Patrimoine de France

Théâtre au Château de Grignan Les Fêtes nocturnes

Rubrique
Théâtre au Château de Grignan Les Fêtes nocturnes

Le rouge sied au Château de Grignan ! Vincent Goethals a quitté les forêts des Vosges et Bussang après deux mandats. Autre lieu, autre climat, Vincent Goethals a choisit une pièce aux accents méditerranéens pour cette aventure au sein de la Drôme et de son célèbre château de Grignan. « Noces de Sang » de Federico Garcia Lorca offre aux spectateurs un spectacle puissant. Par Marie-Laure Atinault Jusqu'au 25 août 2018

Close the overlay

Théâtre au Château de Grignan Les Fêtes nocturnes

lundi 23 juillet 2018
Contenu réservé aux abonnés
Premium

Un poète assassiné !

Federico Garcia Lorca est né en 1898 à Fuentes Vaqueros. Poète, dramaturge, pianiste, compositeur, peintre, il fréquente Dali, Buñuel, il est très proche de Manuel de Falla. Personnage complexe, il souffre de son homosexualité, un voyage aux USA lui donnera une autre vision du monde. En 1931, il est nommé directeur de la société du théâtre étudiant subventionné, la Barraca. Il fait des tournées dans le monde rural présentant des classiques et des œuvres qu’il écrit. La trilogie rurale formée par « Bodas de Sangre » (Noces de sang), « Yerma » et « la Maison de Bernarda Alba ».

 Il est enlevé dans la nuit du 19 août 1936 par des miliciens franquistes qui l’exécutent. Lorca à l’instar de ses personnages, pressentait une fin tragique pour lui. Son œuvre sera censurée par Franco.

Si ce n’est pas toi c’est donc ton père !

Les Noces de sang au Château de Grignan © photo Jean Delmarty
Le poids de la tradition, la chape de plomb des haines ancestrales donnent à chacun une manière de vivre. La terre aride de cette région en Espagne semble offrir ses cailloux pour que l’on se souvienne de tout.

La vieille femme déteste les couteaux, ces armes trop vite sorties d’une manche, prête à suriner son voisin. Elle a déjà perdu un mari et un fils dans des rixes d’honneur qui laissent les femmes veuves, mères éplorées.

Alors lorsque son fils vient lui dire qu’il veut épouser sa belle, elle prend la nouvelle avec hauteur et désespoir. Elle fera ce qu’elle doit faire mais craint que le destin s’acharne sur sa famille. Pourquoi son fils aime cette femme qui a une histoire ? Elle était fiancée à Léonardo et les fiançailles furent rompues. On ne sait pas trop pourquoi. 

Depuis Léonardo s’est marié, il est père d’un petit garçon et sa femme est enceinte. Mais Léonardo est hanté par sa fiancée perdue.

Les Noces de sang au Château de Grignan © photo Jean Delmarty
Le jour de la noce arrive, tout a été arrangé par les parents selon la tradition. La fiancée est vêtue d’une robe en dentelle avec une longue traîne blanche. De la couronne de fleurs d’oranger offerte par le fiancé à la traîne de princesse tout doit symboliser la pureté de la jeune fille. Tout le village se réjouit, les cousins lointains sont venus pour ce grand jour. Mais tout est prêt pour que le sang coule.


Les Noces de sang au Château de Grignan © photo Jean Delmarty
Vincent Goethals est dans la droite ligne de la Barraca. Il vient avec une solide équipe proposer un long chant d’amour et de désespoir où la fatalité sera gagnante. Avec le scénographe Benoît Dugardyn, ils ont pris le pari du rouge. Pari réussi.

Ils ont compris que la belle façade renaissance devait être prise en considération. Elle devient un élément de décor signifiant. D’un côté de la scène en hémicycle, devant la cour du château, un kiosque à musique, de part et d’autre des gradins rouges. L’aire de jeu est délimitée par des tréteaux rouges qui seront modulables à l’envie.

De grandes chaises rouges aux longs pieds élégants marqueront les différents lieux.

Les Noces de sang au Château de Grignan © photo Jean Delmarty
La scène de la préparation de la mariée et son entrée dans l’église, en l’occurrence la porte au milieu de  la façade, est très applaudie par le public. Alors qu’une traîne longue, longue se déroule pour l’entrée dans l’église, l’un des tréteaux aura une chausse trappe pour ranger le surplus. La table pour la noce, l’aire du combat, tout s’organise au millimètre prés.

Vincent Goethals a fait une mise en scène qui tient de la chorégraphie. La scène où les deux fiancés se battent comme deux taureaux est un pas de deux mortels.

Un orchestre joue en direct, ce qui donne une chaleur, une épaisseur. L’œuvre de Lorca est profondément musicale, son verbe rythmé inspire les chorégraphes et ceux qui ont eu la chance de voir Bodas de sangre avec Antonio Gadès garde intact un souvenir ébloui.

Tout le travail est fait pour le public, et il faut le signaler. Le désir de Vincent Goethals et de son équipe est d’offrir une pièce, finalement peu connue du grand public.

Les Noces de sang au Château de Grignan © photo Jean Delmarty
C’est une histoire inscrite dans la terre, ancrée au plus profond des traditions, de ces haines ancestrales dont on ne connaît pas toujours le fondement. Mais il y a aussi la vie, et la noce est  l’occasion de faire la fête, de se retrouver entre parents et amis. Vincent Goethals a beaucoup travaillé avec les amateurs au théâtre du Peuple de Bussang.

Les spectateurs sont conviés pour être les cousins des...

1€ puis 5,90 euros / mois

Il vous reste 50% de l'article à découvrir.

L'accès à la totalité de cet article est protégé et réservé aux abonnés de Patrimoine de France. Profitez de nombreux cadeaux ‘Patrimoine’, de tout le contenu, de photographies ultra haute définition et bien d’autres avantages à partir de 1 euro seulement !

Je m'inscris !

Diaporama

>> Profitez des commentaires ! Je m'abonne ! ou Je m'inscris gratuitement !<<

Patrimoine de France,
Commentaires:

Partagez cet article