17 Sep 2018

La mémoire ravivée à Blérancourt

7f2cd38b7681e6e2ef83b5a7a5385264_XL Patrimoine de France - A la découverte de nos terroirs - La mémoire ravivée à Blérancourt

Le château de Blérancourt © photo PdF 2018
Le château de Blérancourt © photo PdF 2018

 

Indéfectiblement liées les deux nations se rejoignent à Blérancourt

Une décennie après, le musée franco-américain retrouve sa place dans l'histoire de France et des Etats-Unis. A l'heure où les célébrations autour du Centenaire de la Première Guerre Mondiale se conjuguent pour raviver la mémoire de ce conflit décisif dans l'histoire de l'humanité, la réouverture de Blérancourt apparait comme une évidence.

La phase de rénovation s'est achevée dans les temps et le château a retrouvé son harmonie. Le bâtiment conçu pour relier ses extrémités se confond élégamment dans l'ensemble architectural.
Dans les Pavillons adjacents, l'un abrite la bibliothèque, accessible aux chercheurs, et le second conservé en l'état, est l'appartement dans lequel vivait Anne Morgan, en toute simplicité. Elle s'y installe en 1917 avec plusieurs volontaires américaines. En 1918, son Comité pour les Régions dévastées s'organise dans la lignée de l'American Field Service ou bien encore de l'hôpital américain de Neuilly, qui se porte très tôt au secours des blessés de guerre, sans attendre que le Président Wilson, frileux à engager son pays dans la bataille.
Son engagement se poursuivra, à l'instar de ses compatriotes durant la Seconde Guerre Mondiale. En 1924, elle ouvre le musée de la Coopération franco-américaine. La seconde aile du château sera restaurée en 2011 par les Amis français de Blérancourt pour y installer un espace d'exposition temporaire devenu bibliothèque par la suite.

En 1929, elle fera don du château à la France sous réserve que les autorités consacrent ce lieu à la transmission de son histoire pour les futures générations.

Il devient le musée franco-américain.

Le musée se décline en 3 espaces chronologiques bien définis pour une lisibilité accessible à tous les publics et une compréhension aisée de l’Histoire.

 

 

P1020429 Patrimoine de France - A la découverte de nos terroirs - La mémoire ravivée à Blérancourt
Le château de Blérancourt © photo PdF 2018

Les idéaux de la Révolution française essaiment en Amérique du Nord

Installé dans le pavillon le plus ancien, le premier espace souligne la cohérence entre l’architecture et les joyaux des 17et 18èmes siècles Le Siècle des Lumières français inspire les intellectuels américains et les échanges transatlantiques sont fructueux. Ce travail commun débouchera sur trois textes dont la Déclaration d’Indépendance.

La visite se poursuit par la « Rencontre de l’Autre » autour des amérindiens, figures de légende peintes par Rosa Bonheur et surtout Georges Catlin, portraitiste attiré par le peuple indien. Un artiste à redécouvrir.

La pièce suivante nous amène à la période de l’esclavage et de la traite des Noirs où l’on retrouve des éléments des épisodes du célèbre roman le plus vendu au XIXe de l’américaine Harriet Beecher Stowe, « la Case de l’Oncle Tom ».

Personnage central du musée franco-américain, Anne Morgan

Le second espace au sous-sol est dédié à la période 1917-1945, intitulée la Salle des Epreuves. Celle-ci met en relief des destinées exceptionnelles au centre desquelles nous découvrons au fil des documents, photos, tableaux, objets, la vie d’Anne Morgan.

Au début du Conflit, les Etats-Unis restent isolationnistes mais les américains vivants en France, conscients du danger, se mobilisent dès le début d’août 1914 pour trouver des fonds et aider la population. Rapidement l’hôpital américain de Neuilly accueillera les blessés de guerre. En 1918, les américains commencent à combattre. Ici les photos et témoignages de l’époque aident à comprendre cette page d’histoire.

Les actions d’Anne Morgan et de ses amies américaines, pionnières de l’humanitaire, trouvent ici tout leur écho.

Jazz, basket, chewing-gum et cigarettes… les français découvrent la manière de vivre à l’américaine et l’on bascule, avec le dernier espace, dans la période de l’après-guerre, pas si lointaine.

Illustré par différentes acquisitions contemporaines, le dernier espace du musée franco-américain expose un pan plus moderne de la peinture américaine. Parmi les sculptures et tableaux, l’on pourra admirer une toile de Calder et de Fernand Léger.

 


Informations supplémentaires

  • Région: Hauts-de-France
Lu 351 fois Dernière modification le mercredi, 31 octobre 2018 18:16
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.