Patrimoine de France

Metz, de nuit comme de jour

Archives / Balade en ville
Metz, de nuit comme de jour

L'une des plus belles cathédrales françaises s'éclaire. La Nuit des cathédrales, une manifestation étendue à travers toute la France et en Europe, procure à Metz un éclairage sur sa figure emblématique: la cathédrale St Étienne. Samedi 21 mai 2016

Close the overlay

Metz, de nuit comme de jour

mardi 17 mai 2016
Contenu réservé aux abonnés
Premium

La Nuit de Saint-Étienne

La cathédrale Saint Etienne © photo PdF 2016
Véritable cœur historique de la cité, la cathédrale attire une foule de visiteurs tout au long de l'année.
300 ans de construction pour un édifice au cœur des luttes de pouvoir.
Construite entre le 13e et le 16e, avec ses 41 mètres de hauteur, elle se classe parmi nos plus belles cathédrales, après Beauvais et Amiens.

Surnommée 'La Lanterne du Bon Dieu" avec ses 6500 m² de vitraux

Sa lumière est légendaire et si St Étienne se présente comme la cathédrale la plus ajourée du monde gothique, elle possède d'autres curiosités : elle n'a que des entrées latérales, la porte avant donnant accès au jardin paroissial.


Du Patrimoine militaire: Metz une ville de garnison

La gare de Metz © photo PdF 2016
Au gré de la découverte des monuments messins, la relation étroite que Metz entretient avec ses voisins allemands se précise. La ville entretient les empreintes d'une histoire commune, passée et en devenir.
Imposante, la gare reflète ce pan d'histoire.
Témoin d'une vie militaire de premier ordre, sa construction s'étale sur trois ans (1905 à 1908); son édification s'établit sur l'emplacement de l'ancien port.
Depuis 1890 Metz, ville allemande à l'époque, est considérée comme la plus grande place forte d’Europe. Cela donne la mesure de l’importance militaire de la ville pour l’Empire Allemand de Guillaume II.

Insolite à différents coins de rue des horloges offrent l'heure © photo PdF 2016
On poursuit notre balade...

L'architecture souligne un passé puissant, présent dans le centre-ville à la forte personnalité.
Surprenante cette idée d'installer de grosses horloges à certains coins de rues mais une initiative intelligente qui devrait en inspirer plus d'un.

La Porte des Allemands, une frontière historique

Située à proximité de la gare,  la Porte des Allemands en impose par sa stature tout en conservant une certaine finesse.
Il ne subsiste que deux Portes d’entrée de la ville sur les douze de l’Époque médiévale. De là, part le circuit des remparts, une invitation à la découverte des vestiges des fortifications de Metz.
Ce petit château doit son nom aux chevaliers teutoniques, ou frères hospitaliers de Notre Dame des Allemands, qui fondèrent un hôpital à proximité dès le 13ème siècle.

Canonière de la Porte des Allemands © photo PdF 2016
Véritable témoignage des remparts médiévaux
, il exerce une fonction mixte: double porte et un pont sur la Seille.
La tour intérieure possède la particularité d'un escalier à vis...qui fut conçu avant celui de Léonard de Vinci. Il servait exclusivement à la défense militaire.



Ceinture de la ville, la Porte des Allemands © photo PdF 2016
A proximité de l'édifice -le lien entre le passé et le futur- un chantier est en route, laissant entrevoir un ensemble fourmillant d'activités. En effet, à quelques pas du Centre Pompidou Metz se développe un quartier flambant neuf:  de nouveaux logements voient le jour, des équipements sportifs et culturels accompagnent cet essor..
L'agglomération prend une autre dimension.

Sur les bords de la Seille, à voir également le fameux arsenal de Napoléon III, transformé aujourd'hui en centre culturel, le bâtiment mérite une pause.
Aux beaux jours, Metz, ville bien pourvue en espaces verts, laisse ses habitants profiter de terrasses agréables.

Un peu d'Histoire...locale



Le dragon Graoully, symbole de la ville

Le Graoully toujours présent en ville © photo PdF 2016
La légende raconte qu'il y a fort longtemps, un terrible dragon se nourrissait à la nuit tombée d'habitants imprudents qu’il déchiquetait de ses énormes crocs. Ses ailes claquant au vent, il terrorisait la population, qui lui donna le nom de Graoully. Ce nom vient de l’allemand « gräulich » qui signifie « monstrueux ». Aucune lance, aucune flèche ne parvenait à percer les solides écailles qui ornaient sa peau verdâtre.

Au IIe siècle, Saint Clément venu de Rome pour évangéliser la région, était connu pour ses multiples exploits. En défi, un messin l'incite à chasser le monstre qui avait élu domicile dans l’ancien amphithéâtre romain.

Saint Clément s’y rendit donc. Il s’approcha, sans armes, de la tanière du Graoully, sous les regards incrédules de la foule. Les milliers de serpents qui jonchaient le sol de l’édifice s’écartèrent en sifflant à son approche.

Le Graoully, alerté, sortit de sa tanière. Il se dressa, prêt à attaquer, mais Saint Clément ne bougeait pas. Il tendit sa main vers la créature, et...

1€ puis 5,90 euros / mois

Il vous reste 50% de l'article à découvrir.

L'accès à la totalité de cet article est protégé et réservé aux abonnés de Patrimoine de France. Profitez de nombreux cadeaux ‘Patrimoine’, de tout le contenu, de photographies ultra haute définition et bien d’autres avantages à partir de 1 euro seulement !

Je m'inscris !

Diaporama

>> Profitez des commentaires ! Je m'abonne ! ou Je m'inscris gratuitement !<<

Patrimoine de France,
Commentaires:

Partagez cet article