctions.

 

A l’Abbatiale Sainte-Foy, les 4 cloches du monument, aujourd’hui muettes, vont passer entre des mains expertes afin de leur donner une nouvelle jeunesse et la capacité de sonner.

La cloche la plus imposante (1180 mm de diamètre pour un poids estimé à 963 kg), restera à l’Abbatiale. Elle verra son moteur et son battant remplacés sur les lieux.

Les trois autres cloches, plus petites (respectivement 425 kg, 333 kg et 79 kg) seront transportées dans les ateliers Bodet. Elles y verront leur battant remplacé. Une attention particulière sera portée à la cloche de 333 kg, datant du XVIème siècle, qui recevra, elle, un battant forgé.

A ces opérations s’ajoutera pour la plus petite cloche, une électrification en volée et en tintement. Sa fêlure au point de frappe sera ressoudée. La fêlure au cerveau de la cloche de 425 kg sera également ressoudée et celle du XVIème siècle verra sa fausse bélière remplacée et son cerveau rechargé.

L’Abbatiale de Conques

 

 

Construite entre le XIème et le XIIème siècle, l’Abbatiale Sainte-Foy est considérée comme un chef d’œuvre de l’art roman du sud de la France. Classée aux monuments historiques en 1840, elle est inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1998.

Étape emblématique du chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, elle renferme les reliques de Sainte Foy. Son célèbre tympan et son trésor comprennent des pièces d’art uniques de l’époque carolingienne qui en font sa renommée. L’Abbatiale couronne magnifiquement Conques, petit village médiéval de caractère du nord de l’Aveyron, véritable bijou dans un écrin de verdure.

 

Musée Joseph-Fau

Place de l’abbatiale – Conques

12320 Conques-en-Rouergue

Tel : 05 65 72 92 28

17 Sep 2018

Compteur de visites

861133
Aujourd'hui
Hier
Cette semaine
Ce mois
Depuis le début
2448
13565
51337
78234
861133

S'abonner à la newsletter

Recevez nos newsletters !

  • Avant tout le monde
  • Contenu exclusif
  • Confidentialité totale

Faire un don

En faisant un don vous contribuez à l'évolution de notre site qui vous apportera toujours plus de contenu

Montant:
 EUR