Illuminations à la Cathédrale de Guillaume

Histoire et Patrimoine

Bayeux et sa célèbre tapisserie se mettent en lumière. La cathédrale sert d'écrin à ce nouveau spectacle qui grâce aux nouvelles technologies ravivera la légendaire tapisserie.

 

Le retour de la Tapisserie de Bayeux

La projection est gratuite mais Attention ! réservée à l'entrée de 200 personnes par séance.

Une manifestation gratuite

Du 1er décembre au 5 janvier 2019

 

 

mercredi, 28 novembre 2018 Écrit par

Renaissance d'une façade

Dans le centre-ville de Foix, la façade de l’immeuble « des Cariatides » respire à nouveau. Pris en charge par des mains expertes, l'immeuble classé répondait à des critiques pointus nécessitant la supervision des Bâtiments de France.

La décoratrice Véronique Vialis, spécialiste des ornements décoratifs en plâtre, et Philippe Montoux, son associé, se sont attelés à l'ouvrage.

Objectif : reconstruire la façade à l’identique, en utilisant les techniques les plus proches de celles utilisées il y a près de 200 ans.

La difficulté tenait dans l'aspect final de la restauration : comment faire du neuf avec du vieux tout en conservant l'aspect ancien de la façade !

 

Une façade remarquable © Cabinet W Architecture - Ciments Calcia.

 

Mise à plat

Tous les éléments abîmés ou cassés sont éliminés. Certains sont rénovés puis recollés, d’autres entièrement refaits.

Une fois la façade déshabillée, c’est au bistouri, à la brosse à dents et au crochet de dentiste que les restes de peinture et les stigmates de pollution sont retirés. 

La chaux Velatura de Socli  son aspect naturel et sa patine, remplissait tous les critères. "Un produit vriament idéal car il permet de travailler en transparence." apprécie la décoratrice

« Nous avons commencé par contretyper les teintes d’origine que nous avions mises à nu, en mélangeant des pigments naturels d’origine minérale dans la base de peinture à la chaux de Socli, explique Véronique. La souplesse d’utilisation des peintures à la chaux et leur grande capacité à absorber les pigments ont facilité cette étape délicate. Nous étions aussi certains que la teinte ne bougerait pas dans le temps. Malgré cela, nous avons dû nous y reprendre à plusieurs fois pour obtenir l’aspect “neuf mais vieux” souhaité par l’architecte des Bâtiments de France. »

Restauration minutieuse de la façade © Cabinet W Architecture - Ciments Calcia.

La dernière étape, la mise en couleur, a été réalisée avec la peinture à la chaux Centri Storici. 

« C’est l’artisan stucateur Louis Cassier qui a fait édifier cette maison de maître en 1835, nous raconte Philippe Montoux. Moulures, colonnes en faux marbres, corniches traînées, chapiteaux, il a utilisé toute la palette de son savoir-faire pour faire de sa façade un vrai show-room ! Rien n’est porteur, tout est d’apparat : la structure des poteaux et des poutres est en bois, chemisé en plâtre et recouvert de stuc (chaux et poudre de marbre colorés). Le plus impressionnant sont bien sûr les statues : huit Cariatides entourées de deux Atlantes qui ornent le 2e étage. Auguste Virebent s’en serait fortement inspiré pour réaliser le centre-ville de Toulouse. »

 

Les dix colonnes et les deux bandeaux en faux marbre ont été patinés. Dorénavant, teintés dans leur juste couleur, la façade et ses éléments sont protégés contre le Temps les bactéries et les moisissures. 

L'immeuble Les Cariatides à Foix © Cabinet W Architecture - Ciments Calcia.

 

mardi, 20 novembre 2018 Écrit par

Visite de Saint-Louis de Vincennes

En 1912, Joseph Marrast et Jacques Droz, deux architectes se lancent grâce à un concours dans la construction d’une nouvelle église à Vincennes. Leur projet architectural pour l'époque est révolutionnaire. Ils imaginent deux paires d’arcs
en béton armé, ancrés dans le sol, se coupant perpendiculairement, offrant une nef unique, en forme de croix grecque de18m de hauteur, 22,7m de largeur).

 

L'impressionnante nef de Saint-Louis de Vincennes © photo C.Paux/Pdf 2018

 

A leur croisée, les grands arcs portent une lanterne octogonale sur trompe dont les verrières procurent un éclairage zénithal. L’espace ainsi créé permet aux fidèles d’assister aux célébrations sans être gênés par aucun pilier. Cet aspect est une première raison du classement de l’église aux Monuments historiques.

Aucun pilier ne gêne la circulation dans l'enceinte de l'église un exploit technique © photo C.Paux/Pdf 2018

 

mardi, 20 novembre 2018 Écrit par

Restauration de l'église Saint-Louis de Vincennes

Le renouveau de l’art sacré pendant l’entre-deux-guerres
Le porche de l'église Saint-Louis de Vincennes © photo C.Paux/PdF 2018

En pleine transformation l’église Saint -Louis de Vincennes poursuit sa métamorphose pour redevenir le bijou architectural qu’elle fut à l’entre-deux guerres, pour les amoureux d’un patrimoine rare. 

C’est un lieu unique que nous vous proposons de découvrir alors que le monument retrouve sa flamboyance il mérite un moment de contemplation.

 

Classée Monument historique, elle est une des rares églises de cette époque en France, entièrement conservée.

Construite à partir de 1912, Saint-Louis de Vincennes est conçue avant la première guerre mondiale.

L’église Saint-Louis de Vincennes a pour originalité d’avoir été pensé par deux architectes Jacques Droz et Joseph Marrast, précurseurs au début des années 30, en utilisant le béton armé à l’intérieur d’un lieu de culte.

 

Autre originalité qui consacre le renouveau de l’art sacré, valoriser dans le même temps plusieurs disciplines artistiques. Une exception qui fait de ce monument un passage obligé pour qui apprécie l’innovation architecturale.

Les architectes Droz et Marrast choisirent les artistes pour la décoration intérieure dès 1921 © photo C.Paux/PdF 2018

Ces matériaux de construction, nouveaux pour l’époque ont souffert au fil du temps et des travaux d’entretien s’avéraient urgent, à l’image des fresques en piteux état dont l’éclat terni ne reflétaient plus la richesse déployée à leur réalisation.

 

La nef est composée de grands arcs croisés à angle droit qui dessinent au sol une croix grecque © photo C.Paux/PdF 2018

Dès 2012 un chantier se met en place mais vu l’ampleur de la réhabilitation de l’édifice, le diocèse de Créteil décide d’amplifier le projet pour l’étendre à des mesures de rénovation globale.

Un appel aux dons active le mouvement et permet de récolter un financement pour restaurer les deux béatitudes, les sept stations de chemin de croix ainsi que la verrière. Pour un montant total de 3,2M€

La céramique tient une place importante au cœur de l'édifice et les œuvres de Maurice Dhomme illuminent l'espace © photo C.Paux/PdF 2018

Le peintre nabi, Maurice Denis y réalise la glorification de saint Louis, il s’y implique plusieurs années entre 1923 et 1927 y laissant son empreinte sur différentes représentations.

La conjonction de rencontres artistiques et de personnalités incontournables à cette période fait toute la richesse du lieu.

A commencer par les architectes, Droz et Marrast en désignant les artistes qui

travailleraient sur la décoration intérieure de l’édifice, initient un foisonnement de savoir-faire.

Fresque la glorification de Saint-Louis par Maurice Denis © photo C.Paux/PdF 2018

L’art de la fresque est le domaine privilégié d’Henri Marret. Il peut laisser libre court à son talent et il ne va pas s’en priver. Il exécute les quatorze stations du chemin de croix en 1921, des fresques carrées de 2,25m de côté.

 

Le chemin de croix reste l'œuvre maîtresse d'Henri Marret © photo C.Paux/PdF 2018

 

 

Réputé pour son travail de la ferronnerie, l’auteur de nombreuses œuvres profanes et sacrées, Raymond Subes rejoint l’équipe. On lui doit, entre autres, les remarquables grilles en fer forgé.

 

Autre originalité qui attire le regard par leur beauté et les coloris employés, la présence de céramiques. L’artiste potier, Maurice Dhomme s’est inspiré de ses voyages en Turquie et en Italie.

 

Magnifique ange de Saint-Matthieu de Maurice Dhomme © photo C.Paux/PdF 2018

 

 La lumière est dispensée par des dalles de verre insérées dans le béton et apporte un éclairage diffus.

 

Les verrières de Saint-Louis réalisées par Saint-Gobain © photo C.Paux/PdF 2018

 

A l’extérieur, la statue imposante de Saint Louis signée Charles, dit Carlo, Sarrabezolles, donne le ton. Le sculpteur spécialiste de la sculpture en béton, est connu pour Les quatre Eléments sur la façade du Palais de Chaillot à Paris.

 

La Vierge à l'enfant de Carlo Sarrabezolles © photo C.Paux/PdF 2018

A lire

 

L’église Saint-Louis de Vincennes

Paul Guillaumat

Amivale

Eglise Saint-Louis de Vincennes

22 rue Faÿs

94300 Vincennes

 

mardi, 20 novembre 2018 Écrit par

Week-end mémoriel à la Coupole

La Coupole d'Helfaut

 

Destinée à entretenir et à transmettre la mémoire de la tragédie de la Seconde Guerre Mondiale,  la Coupole s'associe aux commémorations de la Première Guerre Mondiale 

A proximité de Saint-Omer, la Coupole est l’un des vestiges les plus impressionnants de la Seconde Guerre mondiale en Europe. Cet immense bunker nazi, basé à Wizernes dans les Hauts-de-France (5min de Saint-Omer), qui devait être la base de lancement contre Londres des fusées V2, est aujourd’hui un haut lieu de culture historique, scientifique et mémoriel.

 

« L’aviation britannique dans le ciel du Nord de la France. 1914-1945 » fait revivre le destin de  pilotes et membres d’équipage, résistants et civils. Deux visites gratuites à suivre en compagnie du commissaire, de l'exposition Laurent Seillier.

Samedi 10 à 15h et dimanche 11 novembre à 10h30

 

Samedi soir à 20h, Concert de l'Armistice du 11 novembre 1918, l’Harmonie de Dohem, composée de 40 musiciens, sera accompagnée d’une chorale de 10 chanteurs. 

Pour l’occasion, seront proposées des marches militaires et des chansons d’époque; dont « Le rêve passe », « La Madelon », « Le père la victoire », « The Washington post », « Marche de nuit », « Ce que c’est qu’un drapeau », « Les africains », « Tipperary », « Sambre et meuse », « Les dragons de Noailles », « Vimy ridge march », sans oublier « La Marseillaise ». 

Concert gratuit (1h)

A suivre également jusqu'au 30 novembre, « 14-18. Le Pas-de-Calais et la Grande Guerre »  réalisée par les Archives départementales du Pas de Calais. Pour ne pas oublier que les populations proches du Front furent touchées pendant quatre années, celle-ci vit passer des soldats de tous les continents et fut coupé en deux par un front qui s’est très peu déplacé : un quart du département a subi l’occupation allemande.

Longtemps la brutalité de cette guerre envers toutes les populations civiles fut l’objet d’un profond oubli.
Sous forme de panneaux, l'exposition aborde différents aspects du conflit dans le département : vie quotidienne des soldats et des civils, combats, etc. 

De 9h à 18h, gratuite.

week-end dédié à la mémoire à La Coupole d'Helfaut

Les 10 et 11 Novembre 2018

La Coupole

Rue André Clabaux

62 570 Saint Omer

0321122727

vendredi, 09 novembre 2018 Écrit par

A toute volée

« A toute volée » 

 

Le carillon de Forcalquier © photo PdF 2018

 

 

A l'approche des commémorations du Centenaire de la Grande Guerre 14-18, le GIHEC (Groupements des Installateurs d’Horlogerie d’Édifices et d’équipements Campanaires) appelle tous les campanistes à sonner l'Armistice. Tous les édifices à cloches, églises, couvents, beffrois, mairies, écoles… sont invités à sonner à la volée et assurer le devoir de mémoire.

Un Devoir de Mémoire

Le 11 novembre 1918, sur un tronçon de voie ferrée près du carrefour de Rethondes, dans la forêt de Compiègne, l’armistice est signé à 5 h. Il entre en vigueur six heures plus tard. À Paris, le bruit de la signature se répand à partir de 10 h. La foule en liesse envahit les rues de la capitale.

Dans toutes les communes de France, les cloches sonnent à la volée, comme en écho inversé du tocsin qui avait annoncé la mobilisation du 1er août 1914
Le dimanche 11 novembre 2018 à 11h

lundi, 05 novembre 2018 Écrit par

Au Temps des Seigneurs

Vivez deux jours au Moyen Âge

 

Comment vivait la noblesse au Moyen-Age à Castelnaud © photo Guillaume Lachaud

 

 

La Massenie de Saint-Michel, troupe de reconstitution, nous replonge aux temps chevaleresques...

Joutes et banquets, défilés de mode, danses et jeux de dés…des loisirs pour les Seigneurs et leurs Dames qui faisaient passer le temps, joyeusement entre deux croisades...Et il n’y a pas que des batailles au Moyen Âge, l'art de vivre est raffiné et la troupe s'emploie à nous expliquer comment la Haute société vivait. Les rituels du bain, a préparation en cuisine, vous serez étonnés de la qualité de vie à cette époque.

Des pratiques sociales très évoluées

L'art de la danse  : tampie, saltarelle ou encore des ballets costumés tels que la "mauresque" lors duquel les danseurs s'habillent à la mode orientale.

 

Castelnaud rassemble près de 250 armes et armures anciennes, des machines de guerre et de superbes costumes médiévaux

 

Les 27 et 28 octobre

Démonstration de cuisine de 10h à 18h

Défilé de mode près du châtelet à 11h et à 16h

Essayage d'armure et de cotte-hardie de 11h30 à 13h et de 14h à 18h

Banquet dans la salle des Preux à 12h15 et à 17h

Joute courtoise près du châtelet à 14h30

Le bain au Moyen Âge, dans la cuisine à 15h15

Initiation à la danse médiévale, sur l'esplanade à 17h30


Démonstration de forge de 10h à 13h et de 14h à 18h

Visite guidée suivie d'une démonstration de tir au trébuchet,
départ sur l'esplanade à 11h, 12h15, 15h et 16h40

10,80€/adultes - 5,40€/enfants (de 10 à 17 ans)

De 10h à 18h30

Dernière admission 1h avant la fermeture

24 250 Castelnaud la Chapelle

05.53.31.30.00

 

 

 

 

 

 

 

 

 

mardi, 16 octobre 2018 Écrit par

Paris-Brest pour le canot de Napoléon

Avant la fermeture du Musée de la Marine, exposition du canot de l'Empereur © photo PdF 2018
Avant la fermeture du Musée de la Marine, exposition du canot de l'Empereur © photo PdF 2018

 

 

Dimanche 14 octobre aura lieu le transfert du Canot de l'Empereur Napoléon. En effet, 75 ans après son arrivée dans la capitale, qui fut un évènement déjà à cette époque, l'embarcation retourne à Brest.

Une ouverture pratiquée, comme ce fut le cas quelques années en arrière, permettra au canot de ressortir. Et ce n'est pas une mince affaire ! le canot de 19 mètres de long fera le spectacle en fin de journée.

Long de 18,80 mètres et haut de 5,45 mètres, le Canot impérial de Napoléon Ier est la seule embarcation de ce type que la France a su conserver dans son intégralité. Une opération délicate, celui-ci devra être pivoté au millimètre près pour quitter les lieux et rejoindre Brest, où il a séjourné de 1814 à 1943.

Le Musée de la Marine actuellement fermé pour cause de rénovation, a profité de sa remise aux normes pour rapatrier cet immense bateau.

 

Le canot de l'Empereur à Chaillot © Musée National de la Marine/DR
Le canot de l'Empereur à Chaillot © Musée National de la Marine/DR

 

Petit rappel historique aussi anecdotique 

Construit sur demande de Napoléon Ier en 1810, le Canot assura les déplacements de l'Empereur et de son successeur Napoléon III. Chef d'œuvre à part entière, réalisé en diverses essences de bois, il est notamment doté d'une figure de proue représentant Neptune et d'une grande couronne soutenue par quatre angelots.

 

C'est au port de Brest qu'il resta attaché de 1814 à 1943, lorsque fût décidé son transfert vers Paris, dans le nouveau musée de la Marine s'installant au Palais de Chaillot. Après plus d'une semaine de voyage, l'impensable se produit : les portes du Palais sont trop étroites ! Au bout de deux ans de négociation, une ouverture est enfin pratiquée dans le mur pour le laisser passer.

 

 

jeudi, 11 octobre 2018 Écrit par

Monument jeu d'enfant 20ème édition

 

 

 50 monuments nationaux participent à cette 20ème édition 

 

Site archéologique de Glanum © Didier Plowy/CMN
Site archéologique de Glanum © Didier Plowy/CMN

 

Châteaux, Palais, Grottes, abbayes, sites archéologiques c'est le Patrimoine qui joue le jeu tout un Week-end consacré aux enfants de 5 à 12 ans.

Jeux de pistes, enquêtes, ateliers divers, le Centre des Monuments nationaux ne manquent pas d'idées pour faire vivre les monuments dont il a la charge. Invitation à la danse au Domaine national de Saint-Cloud, initiation à l'escrime à Azay-le-Rideau et à Fougères. Les châteaux de Rambouillet de Champs-sur-Marne nous invitent à un Cluedo géant...

 

Pour ses 20 ans Monuments Jeux d'enfants convie à une édition joyeuse pleine d'énergie !

Les 20 et 21 octobre 

 

 

mercredi, 03 octobre 2018 Écrit par

La Fabrique du Luxe

Jean Ducrollay Tabatière, 1756-1759. Ors de deux tons, porcelaine de Sèvres Musée du Louvre © RMN-GP (Musée du Louvre)

Les marchands merciers parisiens à la fin du XVIIIe

 

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le luxe: ses origines, ses traditions cette superbe exposition démontre que le luxe puise ses racines au temps des Lumières.

 

A travers une centaine d'oeuvres d'art, des documents d'archives, le luxe à la parisienne se révèle.

 

Destins de marchands

 

L'exposition met en relief des personnalités tels que Lazare Duvaux ou Dominique Daguerre

 

À la fois négociant, importateur, collecteur, designer et décorateur, le marchand mercier occupe un rôle majeur dans l’essor de l’industrie du luxe à cette époque. Personnage atypique, il entretient des liens dans la haute aristocratie et s’appuie sur un réseau international d’artistes comprenant les meilleures spécialités techniques et artistiques, qu’elles proviennent de Lyon ou de Chine.

 

Pour se faire connaître et agrandir leurs réseaux, il développe les mécanismes de la promotion publicitaire, avec le concours de dessinateurs anonymes ou d’artistes reconnus comme Boucher ou Watteau.

 

Du 29 septembre 2018 au 27 janvier 2019

A retrouver au

 

Musée Cognacq-Jay

 

8 rue Elzévir

 

75003 Paris

 

01.40.27.07.21

jeudi, 27 septembre 2018 Écrit par
Page 2 sur 3

Compteur de visites

879848
Aujourd'hui
Hier
Cette semaine
Ce mois
Depuis le début
8364
12799
70052
96949
879848

S'abonner à la newsletter

Recevez nos newsletters !

  • Avant tout le monde
  • Contenu exclusif
  • Confidentialité totale

Faire un don

En faisant un don vous contribuez à l'évolution de notre site qui vous apportera toujours plus de contenu

Montant:
 EUR