Patrimoine de France

Théâtre : Le Sec et l’Humide

Rubrique
Théâtre : Le Sec et l’Humide

FESTIVAL D’AVIGNON 71éme édition Le grand Guy Cassiers est présent avec deux spectacles lors de ce 71 Festival. Il est devenu l’un des « sociétaires » de l’illustre Festival. Un rendez vous immanquable pour les amateurs de théâtre. Par Marie Laure Atinault

Close the overlay

Théâtre : Le Sec et l’Humide

lundi 10 juillet 2017
Contenu réservé aux abonnés
Premium

Le livre de Jonathan Littell, les Bienveillantes provoqua un véritable choc. Le prix Goncourt lui est décerné.

En avril 2008, Jonathan Littell fait paraître Le Sec et l’Humide ». Il décrypte les textes du leader d’extrême droite belge Léon Degrelle.

Le créateur du mouvement Rex qui devient très vite un parti fasciste. Il sera un fervent admirateur d’Hitler, qui le décorera en 1944.

"Le Sec et l’Humide" de Guy Cassiers © photo Christophe Raynaud De Lage
Le sec est la verticalité de l’idéologie fasciste face à l’humide, la boue du communisme.  Degrelle est un homme intelligent, affabulateur, mais qui au combat se révélera être très courageux. Ses écrits sont dangereux, ils doivent être lus avec circonspection et un recul historique indispensable.

Nous assistons à une conférence. Un pupitre, une table, des documents, un écran. Tous les accessoires d’une conférence sont réunis. Le conférencier nous raconte la campagne de Russie, la fuite en Espagne de Degrelle. Le récit est ponctué par la présentation de document et d’archives sonores. Étudier ce genre de personnage doit se faire avec des gardes fous. Comment le langage peut amener à toutes les dérives.

La fascination n’est pas loin de la détestation. « Il y a un fasciste en chacun de nous, de là vient le danger. Il faut rester vigilant »

Le spectacle a bénéficie des recherches de l’IRCAM, institut de recherche et coordination acoustique et musique.

La voix du nazi va s’imposer. A un moment donné, le conférencier est présent sur scène et sur l’écran derrière lui, mais si l’image se dédouble, la voix est celle du nazi. C’est troublant, dérangeant. La voix du nazi qui prend possession des dires du conférencier a un verbe direct. l’envoûtement n’est pas loin Degrelle était un tribun. Il manipule les mots avec une précision toute chirurgicale. La voix est celle du grand comédien Johan Leysen, qui fut Gilles de Rais dans Sang et Roses, le chant de Jeanne et de Gilles présenté dans la Cour d’honneur du Palais des Papes. Son ami Guy Cassiers lui donne des rôles ambigus car il sait si bien faire avec ces monstres.

Filip Jordens est le conférencier, appliqué, dépassé.

"Le Sec et l’Humide" de Guy Cassiers © photo Christophe Raynaud De Lage
On connaît la maestria de Cassiers pour l’utilisation de la vidéo, des rétroprojections, mais dans ce spectacle c’est le traitement du son qui nous subjugue. Comment le langage peut influencer par la nature même de la langue certaines implications, certaines intonations qui phagocytent mieux que les liens les plus doux résistants ?

Lorsque le conférencier et son image projetée se conjuguent sur scène, ou les lèvres du conférencier forment les mots de Degrelle, nous sommes troublés. L’un devient l’autre. La confusion entre l’histoire et le temps présent, est une tentation dangereuse. Il faut être vigilant, toujours.

La mise en scène de Cassiers est apparemment simple, mais d’une grande précision. C’est net, précis, affûté comme la lame d’un rasoir. 

Marie Laure Atinault

Informations pratiques

Le Sec et l’Humide

De Jonathan Littell

Mise en scène Guy Cassiers

Avec Filip Jordaens et la voix de Johan Leysen

L’Autre Scène du Grand Avignon Vedène 10 et 12 juillet à 15h et 18h et le 11juillet à 15h

Diaporama

>> Profitez des commentaires ! Je m'abonne ! ou Je m'inscris gratuitement !<<

Patrimoine de France,
Commentaires:

Partagez cet article