Patrimoine de France

Le Salon du Dessin 2017

Archives / Ventes aux Enchères
Le Salon du Dessin 2017

Foires, salons, galeries, happenings, musées, ventes aux enchères…. Mais aussi rencontres, débats, colloques, forums, concours…A la fin mars, le monde de l’art a les yeux braqués sur le dessin. Plume ou crayon, graphite, mine de plomb, encre, pierre noire, craie blanche, sanguine, lavis, pastel et même aquarelle… Du 22 au 27 mars 2017

Close the overlay

Le Salon du Dessin 2017

lundi 20 mars 2017
Contenu réservé aux abonnés
Premium

Le Dessin au Salon

G.B Tiepolo Tête de jeune homme, sanguine,© Art Cuellar Nathan
Le Palais Brongniart où se tient le Salon du Dessin Salon proprement dit, centralise un peu tous ces événements.

Le Salon, d’abord, avec ses 39 exposants français et étrangers, ses milliers de dessins, anciens, modernes ou contemporains, de maîtres grands ou petits mais tous de qualité et sévèrement sélectionnés. Tous les genres aussi : portraits, nus, allégories, paysages, scènes de genre, animaux, paysages, natures mortes, mais aussi projets d’architecture ou de décors muraux, études pour tableaux, de mains, de visages, d’attitude, Caricatures

Parmi les stars, on rencontre Tiepolo chez Brady et Cuellar Nathan, Piranèse et Parmesan chez Baroni, des chevaux de Géricault chez Arnoldi-Livie. Talabardon et Gautier accrochent une gouache symboliste de Gustave Moreau, Brady a déniché une danseuse en seconde de Degas et la galerie Bailly un petit paysage au pastel de Monet à la galerie.

Parmi les insolites, on s’étonnera de trouver sous la main d’Ingres un Saint François d’Assise tout nu coiffé de son auréole, une étude préparatoire bien sûr.

Outre ces stands d’exposition où les collectionneurs et conservateurs de musées font leur marché, le Palais Brongniart abrite toutes sortes d’initiatives propres à faire vivre et à promouvoir l’art du dessin

Théodore Géricault, Chevaux de ferme, plume, encre, lavis, 20x27,2cm © gal.erie Arnoldi Livie
Faire vivre, c’est aussi conserver.  Rappelez vous le printemps 2016, les débordements du Loing, qui inondent les rues de Montargis dont la Musée Girodet et les centaines de dessins qu’il contient. Le salon du Dessin organise donc une campagne de mécénat participatif pour réunir les fonds nécessaires à la restauration de ces quelque 1200 feuilles.

L’habituel colloque dirigé par Pierre Rosenberg et L-A. Prat, aura cette année pour thème: de David à Delacroix. Malgré sa qualification de scientifique ce colloque n’est nullement réservé aux spécialistes, mais au contraire ouvert à tous les esprits curieux avides de s’instruire (mercredi 22 et jeudi 23 mars)

Une exposition muséale, présente une quarantaine d’œuvres acquises depuis dix ans par le Cabinet des amateurs de dessins de l’école des Beaux arts de Paris. Cette association fondée en 2006 par le collectionneur Jean Bonna a pour objet de compléter la collection graphique de l’école de la rue Bonaparte.

Le Prix du Dessin Contemporain, organisé par Daniel et Florence Guerlain en est à sa dixième année. Le jury est  composé de collectionneurs renouvelés chaque année et la lauréat se voit récompensé par une somme de 15 000 €, les deux suivants recevant chacun 5000 €.

Last but not least, le concours de dessins d’enfants organisé en partenariat avec la revue le Petit Léonard. Les trois meilleurs dessins seront récompensés par un abonnement à la revue et du matériel de dessin, et seront exposés à côté de ceux des grands maîtres.

Histoire de prouver que le dessin n’est pas le monopole de quelques collectionneurs maniaques, mais a toujours un bel avenir devant lui.

Le Dessin aux enchères

Edgar Degas Danseuse, fusain, Circa 1880-85 © Brady &Co
La semaine du dessin a évidemment investi la scène des enchères où les sociétés de ventes offrent un très large choix d’époques, de qualité, de prix et de signatures, voire d’anonymes… source, pour les amateurs avisés, d’excellents achats.

C’est Christie’s qui commence le 22, avec des dessins français et italiens XVIIIe et XIXe, dont un Nu de Boucher, un Portrait d’homme de Tiepolo et une caricature de Daumier proposés autour de 200 000 €, et un Caravage autour de 60/80 000. Deux autres ventes suivent les 23 et 24, d’œuvres modernes et contemporaines

La vente Sotheby’s du 23 est dominée par un Visage féminin de Matisse qui pourrait dépasser le million d’euros, par trois pastels de Degas à chacun 200/300 000, et quatre encres de Picasso dans le même ordre de prix.

 

Claude Monet Bord de mer, Circa 1865 © Galerie Hélène Bailly
L’Hôtel Drouot affiche tout au long de la semaine des feuilles graphiques du XVIe au XXe siècle, dans des fourchettes de prix de 100 à 100 000 € et plus, où l’amateur perspicace peut trouver son bonheur à moindre prix

Rendez vous dès le mercredi 22 à la salle 4 où Me Colin du Bocage présente le beau visage d’un jeune homme attribué à Véronèse qui, si cette attribution était avérée constituerait, entre 10/15 000 €, une très bonne affaire.

La vente Leclère du 24 mars (s.2) propose pour 8/12 000 € l’esquisse d’un Nu féminin de Rodin et pour 15/20 000 l’aquarelle d’une élégante jeune femme tenant un chat, portant la double signature de Foujita et Van Dongen.

Chez Aguttes le lundi 27 (s.5), c’est Victor Hugo qu’on rencontre, dans son rôle de dessinateur fantastique, avec une vue des ruines romantiques de l’Hermitage de Jersey. (80 000/120 000 €)

 

Henri Matisse Visage, 1952, pinceau et encre de Chine Estimation : 800.000-1.200.000 € © Sotheby’s / Art digital studio
Les ventes parisiennes ne se limitent pas à Drouot.

Luxueusement installé au Rond Point des Champs Elysées, Artcurial*, organise le mercredi 22, une vente dont la première moitié est exclusivement consacrée au Baron Gros, peintre emblématique du Premier Empire. 70 dessins à la plume entre 800 et 60 000 €, dont un saisissant profil de Bonaparte estimé 20/30 000 €

On retrouve Matisse le mardi 28 chez Piasa (118 rue du Faubourg Saint-Honoré) avec le beau visage au fusain de Nadia, crédité de 120/180 000, qui voisine avec une Fille aux bas de soie signée de Klimt dont on espère 90/120 000€.

 

Gustave Moreau, le Poète persan, crayon, gouache, aquarelle, 36,5 x 16,4 cm © Galerie Talabardon & Gautier
D’autres ventes aux enchères s’échelonnent tout au long de la semaine et au delà, dans les divers endroits de la capitale
, offrant à tout un chacun de quoi se faire plaisir en fonction de ses goûts et de ses ressources, à partir de 100/300 € avec des paysages ou scènes de genre anonymes ou signés d’artistes peu ou pas connus.

Quartier Art Drouot, Outre l’hôtel des ventes et les études des commissaires-priseurs, Drouot,  c’est  aussi tout un quartier dédié au marché de l’art, avec des galeries, des experts, et une synergie entre tous ces spécialistes.

Une quinzaine de galeries, rues Drouot, Grange-Batelière, passages Jouffroy, Verdeau… s’organisent pour participer à l’événement. Avec un invité d’honneur la galerie américaine Fine Art Découverte Donald Sproud et Steven Law.

En parcourant les rues Drouot, Grange-Batelière, passages Jouffroy, Verdeau… on découvrira un portrait par...

1€ puis 5,90 euros / mois

Il vous reste 50% de l'article à découvrir.

L'accès à la totalité de cet article est protégé et réservé aux abonnés de Patrimoine de France. Profitez de nombreux cadeaux ‘Patrimoine’, de tout le contenu, de photographies ultra haute définition et bien d’autres avantages à partir de 1 euro seulement !

Je m'inscris !

Diaporama

>> Profitez des commentaires ! Je m'abonne ! ou Je m'inscris gratuitement !<<

Patrimoine de France,
Commentaires:

Partagez cet article