Patrimoine de France

Théâtre: La spectatrice, L

Rubrique
Théâtre: La spectatrice, L'Estivante

Le spectacle commence avec une estivante. Vient-elle du théâtre Russe ou d’une nouvelle de Somerset Vaughan ? La spectatrice est une jolie rencontre. Mais qu’elle soit estivante ou spectatrice, la belle Stéphanie Lanier nous insuffle le goût du voyage et du théâtre. Jusqu'au 30 juillet 2017 Par Marie Laure Atinault

Close the overlay

Théâtre: La spectatrice, L'Estivante

lundi 24 juillet 2017
Contenu réservé aux abonnés
Premium

"La Spectatrice/ L’Estivante" avec Stéphanie Lanier © photo Théâtre 95
Dans un grand Fauteuil qui évoque les pays chauds, une femme généreuse et en quête de conversation, nous raconte ses voyages. Attention, elle ne fait pas les voyages prêts-fabriqués par des agences.

Non elle, elle cherche l’authentique. Pas question d’aller dans ses réserves avec de l’artisanat made in china. Ce qu’elle veut c’est un vrai contact avec les autochtones. Ah quel moment émouvant lorsque les femmes, les mains couvertes de dessin fait au henné, sont venues lui proposer des châles. C’était magnifique.

Et cette excursion faite avec leur guide. Ils ont marché longtemps sur des pistes où aucun touriste n’a foulé le moindre caillou ! Elle fait des photos uniques. Après avoir couché sous une tente inconfortable, elle voit quelque chose qu’elle ne comprendra que plus tard. Toujours à la recherche de l’humain. N’a-t-elle pas parrainé une petite fille. Généreuse oui bien sûr.

Dans le château d’une amie, elle raconte les voyages extraordinaires qu’elle a faits. Elle est surprise, dans tous les sens du terme, d’apprendre que son amie fait visiter et loue une partie du château. Et là, notre voyageuse intrépide va comprendre le sens de ce qu’elle a vu et le fait d’être une autochtone !

"La Spectatrice/ L’Estivante" avec Stéphanie Lanier © photo Théâtre 95
Le plateau est plongé quelques instants dans le noir. Le plateau est désert, le spectacle est fini et une spectatrice nous parle. Elle a tellement envie de communiquer de faire part de ses impressions. Enthousiaste, grandiloquente, touchante, elle est une spectatrice avertie.

Elle veut partager. Zut quoi ! Le théâtre est un lieu de partages et d’échanges alors pourquoi son compagnon n’est pas là.

Joël Dragutin a écrit deux textes dont la pertinence et le regard sur nos travers de pays civilisés est un régal.

Les deux femmes nous font bien évidemment penser aux « Précieuses Ridicules » avec un poil de « Femmes Savantes ».

Elles sont toutes deux éprises de culture. Elles ont le désir forcené de ne rien rater. Elles font partie de la bourgeoisie, elles ont l’accès financier de la culture, des voyages. Mais attention, elles sont parfaitement « authentiques » dans leur désir !

On rit. Beaucoup. Même si nous savons que ces deux femmes nous tendent un miroir dans lequel nous nous voyons.

Spectatrice et spectateur de nous-mêmes, le spectacle a une saveur particulière lors du Festival d’Avignon ou l’on parle, respire théâtre à toute heure.

Nous sommes tous critiques, historiens, chroniqueurs de nos émotions. Quelle soit Estivante ou Spectatrice, le délicieuse Stéphanie Lanier irradie la scène de son talent. Sur scène, elle vogue, elle se déplace avec une élégance de gazelle.

Il serait parfaitement inconcevable de ne pas voir ce petit bijou d’humour.


Marie Laure Atinault

Informations pratiques

La Spectatrice/ L’Estivante

Texte et mise en scène Joël Dragutin

Avec Stéphanie Lanier


Jusqu’au 30 juillet, relâche le 24 juillet

Festival off Avignon 2017

Ninon Théâtre 12H40

Tél : 04845105222

Diaporama

>> Profitez des commentaires ! Je m'abonne ! ou Je m'inscris gratuitement !<<

Patrimoine de France,
Commentaires:

Partagez cet article