Patrimoine de France

Initiations oenologiques à Montpellier

Vignes et Vignerons
Initiations oenologiques à Montpellier

In vino veritas ! Le musée Fabre de Montpellier compte-t-il sur cette maxime latine pour que les participants à ses visites œnologiques découvrent mieux le secret de quelques œuvres ? Assurément non. Pour qu’il en soit ainsi, il faudrait que la dégustation de quelques bonnes bouteilles soit prévue avant de s’arrêter devant les tableaux sélectionnés par les guides conférencier et les animateurs de l’AOC des Grès de Montpellier. Novembre et Décembre 2017

Close the overlay

Initiations oenologiques à Montpellier

vendredi 24 novembre 2017
Contenu réservé aux abonnés
Premium

A Montpellier, peinture et viticulture au programme du musée Fabre 

La stimulation des papilles ne viendra qu’après une bonne heure consacrée à la découverte d’une demi-douzaine d’œuvres. Et chaque choix pictural sera accompagné de commentaires à deux voix : celles d’une conférencière du musée et d’une spécialiste de la viticulture. De quoi réjouir les sens !

Huile sur toile attribuée à Cornelis de Baellieur, "Les noces de Cana" © photo G.Hébert/PdF 2017
Exemples à l’appui, qui, selon les intervenants peuvent varier. On pourra aussi bien commencer par Cornelius de Baellieur, un artiste flamand du XVIIe siècle et finir par Frédéric Bazille, peintre montpelliérain du XIXe ou Henri Matisse. Du premier, Les Noces de Cana sera l’occasion d’évoquer la célébration du miracle de l’Eucharistie.

De quoi remarquer l’influence de Rembrandt et l’idée de se rapprocher de l’antiquité. D’un point de vue chromatique, contrastes, transparence et brillance sont à relever. Côté symbolique, la couronne renverra à la Sainte Trinité, le chien à la fidélité, et le paon à l’éternité, ses plumes se renouvelant.

Prenant le relai, l’œnologue intervient « Le vin a toujours été comparé au sang du Christ. Le retour à la règle bénédictine, prônée par Saint Benoit d’Aniane, incluait l’Eucharistie et l’utilisation du vin. De là à développer la viticulture dans une région propice, il n’y a qu’un pas. D’autant que le vin est un excellent bactéricide, l’eau n’étant pas toujours consommable à cette époque ».

De Jean Havicksz, "Comme les vieux chantent, les enfants piaillent" © photo G.Hébert/PdF 2017
Et si l’on mettait de l’eau dans son vin, il valait mieux choisir le blanc, car il faut six heures pour la purifier, alors qu’il en faut douze avec du rouge. Et, au-delà, Hippocrate, le célèbre médecin grec n’affirmait-il pas que « le vin fait du bien à tous, aux malades comme aux bien-portants ». Si vous ne le saviez pas, vous apprendrez, dans la foulée, que le Languedoc est aujourd’hui, le plus grand vignoble d’un seul tenant dans le monde.

De Claude Joseph Vernet, "Les abords d'une foire" © photo G.Hébert/PdF 2017
Chemin faisant, on s’arrêtera devant la scène de vie quotidienne du hollandais Jan Steen, Comme les vieux chantent, les enfants piaillent. L’occasion d’évoquer l’art de la dégustation mais aussi les saveurs, agrume, pomme verte, huitre ou coquillage… Découvrir le vin, c’est voir, sentir et goûter. Suivra une œuvre de Claude-Joseph Vernet, de 1774, baptisée Les abords d’une foire.

Tout ce qui se glisse dans le paysage crée une narration qui se prête à des explications sur l’histoire et l’économie du vin.

Quant aux commentaires sur un petit tableau du XIXe de Tassaert, La jeune femme au verre de vin, acheté par Alfred Bruyas, un des grands mécènes du musée Fabre, témoigne de l’émancipation des femmes. L’occasion de signaler que « celles-ci ont un nez assez exceptionnel »  tout en relevant qu’il faut « 23 nez pour couvrir la palette aromatique d’un vin ».

De Frédéric Bazille, "Etude pour une vendange" Plaine de Launac 1868 huile sur toile © photo G.Hébert/PdF 2017
Lors de cette visite, on terminera par une étude de Frédéric Bazille pour une série « Vendanges », réalisée en 1868, sur le coteau de Sierre, dans la plaine de Launac. Après des indications sur la technique picturale, place, devant l’impression d’immensité de la vigne à des considérations sur l’histoire du vignoble languedocien.

Avant les années 1980, le vin du Languedoc était traité de « bibine » ! Ce n’est plus le cas, à l’image des vins de qualité produits par les Olivier Jullien, Sylvain Fadat…, de grands vignerons ayant été, dans la région, les artisans de la renaissance d’une viticulture rigoureuse.

Dernière étape pour les travaux pratiques de dégustation,  dans la magnifique cour Vien à l’entrée du musée que les visiteurs oublient parfois dans leur parcours. Trois « Grès de Montpellier» sont proposés. A partir d’un blanc dont l’acidité réveille les papilles, de deux rouges évoquant fruits rouges et garrigue.

L’opportunité d’apprendre que le terroir des « Grès » se situe entre Hérault, Pic Saint Loup et Vidourle. Et que deux cépages sont obligatoires pour les assemblages, parmi Syrah, Grenache et Mourvèdre. Avant de repartir heureux !

Guy Hébert


Informations pratiques

Initiations œnologiques à Montpellier

Attention l'abus d'alcool est dangereux, consommez avec modération.

Lieu des visites œnologiques : Musée  Fabre et/ou Hôtel Sabatier d’Espeyran Montpellier

Dates :

Mercredi 25 octobre 11h et 16h

Samedi 2 décembre 16h dans le cadre de l'Hôtel de Cabrières-Sabatier d'Espeyran

Samedi 9 décembre 16h dans le cadre de l'Hôtel de Cabrières-Sabatier d'Espeyran

Samedi 16 décembre 16h en lien avec le salon des Grès de Montpellier

Mercredi 7 février 2018 11h

Samedi 10 mars 16h

Samedi 7 avril 11h et 16h30.

Musée  Fabre et/ou Hôtel Sabatier d’Espeyran Montpellier

Réservation obligatoire au 04 67 14 83 00

Diaporama

>> Profitez des commentaires ! Je m'abonne ! ou Je m'inscris gratuitement !<<

Patrimoine de France,
Commentaires:

Partagez cet article