Patrimoine de France

Théâtre : l

Avantages
Théâtre : l'Avare

Avis à nos abonnés, des invitations à gagner, répondez vite ! Et ne dites surtout pas à Harpagon qu’il vous a offert une bonne soirée ! Par Marie Laure Atinault Les 19 et 20 décembre 2017

Close the overlay

Théâtre : l'Avare

mercredi 13 décembre 2017
Contenu réservé aux abonnés
Premium

Pour gagner des places pour cette pièce de Molière, dites-nous dans quel théâtre se joue-t-elle ?

Répondre à contact@patrimoinedefrance.fr


L'Avare au théâtre 14 © photo L.Lot
Ce qu’il y a de merveilleux avec les grands classiques, c’est de pouvoir les retrouver et de les redécouvrir. Nous croyons les connaître et au détour d’une réplique nous découvrons, un mot, une tournure qui nous séduisent. La pièce écrite en 1668  par notre Molière national est une comédie brillante dans laquelle, celui qui était considéré plus comme un comédien qu’un auteur, a su tailler des rôles sur mesure pour sa troupe. Aujourd’hui ce génie de la comédie est béni par les comédiens tant ses personnages sont tous des morceaux de choix à jouer.

Emmanuel Dechartre endosse l’habit usé jusqu’à la corde du Sieur Harpagon. Grand bien lui fasse car il est formidable et y trouve son plus beau rôle.

Un jardin, les feuilles mortes jonchent le sol, des outils abandonnés attentent d’être rangé pour l’hiver.

Des plantes qui ont subi les premières froids gisent dans leur pot. Un homme cache une cassette. Qu’il est donc difficile de cacher 10 000 écus d’or chez soi ! Le sieur Harpagon  a bien des soucis, la terre entière semble s’être liguée contre lui pour lui faire dépenser de l’argent. Ils peuvent toujours essayer ! Il tient sa maisonnée sous la coupe de son avarice maladive, la lésine, la rapacité et le sens de l’économie font le malheur de ses enfants.

Sa fille Élise aime Valère qui porte l’habit d’intendant de la maison. Il fait tout pour s’attirer les bonnes grâces  du père de sa belle. Son fils, Cléante aime Marianne, une jeune fille qui vit seule avec sa mère malade. Le frère et la sœur tombent dans les bras l’un de l’autre et décident de faire front contre leur grigou de père. Arracher son consentement va être une bataille difficile. Il faudra l’aide de La Flèche, le valet de Cléante futé et vif, de Frosine entremetteuse habile, qui connaîtra le premier échec de sa carrière le ladre.

Le barbon a décidé de se marier.  Mais il faut se débarrasser de ses grands enfants.  Mais chut ! Il y a du bruit dans le jardin.

L'Avare au théâtre 14 © photo L.Lot
Quelqu’un a-t-il découvert la cachette de la cassette ????

Frédérique Lazarini a basé sa mise en scène dans le jardin de la demeure du sieur Harpagon, les costumes sont semi modernes. L’hiver règne en maître dans le jardin abandonné, sa plus belle fleur est sa chère cassette. C’est le décor des orages qui vont bouleverser la maisonnée avec des révélations digne des plus grands romans populaires. On rit, on s’émeut, Molière a écrit une comédie de caractère, qui parlait fort bien à ses contemporains. Le sort des enfants sous la coupe paternelle, les mariages forcés sont le lot commun des filles.

L'Avare au théâtre 14 © photo L.Lot
Si l’avarice est portée au pinacle par Harpagon, le thème de la pièce est bien celle de la passion. La tirade de la cassette est l’un des plus beaux textes sur la passion amoureuse, et Emmanuel Dechartre est formidable, de justesse. Jamais dans son interprétation, il ne force le trait. On finit même par le plaindre.

Frédérique   Lazarini a fait quelques coupes dans le texte, et même nous, qui sommes légèrement psycho rigide sur le procédé, nous les avons trouvées judicieuses. Les domestiques sont tous très drôles, Jean-Jacques Cordival se démultiplie et nous campe une Dame Claude plutôt gironde !

Denis Laustriat nous prouve que l’habit fait le moine puisque de Brindavoine, le valet pas très finaud devient le fastueux Sieur Anselme. Les charmantes Charlotte Durand-Raucher et  Katia Miran, sont peut-être sans dot mais non sans charme !

 Enfin en un mot comme en cent toute la distribution nous fait passer une soirée bien agréable avec « l’humain le moins humain de tous les humains » !  

Marie Laure Atinault

Informations pratiques

L’Avare

De Molière

Jusqu'au 31 décembre 2017

Vos invitations 

Mardi 19 décembre à 20h30

Mercredi 20 décembre 19h

Mise en scène  de Frédérique   Lazarini

Dramaturgie Henri Lazarini

Avec Emmanuel Dechartre, Michel Baladi, Guillaume Bienvenu, Cédric Colas, Jean-Jacques Cordival, Charlotte Durand-Raucher, Denis Laustriat, Frédérique   Lazarini, Didier Lesour, Katia Miran

- Théâtre 14

20 avenue Marc Sangnier

75014 Paris

Tél : 01 45 45 49 77  

Diaporama

>> Profitez des commentaires ! Je m'abonne ! ou Je m'inscris gratuitement !<<

Patrimoine de France,
Commentaires:

Partagez cet article