Patrimoine de France

Théâtre: La violence des potiches

Rubrique
Théâtre: La violence des potiches

Festival D’Avignon Off Isabelle de Botton est une comédienne que nous aimons comme une amie. Alors lorsqu’elle nous donne rendez-vous, nous y allons, sûre de passer un bon moment avec elle. Ce petit bout de femme, ne nous déçoit jamais ! jusqu’au 30 juillet 2017 Par Marie Laure Atinault

Close the overlay

Théâtre: La violence des potiches

lundi 24 juillet 2017
Contenu réservé aux abonnés
Premium

"La violence des potiches" avec Isabelle de Botton © photo Karine Letellier
Le titre nous interpelle ! Jamais nous n’avions imaginé qu’une potiche puisse être violente. Pourtant.

Reprenons les événements, point par point. Le dictionnaire nous déclare : « La potiche est un récipient en terre, en porcelaine, en fer… Sa panse est renflée. Personne qui n’a qu’un rôle de représentation sans pouvoir réel. Monsieur Larousse ne nous dit rien sur les sentiments des potiches. »

Heureusement une potichiste vient à notre secours. Vous ne saviez pas que les personnes qui font des potiches et les peignent sont des potichistes ???

Il est grandement temps que vous alliez voir le Docteur de Botton spécialiste ès potiche. Non ce n’est pas une insulte, mais un constat. Les femmes sont souvent considérées comme des potiches posées là, à côté de leurs maris, alors elles deviennent Madame le Docteur, Madame la Colonel, etc….

"La violence des potiches" avec Isabelle de Botton © photo Karine Letellier
Notre potichiste se pose des questions sur cette auteure qui lui a piqué sa vie ! Comment a-t-elle fait cette Marie Nimier ? Cette description, cette phrase, c’est elle ! Son trait sur la potiche qu’elle peint devient, disons un peu trop subjectif. Qu’importe ce qui doit être dit doit être dit. Elle veut rencontrer son auteure préférée. La potichiste est-elle un peu fêlée ?

La Violence des Potiches est la conjugaison allègre de trois talents. D’abord le texte de Marie Nimier, qui sait admirablement trousser  des phrases à l’humour coquin. Les personnages sont libres, sensuels et disent crûment parfois ce qu’ils ont envie de dire.

Et ça fait du bien !

Isabelle de Botton a rencontré Marie Nimier, et a mis en scène un spectacle autour de ses écrits. Les deux femmes se sont reniflées, admirées. L’auteure offre à la comédienne son recueil de nouvelles, « La Violence des Potiches » et lui fait un cadeau encore plus précieux en lui disant : « tu peux t’approprier ces textes ! ».

Coup de foudre d’Isabelle qui décide de faire un spectacle pour partager son enthousiasme.

Car elle est comme ça, Isabelle de Botton, quand elle aime, elle partage !

Forte de ce principe, elle va voir Jean-Pierre Hané. Son metteur en scène de la mémorable « Maison Tellier » pour être son œil, son conseil, son metteur en scène.

"La violence des potiches" avec Isabelle de Botton © photo Karine Letellier
Le spectacle est drôle, léger, leste. Les potiches à surprise, réservent bien des surprises.

Isabelle de Botton est délicieuse de coquinerie, d’intelligence. Jean-Pierre Hané a su canaliser ce petit volcan. Elle donne envie de lire le livre de Marie Nimier et il passe comme un zéphyr sur le plateau. Délicieux.

Marie Laure Atinault

Isabelle de Botton est à l’affiche de « Clérambard » au Théâtre Actuel Festival Avignon, Off à 18h55

Jean-Pierre Hané a mis en scène « Le journal d’une Femme de chambre »   qui se joue tout de suite après « La Violence des Potiches » dans la même salle 

Informations pratiques

La violence des potiches

De Marie Nimier, adaptation et jeu Isabelle de Botton

Mise en scène Jean-Pierre Hané

Jusqu’au 30 juillet 2017

Festival D’Avignon Off 

Théâtre Pixel Avignon à 14h05

Tel : 07 82 04 88 01

Diaporama

>> Profitez des commentaires ! Je m'abonne ! ou Je m'inscris gratuitement !<<

Patrimoine de France,
Commentaires:

Partagez cet article