Patrimoine de France

Le Shtandart fait Escale à Sète

Echos du patrimoine
Le Shtandart fait Escale à Sète

Il faut rencontrer Vladimir Martus, le capitaine du Shtandart. Il sera présent, pour la deuxième fois à Sète, avec sa réplique du vaisseau amiral de la flotte de Pierre 1er , dit Le Grand. Une frégate du XVIIe siècle de 34,5 m de long, avec ses mats de 33m et ses 28 canons. Par Guy Hébert

Close the overlay

Le Shtandart fait Escale à Sète

lundi 19 mars 2018
Contenu réservé aux abonnés
Premium

En marge d’Escale à Sète, sur son vieux gréement, Vladimir Martus voit encore plus grand

Arrivé en éclaireur à La Grande Motte quinze jours avant  Escale à Sète, à la suite d’un partenariat entre la cité des Pyramides et le grand port méditerranéen.


Le Shtandart au port de La Grande Motte © photo G.Hébert/PdF 2018
Le nouveau Shtandart est un bel exemple de ce que la volonté d’un homme peut accomplir. Adolescent, à Saint-Pétersbourg, son père lui transmet la passion de la voile et des grands voiliers. Ses premières armes, il les fera en construisant des planches à voile et en s’affirmant en champion mondial de la spécialité … sur glace. Diplômé en architecture navale, Il ne s’arrêtera pas là. Son ADN, construire et pratiquer.

Des yoles, un cotre de la Baltique avec lequel il fera un tour de la Scandinavie. « A l’ancienne, sans moteur, sans radio, sans électricité », avoue-t-il aujourd’hui alors que son bateau actuel dispose de deux moteurs Volvo de 560cv.

Le capitaine du Shtandart Vladimir Martus © photo G.Hébert/PdF 2018
Avant de se lancer dans cette aventure en 1993, Vladimir avait déjà mené à bien la construction du Schkouna. Naviguant avec lui et apparaissant dans la série Pirates des Caraïbes et dans les grands rassemblements de vieux gréements.


En 1999, le Shtandart prenait la mer après six ans de défis. « C’est une initiative personnelle, sans aide du gouvernement avant la première mise à l’eau » glisse-t-il d’emblée avant d’évoquer les conditions de sa réalisation : « Je ne disposais que d’une maquette et de quelques archives ».

Le Shtandart au port de La Grande Motte © photo G.Hébert/PdF 2018
Quant aux matériaux pour le réaliser, Vladimir et son équipe, jusqu’à 150 jeunes bénévoles du centre d’éducation maritime de Saint-Pétersbourg,  sont allés couper  des arbres dans la plantation de Pierre 1er. Dans son carré, devant l’écran de son ordinateur, le capitaine fait défiler des images qu’il commente « Nous avons abattu et transporté une soixantaine d’arbres dont un mélèze de 48m. Et fabriqué 8000 clous à la main. Il nous a fallu deux ans pour réaliser le squelette et trois mois pour le calfater ».

Le Shtandart au port de La Grande Motte © photo G.Hébert/PdF 2018
Évoquant également les nuits blanches de sa cité où le Shtandart, toutes voiles rouges au vent, parade devant deux millions de spectateurs, massés au bord de la Neva. Pas de quoi lui faire...

1€ puis 5,90 euros / mois

Il vous reste 50% de l'article à découvrir.

L'accès à la totalité de cet article est protégé et réservé aux abonnés de Patrimoine de France. Profitez de nombreux cadeaux ‘Patrimoine’, de tout le contenu, de photographies ultra haute définition et bien d’autres avantages à partir de 1 euro seulement !

Je m'inscris !

Diaporama

>> Profitez des commentaires ! Je m'abonne ! ou Je m'inscris gratuitement !<<

Patrimoine de France,
Commentaires:

Partagez cet article