Images sur les murs

Estampes, tableaux, extraits littéraires, d'hier à aujourd'hui

Inaugurée aujourd'hui la nouvelle exposition du musée de l'image d'Epinal sillonne la France: De Bessans à Pont-Aven, en s'interrogeant sur la place des images dans nos foyers. Comment les met-on en valeur ? Où les accroche-t-on ?

Vieux souvenirs, 1893, d'après Jean P. Haag (XIXe siècle) photogravure de Boussod, Valadon & Cie, 1894 Impression sur chine appliqué, 26,8 x 38,2 cm, inv. 93.I.2.188, Coll. Musée Goupil, Bordeaux. © Mairie de Bordeaux, photo Anaïs Sibelait

 

Quelle place pour nos images ?

Un regard pointu sur nos pratiques quand on sait que l'établissement possède une collection unique d'imagerie populaire du 17e au 21e siècle. Des images variées, reflets de nos joies, de nos désirs, de nos envies de rêver, d'évasion.

Souvenirs familiaux et Mémoire collective

JACOMIN Jean-Marie, Un militaire blessé racontant ses campagnes, 1822, huile sur toile Inv. 2004.7.1, Coll. Musée de la vie bourguignonne, Dijon © Direction des Musées et du Patrimoine, musée de la Vie bourguignonne Perrin de Puycousin, Dijon / photo François Perrodin

 

Des reproductions collées aux murs, des images pieuses, des tableaux d'ordre historique, confinant aux centres d'intérêts des habitants. Souvent des histoires de famille.

Un sujet touchant qui parle de l'intimité de chacun et rarement traité comme thématique d'exposition, un diaporama sensible qui nous plonge dans le Temps où chacun peut retrouver une partie de son histoire.

Pierre-Edouard Frère, Les images, lithographie extraite du recueil Les expositions de Paris. Salon de 1857, textes de Théophile Gautier, Paris, 1859, 44,5 x 33 cm. Coll. Musée départemental d’Art ancien et contemporain, Épinal. © Musée de l’Image –Ville d’Épinal / cliché H. Rouyer

 

Le musée d'Epinal conserve plus de 100 000 images françaises et étrangères, du 17e siècle à nos jours, soit l’une des plus importantes collections d’imagerie populaire dans le monde.

 

Du 1er décembre au 29 septembre 2019

Musée de l'Image

42 quai de Dogneville

88 000 Epinal

03 29 81 48 30

vendredi, 30 novembre 2018 Écrit par

Nos ancêtres les gaulois

L'exposition temporaire, visible jusqu’au 7 janvier, consacrée à La navigation lagunaire. 2 000 ans de secrets révélés par le musée d’archéologie de Catalogne. nous invite à faire un saut jusqu'au musée Lattara-Musée Henri Prades un site archéologique plein de ressources.

 

Le site de Lattara vu du musée © photo G.Hébert

 

A un jet de pierre de Montpellier, au musée Lattara, naissance, vie et déclin d’un port gaulois  

Nos ancêtres les gaulois… S’il est un lieu, entre Montpellier et la mer, où les visiteurs pourront découvrir l’histoire de ces  hommes et femmes, entre le Xième  siècle avant J.-C. et le 3ième  après J.-C., c’est bien au musée Henri Prades de Lattes, construit sur le site Lattara, ancien port gaulois de la méditerranée. Pendant 800 ans, les indigènes celtes se frottèrent aux Etrusques, aux Grecs, aux Ibères et aux romains. Aujourd’hui, le site archéologique Lattara-musée Henri Prades mérite le détour car, après 32 ans, il vient de subir une profonde rénovation qui le rend plus attractif et plus dense. Offrant un parcours chronologique bien structuré et mettant en valeur  d’intéressants objets archéologiques trouvés sur place ou à l’occasion de fouilles préventives à proximité. En guise d’introduction, un petit film d’animation séduira tout public. A la fois poétique et pédagogique, associant dessins et aquarelles, il présente l’histoire de l’antique Lattara. Avec   une réalisation remarquable et concrète, la réplique d’une maison gauloise traditionnelle (3ième - 2ième siècles avant J.-C.), découverte sur le site. Et une riche section permet de pénétrer dans le quotidien des habitants de Lattara. Un voyage intime dans notre histoire.

 

 

Évocation du site de Lattara (2 ème siecle av J.-C. Aquarelle de Jean-Claude Golvin) La ville est entourée d’un rempart de plus de six mètres © photo G.Hébert

 

Au milieu d’un site où sont visibles des bases de murs de maisons de nos ancêtres, le musée offre une vision exhaustive de la période précédant la naissance d’un port gaulois jusqu’à sa fondation, son apogée et son déclin. De la première section, du  Xième au VIIIième avant J.-C., on retiendra  quelques objets provenant de populations au mode de vie semi-sédentaire, se déplaçant des zones lagunaires vers les plateaux de l’arrière-pays, en fonction des aléas climatiques. La seconde section permet de comprendre l’importante expansion de l’établissement gaulois de la Cougourlude, à 1,5 km au nord-est de la future implantation du port de Lattara. Avec ses enceintes monumentales mises en évidence lors de fouilles préventives en 2016. Puis son abandon progressif par les indigènes, attirés par la création du comptoir étrusque de Lattara, fondé aux environs de 500 avant J.-C., amplifiant des échanges commerciaux déjà existants avec les grecs de Massalia et les étrusques.

 

En 250 ans le port de Lattara, où les gaulois se sont installés en acquérant les savoir-faire des premiers occupants, prospère. Pendant cinq siècles la ville rayonne. Puis la lagune s’ensable, la mer s’éloigne … et les hommes aussi. Lattara a vécu mais n’a pas disparu. Son souvenir vit encore sous la terre.

 

Trésor monétaire découvert à Lattara 2ème siècle avant J.-C.© photo G.Hébert

 

Aujourd’hui, le musée présente efficacement des témoignages recueillis depuis les premières fouilles d’Henri Prades, il y a plus de cinquante ans : céramiques, verreries, lampes, outils, monnaies, stèles, objets touchants du quotidien… Des vitrines permettent d’imaginer leurs activités quotidiennes : travailler, manger, se déplacer, décorer, se distraire, pratiquer des rites religieux… Intéressante également la volonté de montrer  les civilisations qui se sont rencontrées ici, étrusque, grecque, gauloise et romaine, à travers les objets sélectionnés. Ancienneté, permanence et richesse  des échanges avec le monde méditerranéen sont ainsi mis en évidence.

 

Décor de coquillages du 2ème siècle av J.-C. , originalité de Lattara © photo G.Hébert

 

Faut-il trouver une raison supplémentaire pour faire un détour par ce musée en découvrant Montpellier ? « Lattara est le site de formation de nombreux archéologues, depuis 1980, vu la  richesse de ce territoire » glisse Diane Dusseaux, conservatrice du patrimoine et directrice du musée. Ce lieu n’a pas fini d’enrichir nos connaissances par ses fonds disponibles et les fouilles qui se poursuivent. En attendant l’ouverture du site archéologique au public, auquel travaillent le musée et les chercheurs.

 

Site archéologique Lattara-Musée Henri Prades, 390 avenue de Pérols 34970 Lattes

 

04 67 99 77 20  

 

Fermé le mardi. Ouvert le samedi et le dimanche de 14h à 18h. Les autres jours de 10h à 12h et de 13h30 à 17h30.

 

A noter également  une douzaine d’ateliers pédagogiques, proposant des initiations variées (poterie néolithique, peinture pariétale, lampes à huile, orfèvrerie gallo-romaine, décors peints, mosaïque romaine, confection d’un costume, tissage antique, écritures anciennes, techniques de fouilles… pendant les vacances scolaires ou pour un anniversaire. Et toute l’année pour les scolaires.

 

Accès au site :

 

-          Terminus du tramway ligne 3 « Lattes Centre »

 

-          Piste cyclable entre Montpellier, Palavas et Pérols

 

-          Sortie 30 « Montpellier Sud» ou 31 « Montpellier Ouest », suivre la direction de Lattes, puis « Site archéologique Lattara-Musée Henri Prades »

 

lundi, 26 novembre 2018 Écrit par

Traces de la Grande Guerre, ce qu'il en reste

Un des temps forts des célébrations du 11 novembre 2018

Dans le cadre du Centenaire de la Grande Guerre, la Bande dessinée "Traces de la Grande Guerre" permettra d'amorcer à des Échanges internationaux autour du livre et de la bande dessinée

Expositions, concert, débat, rencontres, tables rondes thématiques, la parution de cet ouvrage enclenche des interactions inédites.

Extrait Traces de la Grande Guerre © Baudouin

 

La Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale a décidé de faire de ce livre un événement transnational. Cet ouvrage va devenir un support de communication et d'enseignement. En complément pour entretenir l’intérêt du grand public et des scolaires, (ateliers d’écriture, fiches d’exploitation du livre) la création d’une exposition de médiation sur 20 panneaux, associée à une version anglaise du livre permettra d'associer les enseignants des deux côtés de la Manche.

 

Comment se tourner vers l'avenir en tirant des leçons de l'Histoire de la Grande Guerre ? Qu'apprendre de ce conflit mondial pour les jeunes générations ? Voilà la question à laquelle ont voulu répondre  de auteurs de bande dessinée le projet ambitieux qui répondra aux questions d'un public tourné vers ce mode d'expression.

Un casting international : 42 auteurs à travers 18 récits se projettent dans l'Histoire

Des plumes acérées pour exprimer une réalité sanglante, parfois effrayante. Un projet artistique porteur d'un message au-delà du siècle écoulé : Que leur sacrifice n'a pas été vain.

 

Extrait Traces de la Grande Guerre © Morrison Adlard

 

A l'Historial de la Grande Guerre de Péronne :

De juin 2019 à mai 2020, l’Historial proposera à ses visiteurs une grande exposition interactive faisant dialoguer les originaux de la bande dessinée et les thématiques avec des photos inédites et des objets issus des collections du Musée.

"Traces de la Grande Guerre, ce qu'il en reste"

Editions de la Gouttière

vendredi, 09 novembre 2018 Écrit par

Nos ancêtres les gaulois

Le site de Lattara © photo G.Hébert
Le site de Lattara © photo G.Hébert/PdF 2018

 

 

 

 

A un jet de pierre de Montpellier, au musée Lattara, naissance, vie et déclin d’un port gaulois

 

Nos ancêtres les gaulois… S’il est un lieu, entre Montpellier et la mer, où les visiteurs pourront découvrir l’histoire de ces  hommes et femmes, entre le Xième  siècle avant J.-C. et le 3ième  après J.-C., c’est bien au musée Henri Prades de Lattes, construit sur le site Lattara, ancien port gaulois de la méditerranée. Pendant 800 ans, les indigènes celtes se frottèrent aux Etrusques, aux Grecs, aux Ibères et aux romains. Aujourd’hui, le site archéologique Lattara-musée Henri Prades mérite le détour car, après 32 ans, il vient de subir une profonde rénovation qui le rend plus attractif et plus dense. Offrant un parcours chronologique bien structuré et mettant en valeur  d’intéressants objets archéologiques trouvés sur place ou à l’occasion de fouilles préventives à proximité. En guise d’introduction, un petit film d’animation séduira tout public. A la fois poétique et pédagogique, associant dessins et aquarelles, il présente l’histoire de l’antique Lattara. Avec   une réalisation remarquable et concrète, la réplique d’une maison gauloise traditionnelle (3ième - 2ième siècles avant J.-C.), découverte sur le site. Et une riche section permet de pénétrer dans le quotidien des habitants de Lattara. Un voyage intime dans notre histoire.

 

 

Au milieu d’un site où sont visibles des bases de murs de maisons de nos ancêtres, le musée offre une vision exhaustive de la période précédant la naissance d’un port gaulois jusqu’à sa fondation, son apogée et son déclin. De la première section, du  Xième au VIIIième avant J.-C., on retiendra  quelques objets provenant de populations au mode de vie semi-sédentaire, se déplaçant des zones lagunaires vers les plateaux de l’arrière-pays, en fonction des aléas climatiques. La seconde section permet de comprendre l’importante expansion de l’établissement gaulois de la Cougourlude, à 1,5 km au nord-est de la future implantation du port de Lattara. Avec ses enceintes monumentales mises en évidence lors de fouilles préventives en 2016. Puis son abandon progressif par les indigènes, attirés par la création du comptoir étrusque de Lattara, fondé aux environs de 500 avant J.-C., amplifiant des échanges commerciaux déjà existants avec les grecs de Massalia et les étrusques.

 

En 250 ans le port de Lattara, où les gaulois se sont installés en acquérant les savoir-faire des premiers occupants, prospère. Pendant cinq siècles la ville rayonne. Puis la lagune s’ensable, la mer s’éloigne … et les hommes aussi. Lattara a vécu mais n’a pas disparu. Son souvenir vit encore sous la terre.

 

Le site de Lattara © photo G.Hébert/PdF 2018

 

Aujourd’hui, le musée présente efficacement des témoignages recueillis depuis les premières fouilles d’Henri Prades, il y a plus de cinquante ans : céramiques, verreries, lampes, outils, monnaies, stèles, objets touchants du quotidien… Des vitrines permettent d’imaginer leurs activités quotidiennes : travailler, manger, se déplacer, décorer, se distraire, pratiquer des rites religieux… Intéressante également la volonté de montrer  les civilisations qui se sont rencontrées ici, étrusque, grecque, gauloise et romaine, à travers les objets sélectionnés. Ancienneté, permanence et richesse  des échanges avec le monde méditerranéen sont ainsi mis en évidence.

 

Faut-il trouver une raison supplémentaire pour faire un détour par ce musée en découvrant Montpellier ? « Lattara est le site de formation de nombreux archéologues, depuis 1980, vu la  richesse de ce territoire » glisse Diane Dusseaux, conservatrice du patrimoine et directrice du musée. Ce lieu n’a pas fini d’enrichir nos connaissances par ses fonds disponibles et les fouilles qui se poursuivent. En attendant l’ouverture du site archéologique au public, auquel travaillent le musée et les chercheurs.

 

Une exposition temporaire, visible jusqu’au 7 janvier, est consacrée à La navigation lagunaire. 2 000 ans de secrets révélés par le musée d’archéologie de Catalogne. Les échanges méditerranéens continuent…

 

Par Guy Hébert

 

 

Informations pratiques        

 

Site archéologique Lattara-Musée Henri Prades, 390 avenue de Pérols 34970 Lattes

 

04 67 99 77 20 / www.museearcheo.montpellier3m.fr  

 

Fermé le mardi. Ouvert le samedi et le dimanche de 14h à 18h. Les autres jours de 10h à 12h et de 13h30 à 17h30.

 

A noter également  une douzaine d’ateliers pédagogiques, proposant des initiations variées (poterie néolithique, peinture pariétale, lampes à huile, orfèvrerie gallo-romaine, décors peints, mosaïque romaine, confection d’un costume, tissage antique, écritures anciennes, techniques de fouilles… pendant les vacances scolaires ou pour un anniversaire. Et toute l’année pour les scolaires.

 

Accès au site :

 

-          Terminus du tramway ligne 3 « Lattes Centre »

 

-          Piste cyclable entre Montpellier, Palavas et Pérols

 

-          Sortie 30 « Montpellier Sud» ou 31 « Montpellier Ouest », suivre la direction de Lattes, puis « Site archéologique Lattara-Musée Henri Prades »

 

vendredi, 12 octobre 2018 Écrit par

Fête de la Science à la Coupole

Du 6 au 14 octobre, la Coupole participe comme chaque année à la Fête de la Science. Plusieurs animations émailleront ces journées avec pour thème « l’erreur ».

Une exposition dédiée aux météorites, des conférences animées par des professionnels, ou encore des bus et trains mystérieux qui amèneront les visiteurs les plus curieux dans des lieux insolites du Pas-de-Calais voilà de quoi satifsaire les plus curieux ! 

Cet immense bunker nazi, à l’origine base de lancement contre Londres des fusées V2 est aujourd’hui un haut lieu de culture historique et scientifique.

 

Salle du Planétarium © La Coupole
Salle du Planétarium © La Coupole

 

 

Le vendredi 12 octobre, conférence sur l’erreur scientifique à 19h

par Nicolas Fiolet, astrophysicien et responsable du Planétarium 3D de La Coupole

 

« Errare humanum est » : l’erreur est humaine.

Entre problèmes instrumentaux, incertitudes, approximations mais aussi hypothèses douteuses, malchance, ou étourderies, les visiteurs pourront en apprendre davantage sur le cheminement des idées et les principes de l’élaboration d’une théorie scientifique. Comment est-elle acceptée ou rejetée par les chercheurs ? À travers des exemples empruntés, entre autres, à la physique, l’astronomie ou encore à la chimie, les participants pourront découvrir comment les scientifiques prennent en compte les différentes sources d’erreurs pour les réduire au maximum. 

Une animation insolite, renouvelée cette année, vous montez dans le bus sans savoir où il vous emmènera

 

Les bus mystérieux 

Samedi 6 octobre : départ à 14h – retour à 18h 

Dimanche 7 octobre : départ à 14h – retour à 17h30 

Spécial enfants le mercredi 10 octobre : départ à 14h – retour à 17h 

 

Le train mystère 

Samedi 13 octobre : départ à 15h du quai situé en face de La Coupole– retour à 17h 

 

La manifestation est gratuite

Inscriptions au 03 21 12 27 27 

- La Coupole Musée de la Seconde Guerre mondiale

62 570 St Omer

 

 

 

 

mercredi, 03 octobre 2018 Écrit par

Napoléon 1er à Rambouillet

Napoléon 1er à Rambouillet © Alain Warnier

Les 13 et 14 octobre prochain, week-end festif et historique à Rambouillet. Organisé par la Ville de Rambouillet, Ville d’art et d’histoire. la Bergerie nationale et le Centre des monuments nationaux, le château de Rambouillet en fait parti, tous ensemble réunis autour de la figure impériale.

Une paix royale

Napoléon Ier à Rambouillet
Petit pavillon de chasse établi au cœurd’une forêt giboyeuse, à une cinquantaine de kilomètres de Paris, le domaine de Rambouillet offre à l’empereur un lieu de retraite privilégié. En cet automne 1811, Napoléon Ier s’y délasse auprès de ses proches, rassemblés en une cour restreinte. Il peut ainsi profiter de sa famille, et se réjouir de la naissance de son fils et héritier, le roi de Rome, âgé de quelques mois seulement. C’est aussi l’occasion pour lui d’inspecter ses troupes impériales et de surveiller les travaux commandés sur le domaine de Rambouillet, tant au château qu’à la Bergerie.
A Rambouillet, pas de réceptions interminables régies par une étiquette étouffante, pas de longs discours devant une centaine de courtisans avides de faveurs impériales.

La vie quotidienne

Distractions impériales au château
Initiations aux danses d’époque
Avec Denis Darpeix, Maître à danser

Mise en beauté de l’officier
Dans la salle de bains, l’homme se laisse préparer pour la réception à venir. Crèmes, onguents, parfums…avec le Ministère des modes

Les confidences d’Hortense
Saynètes contées
Fille de Joséphine de Beauharnais, adoptée et chérie par l’Empereur, Hortense a vécu bien des aventures. Elle partage ses souvenirs, ses joies, mais aussi ses peines dans l’atmosphère feutrée d’une petite chambre médiévale.
Avec Irène Marfaing, conteuse

Les révélations d’un valet et d’une femme de chambre
Saynètes de théâtre, deux domestiques évoquent le quotidien et l’intimité du couple impérial. Napoléon et Marie-Louise deviennent plus proches et vivants !
Avec le duo Aline Franciscovich et Christophe Leray, comédiens

Leçon de protocole auprès de l’impératrice
Scène de vie quotidienne et initiation
A qui faire la révérence ? Quelle tenue pour quel moment de la journée ? Où se déroule le repas au petit couvert ? Avec qui ? Autant de questions auxquelles est confrontée la jeune impératrice à son arrivée en France !
Avec L’Histoire Retrouvée
Le salon des dames
Scène de vie quotidienne

Marie-Louise et la famille impériale se détendent au salon : broderies, lectures, peintures, et cancans en tous genres. Voilà la marchande de mode qui arrive pour présenter les nouvelles robes à la toute dernière mode.

 

Napoléon 1er à Rambouillet © Alain Warnier


Napoléon prépare sa campagne !
Scène de réunion d’Etat-Major
De l’autre côté du mur, les hommes jouent à la guerre. Et pas n’importe laquelle : ici se prépare la future campagne de Russie. Dans l’excitation des préparatifs, des cris raisonnent… Serait-ce ceux de Napoléon ?
Avec L’Histoire Retrouvée
Un petit air pour l’Empereur
Intermède musical
La musique tient une place importante dans la vie de l’Empereur. En témoigne la douce mélodie qui s’échappe de son antichambre…
Avec la flûtiste Camille Breger

Dans le parc du château

Visite guidée de la tente de Joachim Murat, maréchal d’Empire

Joachim Murat est homme de puissance. Sa tente est la plus imposante, de près de 70m2, domine toutes les autres…
Avec Mylène Lanquest, conférencière et animatrice

Découverte du palais du Roi de Rome
Visite libre du palais et de l’exposition en cours
Le palais du Roi de Rome, offert par Napoléon Ier à son héritier légitime, est aujourd’hui le musée d’art et d’histoire de la Ville de Rambouillet. Visite libre au sein de l’exposition « Portraits », à découvrir l'ensemble d’oeuvres graphiques, de jeux de plateau et de meubles d’époque Empire.
Entrée côté jardin
Accès libre et gratuit
Samedi 13 octobre de 10h30 à 12h30 et de 14h30 à 18h
Dimanche 14 octobre de 14h30 à 18h

Activités proposées à la Bergerie nationale
Ouverture en continu
10h00-18h00

Un Petit train dans lequel un conférencier Ville d’art et d’histoire présentera, tout au long du trajet, le domaine impérial de Rambouillet
Départs place de la Libération (Hôtel de Ville)
A 14h00, 15h00 et 16h00

Le château de Rambouillet

01 34 83 00 25

La Bergerie nationale

01 61 08 68 70

 

- Pour s'y rendre 

En voiture

De Paris ouest : A13, A12, N10 // De Paris sud : A6, A10, A11, N10
Direction Bergerie nationale ; Entrée rue de la Motte
Parkings gratuits dans le parc du château

En train

Gare de Montparnasse. Arrivée Rambouillet

 

 

vendredi, 21 septembre 2018 Écrit par

L'orgue de Forcalquier

Nouvel orgue pour Forcalquier © photo PdF 2018

 

On a pu l'entendre résonner dans toute la ville à l'occasion des Journées européennes du patrimoine, ce bel instrument connait une seconde jeunesse.

Première surprise l'orgue est installé à l'extérieur, abrité du vent et du soleil. Et second étonnement, il distille des airs connus, populaires.

Habillé d'un abri fait de bois et de verre, tout en modernité, sa sonorité reste magnifique et unique.

Restauré, grâce à des Forcalquiérens passionnés par leur orgue majestueux, celui-ci résonne à leurs oreilles quotidiennement. C’est une sonorité tout en légèreté qui plane sur la ville.

Il faut un certain doigté, voir des gants de velours pour obtenir des airs facilement reconnaissable. Le répertoire est choisi, pas exclusivement d’ordre religieux, et l’on est amusé de fredonner des chansons connues de tous.

Un doigté subtil pour domestiquer l'instrument © photo PdF 2018

Tous les dimanches, les bénévoles animent cet instrument unique, se relayent avec enthousiasme.

Sa restauration a fait l’objet d’une campagne de sensibilisation et réussie grâce à la mobilisation d’amoureux d’un patrimoine qui au fil du temps est conservé ici, et reste actif

Il faut suivre le chemin de croix, porté par la musique et arrivé au sommet, la vue sur la ville est une belle récompense. L’orgue emplit l’atmosphère.

Et la magie opère.

mardi, 18 septembre 2018 Écrit par

Tardi à l'abbaye de l'Epau

L'abbaye royale de l'Epau © photo PdF 2018

 

Cadre exceptionnel à la périphérie de la ville du Mans, l'abbaye de l'Epau n'est pas figée dans le temps, loin de là. Toute l'année, au fil des saisons, le lieu reste vivant, concerts, expositions y sont proposés.
L'immense monument a bénéficié d'une restauration de qualité faisant travailler les artisans locaux mettant en valeur un savoir-faire que l'on apprécie pleinement lors de la visite.
Un bijou patrimonial qui accueille, commémoration du Centenaire de la Première Guerre oblige, illustrée par les planches du dessinateur Jacques Tardi. Sans oublier la part d'histoire des sarthois, prenante lors de ce conflit.
Aux archives départementales, le travail de mémoire s'étend aux scolaires et l'équipe déploie son énergie à faire que les jeunes n'oublient pas.

L'exposition « Le Dernier Assaut » témoignage poignant du Conflit

 

© photo PdF 2018


La Première Guerre mondiale est un événement omniprésent dans l’œuvre de Tardi.

On connait Tardi à travers ses bandes dessinées, pointues et vivantes ayant comme sujet principal le conflit 14-18. Sa carrière est parsemée de nombreuses récompenses et différentes distinctions émaillent ses publications. L'artiste a été salué pour son travail exigeant.

Ses positions profondément pacifistes sont exprimées pleinement tout au long de cette exposition, richement illustrée. Des extraits de ces deux albums l'un en 1993 C’était la guerre des tranchées, avec Verney Casterman. et en 1997 Le Der des Ders (dessin), avec Didier Daeninckx (scénario), Casterman, servent de références.

 

L'abbaye sert d'écrin pour ce dernier pan de commémorations. Il faut dire que la Sarthe a été touchée de près par la Grande Guerre, ce que l'on connait moins. Des documents en attestent la véracité en parallèle à la présentation des planches du dessinateur.

Sous sa plume, les hommes venus des quatre coins du monde se retrouvent piégés dans ce conflit dans lequel ils ne disposent pas de leur liberté de penser, d'y échapper.
Une boucherie sans issue. Une condamnation irrémédiable.
Là-dessus Tardi appuie fortement au fil des pages.
C'est le parti pris de l'exposition qui se concentre exclusivement sur le point de vue de l’auteur. Divers objets, des documents sonores ainsi que des archives renforcent le propos.

 

« La Sarthe dans la Première Guerre mondiale »


Appuyée sur des documents d’archives (documents écrits, imprimés et photographies) qui évoquent l’histoire particulière de la Sarthe et des Sarthois durant la Première
Guerre mondiale, l'équipe assure des ateliers auprès de élèves. Tout en pédagogie, le temps passé à travers différents ateliers (la mobilisation, le front, la vie à l’arrière, le pacifisme, ...) simule leur intérêt en apportant une vision plus proche d'eux. Les exemples développés autour des thématiques sont ancrés dans leur environnement.

Gisant de la Reine Bérengère, épouse de Richard Cœur de Lion © photo PdF 2018

 

 

L’Abbaye Royale de l’Epau, classée Monument Historique en 1961, constitue l’un des plus beaux exemples de l’architecture cistercienne en France. En 1229, Bérengère de Navarre, veuve de Richard Coeur de Lion, décide de fonder cette abbaye aux portes du Mans, où elle sera enterrée un an plus tard.
À la Révolution, l’abbaye, presque désertée par les moines depuis le XVIIIème siècle, est vendue comme bien national à un industriel. Transformée alors en exploitation agricole, l’abbaye a connu de nombreuses vicissitudes avant son rachat par le Département de la Sarthe en 1959.
Un vaste programme de restauration, toujours en cours, fait de l’abbaye un des hauts lieux culturels de la Sarthe.
L’abbaye accueille également les séances de l’assemblée départementale dont elle est le siège depuis les années 70.

 

mardi, 18 septembre 2018 Écrit par

Halte à Poet-Laval



Le joli village de Poët-Laval © photo PdF 2018

 

On le repère au loin, dominant la vallée, le village de Poët-laval impressionne et attire d'emblée.

Vous serez immédiatement sous le charme de cet ensemble harmonieux;
Poët-Laval compte aujourd'hui quelques 200 âmes en hiver et se repeuple en été. Habités d’irréductibles prêts à se battre pour conserver son environnement traditionnel, le village est resté préservé à l'abri du temps.

 

Depuis le XIIe siècle, les Hospitaliers du Poët-Laval soignent les voyageurs et les pèlerins.

Seule concession le musée du protestantisme du Dauphinois qui témoigne du rôle historique de sa communauté. La bibliothèque attenante complète l'histoire locale avec quantité de documents issus de la tradition locale.
Exceptionnelle, la visite du Temple est imposante et les guides sont passionnés et apportent de anecdotes inédites sur l'histoire méconnue du lieu.

Au détour d'une ruelle le musée du Protestantisme © photo PdF 2018

 

Un haut-lieu du Protestantisme

Dès le XIIe l'idée de la Réforme s'est répandue en Dauphiné. De nombreux protestants furent pourchassés après la révocation de l’Édit de Nantes en 1685, beaucoup trouvèrent refuge dans la cité médiévale.


A l'horizon 2018, des travaux d'agrandissement et de rénovation sont prévus, sa visite est incontournable. 

L'ancien temple devenu hospitalier au XVe siècle abrite un musée riche de collections rappelant ces évènements.
La bibliothèque de village conserve des documents sur l’histoire régionale.

 

Musée du Protestantisme Dauphinois
Vieux village
26 160 Poët-Laval
04.69.26.23.77

mardi, 18 septembre 2018 Écrit par
Page 3 sur 4

Compteur de visites

880506
Aujourd'hui
Hier
Cette semaine
Ce mois
Depuis le début
9022
12799
70710
97607
880506

S'abonner à la newsletter

Recevez nos newsletters !

  • Avant tout le monde
  • Contenu exclusif
  • Confidentialité totale

Faire un don

En faisant un don vous contribuez à l'évolution de notre site qui vous apportera toujours plus de contenu

Montant:
 EUR