Patrimoine de France

La Folie en tête, aux racines de l

Avantages
La Folie en tête, aux racines de l'art brut

Avis à nos abonnés, des entrées offertes pour l'exposition grâce à notre partenaire ! Une nouvelle forme d'expression artistique, ce que l'on nomme l'Art Brut apparaît à la fin du XIXe, Elle révolutionne la création artistique. Elle s'illustre dans un cadre inhabituel celui des asiles. Elle bouleverse la perception. des médecins, en premier lieu, qui deviennent collectionneurs des œuvres de leurs patients. Cette histoire nous est racontée à la Maison de Victor Hugo, un musée de la ville de Paris. Du 16 novembre 2017 au 18 mars 2018

Close the overlay

La Folie en tête, aux racines de l'art brut

mercredi 22 novembre 2017
Contenu réservé aux abonnés
Premium

Exposition La Folie en tête à la Maison Victor Hugo © photo PdF 2017
La naissance de l'Art Brut

Faut-il être fou pour créer ? La Folie amène-t-elle à la création ? Éternelle interrogation qui pourrait servir de préambule à cette dernière exposition installée dans la demeure de Victor Hugo. Le célèbre écrivain fut touché de près par la question sur des êtres proches. La maladie mentale de son frère Eugène et de sa fille Adèle.
Il s'agit là de suivre l'évolution du regard porté sur l'aliénation et l'observation des médecins, des psychiatres au cours du XIXe, attirés par la production de leurs malades.
Outre l'acte de création le patient s'inscrit dans un mouvement en pleine expansion et s'ancre dans un art véritable.

L'art thérapie ouvre des voies insondées et propices aux malades. Plusieurs psychiatres collectionnent les œuvres de leurs patients, certains pour des raisons
scientifiques ou thérapeutiques, d’autres pour le simple plaisir de collectionner.

L'artiste un être à part

La bibliothèque à la Maison Victor Hugo © photo PdF 2017
Le regard porté sur la folie au XIXe siècle évolue.
La « découverte » des productions des malades mentaux après la Première Guerre mondiale
et l’« invention » de l’art brut par Jean Dubuffet après la seconde témoignent d’un intérêt grandissant. On peut citer Paul Klee, Max Ernst – qui avait un
projet d’ouvrage sur l’art des malades mentaux –, Salvador Dalí, Hans Bellmer enthousiasmé par les sculptures en bois de Johann Karl Genzel, Jean Tinguely par les dessins de Heinrich Anton Müller, ou encore Georg Baselitz, Walter Stöhrer, Jiri Georg Dokoupil, Arnulf Rainer, ou Richard Lindner à l’égard des travaux de Josef Schneller.
Jean Dubuffet, quant à lui, les a définitivement placées hors de l’hôpital en les intégrant dans le fonds de la Compagnie de l’art brut.

Informations pratiques

La Folie en tête, aux racines de l'Art Brut
La Folie en tête,
aux racines de l'art brut

Du 16 novembre 2017 au 18 mars 2018

Tarifs: Plein tarif : 8 euros
Tarif réduit : 6 euros
Durant l'exposition des animations sont proposées:
Visites conférences
29 novembre à 16h, 2 décembre à 13h et 16h, 20 décembre à 16h
Visites accessibilité
Durée : 2h.
Sur réservation auprès de :
inga.walc-bezombes@paris.fr
- Commissariat
Gérard Audinet, directeur des Maisons de Victor Hugo Paris/Guernesey
Barbara Safarova, présidente de l’association abcd, directrice du programme au Collège International de Philosophie
Scénographie: Alexis Patras assisté de Lucie Leblanc
Graphisme : Arnaud Roussel
Conception lumière : Sarah Scouarnec
- Maison de Victor Hugo
6, place des Vosges
75 004 Paris
Tél. : 01 42 72 10 16
Métro : Saint-Paul (1), Bastille (1, 5, 8),
Chemin-Vert (8)
Bus : 20, 29, 65, 69, 96
Vélib : 27, boulevard Beaumarchais,
26, rue Saint-Gilles, 36, rue de Sévigné

La Maison de Victor Hugo est un musée du réseau Paris Musées

Diaporama

>> Profitez des commentaires ! Je m'abonne ! ou Je m'inscris gratuitement !<<

Patrimoine de France,
Commentaires:

Partagez cet article