Patrimoine de France

Ouverture du Musée Camille Claudel

Archives / La vie de nos monuments
Ouverture du Musée Camille Claudel

A Nogent-sur-Seine, l'ancienne bâtisse dédiée aux sculpteurs locaux à l'origine, abrite dorénavant un musée consacré au parcours de l'artiste Camille Claudel.. Lumineux et doté d'une riche collection, le nouvel espace, totalement restauré, est devenu un écrin naturel, à visiter sans tarder. Dans l'Aube Ouverture le 26 mars 2017

Close the overlay

Ouverture du Musée Camille Claudel

jeudi 23 mars 2017
Contenu réservé aux abonnés
Premium

Le nouveau musée Camille Claudel © photo PdF 2017
Ce 26 mars 2017 s'ouvre un lieu dédié à la sculptrice Camille Claudel. Enfin nous pourrons apprécier, le parcours de cette jeune femme engagée corps et âme dans l’œuvre de sa vie.
Le musée présente la plus importante collection au monde d’œuvres de Camille Claudel, ainsi qu'une collection exceptionnelle consacrée à la sculpture française du XIXe siècle.

Et le déplacement dans l'Aube mérite le détour. Pour au moins deux raisons, découvrir ce bel espace culturel et aller à la rencontre de cette jolie cité au charme discret.

La signature de Camille Claudel © photo PdF 2017
Enfin un musée se consacre à l’œuvre de Camille Claudel
, alors pourquoi à Nogent-sur-Seine me direz vous ? Parce que elle y a passé une partie de son enfance.
Françoise Magny nous plante le décor :"Elle n'est pas née à Nogent-sur-Seine mais l'artiste Camille Claudel naît dans cette jolie cité"
"Son père, fonctionnaire a été muté dans cette petite ville, nous explique la conservatrice en chef honoraire du patrimoine, il constate que sa fille, alors âgée de 12 ans, réalise des esquisses prometteuses."  Louis-Prosper Claudel demande alors conseil à des sculpteurs nogentais, reconnus qui sauront lui indiquer la voie à suivre.
En 1876, Alfred Boucher rencontre la famille Claudel. Celui-ci bénéficie déjà d’une certaine notoriété que ce soit pour ses bustes de personnalités, pour ses sculptures exposées au Salon ou pour ses œuvres éditées en bronze.
La décision est prise de monter à Paris, en priorité pour assoir l'éducation du garçon de la famille, son frère Paul, cela aidera Camille dans sa carrière dont on connaît la suite.

L’âge d’or de la sculpture française : un cheminement de la fin du XIXe siècle au début du XXe siècle

Le parti pris d'ouvrir sur la ville permet de bénéficier de la lumière extérieure c'est un pur ravissement © photo PdF 2017
La visite de ce nouvel espace consacré à la sculptrice Camille Claudel se déroule agréablement, le lieu aéré, valorise les œuvres. L'architecte Adelfo Scaranello inspiré par la beauté de la bâtisse historique -sur trois niveaux- s'est amusé à ouvrir des pans de mur dont découle une lumière naturelle. Ainsi auréolées par une clarté diffuse, les sculptures s'exposent dans toute leur nudité.

La sculpture dans tous ses états entre 1880 et 1914

Ici est évoqué tout un pan de l'histoire des sculpteurs parmi lesquels Camille a évolué et affirmé sa personnalité.

La filiation nogentaise, Marius-Joseph Ramus à Alfred Boucher en passant par Paul Dubois, introduction à la découverte du musée Camille Claudel © photo PdF 2017
Les Pères formateurs : Marius Ramus (1805-1888), Paul Dubois (1829-1905) et Alfred Boucher (1850-1934).
Une première étape rend hommage aux tuteurs de Camille qui dès l'esquisse de son précoce talent, l'ont encouragé et conseillé.
L'inspiration Néo-florentine
Le parcours s'échelonne crescendo autour de thématiques qui explorent l'aventure de la sculpture au fur et à mesure du temps. Une approche didactique et intelligente qui nous amène à la compréhension de l'évolution de cette discipline. Passée la période antique, les artistes donneront libre cours à une inspiration plus personnelle.
Les sujets mythologiques
Il faut se resituer dans le contexte historique, comprendre le rôle essentiel de l’État et des messages véhiculés à l'époque à travers les statues. A l'origine ce sont des commandes pour célébrer les héros de la République et transcender les mythes.
Des sculptures qui scandent l'Histoire de France, telle la fière Jeanne d'Arc sur son destrier, et la série de petites cires autour de l'Alsace Lorraine réalisées par Paul  Dubois.
Les représentations du travail © photo PdF 2017
Du style néo-florentin naît la vie et tend vers le Naturalisme

Autant de pièces achetées par l’État que les fondeurs se pressent d'éditer à l'envie sous différents formats, de cette façon les sculptures se démocratisent et entrent dans les foyers.
La bourgeoisie en est friande et s'offre des petits modèles qui orneront leur intérieur (cheminée, bureau, salon). La sculpture pénètre la sphère privée
Le nu féminin
L'artiste doit connaître parfaitement l'anatomie, quasi-médicale pour réaliser des contours qui frisent la perfection.
Dans un second temps, les décideurs institutionnels décident de former une génération d'artistes, une salle explique le processus employé pour l'édition en modèle réduit d’œuvres que l'on peut retrouver aujourd'hui à Sèvres, (biscuits et bronze). Le phénomène d'exploitation prend des proportions importantes et pour en réduire la répétition, les sculpteurs franchissent un nouveau cap en inventant la polychromie.

Camille Claudel, La Petite Châtelaine,vers 1892-1893 Plâtre patiné, 32,3 x 28,9 x 21,2 cm. Achat à Reine-Marie Paris de La Chapelle, 2008 © musée Camille Claudel,© photo PdF 2017
"Je lui ai montré ou elle trouverait de l'or; mais l'or qu'elle trouve est à elle" Auguste Rodin cité par Matthias Morhardt en 1898
La visite se poursuit par l’évocation de l’atelier de Rodin qui offre une transition vers les salles Camille Claudel.
Au total ce sont 250 œuvres exposées dont 200 sculptures, 67 prêts et dépôts, 43 sculptures de Camille Claudel, 37 fac-similés de photographies et gravures, 11 tableaux, 2 dessins.
Après la séparation d'avec le Maître Rodin, elle s'affirme un peu plus, et cette échappée sentimentale se traduit dans les sculptures présentées ici : tristesse, fuite, abandon s'expriment sans détour. Une palette de sentiments qui dévoile la féminité et l'indépendance de Camille.
A l'occasion de son ouverture, le musée Camille Claudel bénéficie de 62 dépôts ou prêts de longue durée par 15 institutions françaises.


Ce musée, étoffé par ses collections, encadré par une architecture élégante et soignée, est une belle réussite, il brillait par son absence. Enfin l'artiste à travers ses murs semble exister à nouveau, Camille Claudel peut prendre ses aises dans cette jolie campagne.



Un peu d'Histoire
Les Grands Moulins de Nogent-sur-Seine, éléments prestigieux du patrimoine industriel du début du XXe siècle © photo PdF 2017
Aux portes de l’Aube et de la Champagne

Une petite cité de carte postale voilà comment l'on pourrait décrire Nogent-sur-Seine, avec un parfum du siècle dernier, où de belles demeures conservent les souvenirs de personnages illustres comme Henri IV, Louis XIV ou Napoléon Ier et des lieux dont s’inspira l’écrivain Gustave Flaubert pour son roman L’Éducation sentimentale. Son héros, Frédéric Moreau, revient à Nogent pour y étudier son droit.

Nogent-sur-Seine illustre des épisodes de l'Histoire de...

1€ puis 5,90 euros / mois

Il vous reste 50% de l'article à découvrir.

L'accès à la totalité de cet article est protégé et réservé aux abonnés de Patrimoine de France. Profitez de nombreux cadeaux ‘Patrimoine’, de tout le contenu, de photographies ultra haute définition et bien d’autres avantages à partir de 1 euro seulement !

Je m'inscris !

Diaporama

>> Profitez des commentaires ! Je m'abonne ! ou Je m'inscris gratuitement !<<

Patrimoine de France,
Commentaires:

Partagez cet article