Patrimoine de France

Théâtre : "Faisons un rêve"

Rubrique
Théâtre : "Faisons un rêve"

Dans ce monde incertain, il faut laisser la place aux rêves ! C’est la proposition ludique que nous font Nicolas Briançon et Sacha Guitry. Sacha Guitry est mort le 24 juillet 1957, il y a 60 ans. Les commémorations furent pour le moins discrètes ! Le plus bel hommage que l’on peut faire aux auteurs, est que leurs pièces continuent à être montées. Faisons un rêve est monté avec brio par un Nicolas Briançon, plus brillant que jamais ! Par Marie-Laure Atinault

Close the overlay

Théâtre : "Faisons un rêve"

lundi 27 novembre 2017
Contenu réservé aux abonnés
Premium

"Faisons un rêve" de Sacha Guitry © photo Pascal Riondy
Un valet de chambre un peu fantasque fait patienter le couple d’amis de Monsieur dans le salon. Le maître de maison  n’est pas là. Pourtant il a donné rendez-vous à ses amis à cette heure précise. L’attente met dans tous ses états le mari. Il a un rendez-vous avec « un important homme d’affaire ». Mais nous comprenons que l’homme d’affaire est une femme avec qui, il a une affaire. Son épouse n’est pas dupe. Tel un ours marseillais en cage, il tourne en rond, s’inquiète de rater ce rendez vous professionnel. Elle le rassure dans un couple ce qui est primordial c’est la confiance mutuelle !

Sitôt le mari parti, l’hôte des lieux sort de sa cachette. Il connaissait le secret du mari et voulait se retrouver seul avec celle qui hante toute son attention depuis plusieurs mois. Elle est fine, jolie, parisienne jusqu’au bout des doigts, elle a tout compris. Il rêve de l’avoir dans ses bras, dans ses draps, il rêve d’une nuit d’amour. Il l’invite à passer la soirée chez lui, elle répond : je t’aime !

"Faisons un rêve" de Sacha Guitry © photo Pascal Riondy
Le séducteur virevolte. Il attend impatiemment sa belle. Rien n’est laissé au hasard, il a mis sa plus belle veste d’intérieur en soie, le lit est déjà prêt. L’heure sonne mais point de future maîtresse à la porte ! Il s’affole, se désole, lui téléphone. Le long fil noir du combiné devient le cordon ombilical de son désir. Il la supplie, la charme, la fait rire. Il rêve d’elle, comment la cruelle pourrait ne pas venir ? Laissons aux spectateurs le plaisir de découvrir la suite.

Le 3 octobre 1916, la nouvelle pièce de Monsieur Sacha Guitry est crée à théâtre des Bouffes Parisiens. Mademoiselle Charlotte Lysés partagera l’affiche avec l’auteur et messieurs Raimu et Barral.

Sacha a 31 ans. Il bouleverse le carcan du théâtre, offre une pièce qui sous une apparence facile est une pirouette étourdissante. Le morceau de bravoure est bien sûr le monologue au téléphone. Les personnages et leur psychologie sont sommaires. Ce qui importe c’est le rythme, les personnages sont volubiles, le mari a un fort accent marseillais, le rôle fut crée par Raimu. La femme parle avec beaucoup de délicatesse, et l’amant est comme un ludion, un séducteur patenté. Le texte est simple, brillant, gai.

Sacha Guitry est mort le 24 juillet 1957, il y a 60 ans. Les commémorations furent pour le moins discrètes ! Le plus bel hommage que l’on peut faire aux auteurs est que leurs pièces continuent à être montées. Cette représentation, de cette pièce de jeunesse,  lui aurait plu.

"Faisons un rêve" de Sacha Guitry © photo Pascal Riondy
Nicolas Briançon est le digne successeur de Sacha, car quand il est amoureux comme cela nous aimons le nommer ainsi !

Séduisant en diable, il tournicote, avec la grâce d’un danseur étoile. Il a l’agilité d’un cobra, il entoure, enrobe sa proie, sa conquête. Cet homme là est un amoureux professionnel, il aime le plateau et il le lui rend bien. Marie-Julie Baup est bien jolie, elle est piquante. Elle  sait écouter avec grâce, se faire désirer avec science. 

Eric Laugérias est ici le cocu parfait. La scène où il vient demander un service à l’amant de sa femme, est un  beau moment de comédie. Le valet est le fantasque Michel Dussarat. Il donne toute sa fantaisie pour les changements d’acte. Facétieux et décalé, il nous amuse beaucoup.

"Faisons un rêve" de Sacha Guitry © photo Pascal Riondy
Les costumes flirtent, non pas avec l’année de la création de la pièce, mais sur des années cinquante rêvées. Le décor nous met dans l’ambiance. Les murs sont couverts de tableaux faisant un clin d’œil aux mises en scène de Sacha Guitry, qui aimait mettre ses tableaux sur scène. Ici, au 2ème acte, tous les visages des tableaux sont  le reflet de son obsession, la belle qu’il veut séduire.

Faisons un rêve est une comédie téléphonique, rapide, virevoltante, pleine d’une gaieté communicative

Quelle belle soirée, c’est pimpant, drôle, brillant, intelligent.


Marie Laure Atinault

Informations pratiques

Faisons un rêve

De Sacha Guitry

Jusqu'en janvier 2018

Mise en scène Nicolas Briançon

Avec Nicolas Briançon, Marie-Julie Baup, Eric Laugérias, Michel Dussarat

Du mardi au samedi à 19h

- Théâtre de la Madeleine

19, Rue de Surène

75 008 Paris

Tél : 01 42 65 07 09

Diaporama

>> Profitez des commentaires ! Je m'abonne ! ou Je m'inscris gratuitement !<<

Patrimoine de France,
Commentaires:

Partagez cet article