Patrimoine de France

Théâtre : Marie Antoinette correspondances privées

Rubrique
Théâtre : Marie Antoinette correspondances privées

Marie Antoinette de Habsbourg Lorraine subit encore de nos jours le poids d’une calomnie insidieuse. Reine de France, elle sera aux yeux de beaucoup une coquette et rien d’autre. Le texte d’Évelyne Lever d’après la correspondance secrète de Marie Antoinette révèle une autre personnalité. Avis à nos abonnés, des places sont à gagner pour le théâtre Lucernaire A vous de jouer ! Les 25, 26 et 30 avril 2017

Close the overlay

Théâtre : Marie Antoinette correspondances privées

vendredi 21 avril 2017
Contenu réservé aux abonnés
Premium

Pour aller voir cette magnifique pièce au Lucernaire répondez à la question suivante à contact@patrimoinedefrance.fr:

Quelle âge avait Marie Antoinette lorsqu’elle quitta Vienne pour toujours ?


De princesse à reine face à la révolution

Fabienne Périneau dans "Marie Antoinette correspondances privées" © photo Pascal Victor/ArtcomPress
La comédienne Fabienne Périneau nous offre une interprétation bien émouvante, qui donnera envie de combattre les erreurs historiques et tout simplement de mieux connaître cette femme si sensible.

Quel destin malin s’est penché sur le berceau du quinzième enfant de François de Lorraine et Marie-Thérèse d’Autriche. La petite Marie Antoinette qui jouait à cache-cache dans les jardins de Schönbrunn, se retrouve dans le hameau du Trianon de Versailles à jouer à la bergère.

Évelyne Lever, historienne émérite s’est immergé dans la correspondance de cette reine malaimée, qui subit encore de nos jours, auprès  de certain, le contre coup des médisances et des fausses informations. Le texte est un monologue qui nous raconte les sentiments et les réflexions de cette jeune fille de 14 ans qui abandonne sa famille, son pays pour venir en France et épouser le Dauphin. Le dauphin est un grand gaillard mal dans ce corps trop grand, gêné aux entournures d’une fonction qu’il ne voulait pas. Le futur louis XVI rêve de voyage et de géographie, il assumera ses charges avec courage. Il ne sait que faire de cette jeune fille.

Les choses de l’amour lui sont bien étrangères.


Fabienne Périneau interprète Marie Antoinetteau Lucernaire © photo Pascal Victor/ArtcomPress
La pauvre Dauphine se trouve délaissée au profit de parties de chasse, qui sont la distraction préférée de ce grand dadais de prince. Dans ses lettres à sa mère, elle livre ses impressions sur cette Cour fastueuse, la plus prestigieuse de l’occident. L’étiquette de la cour lui insupporte. Marie-Thérèse la sermonne, la presse de faire un héritier, de se comporter comme une future Reine.

Ce beau monologue rend hommage à la jeune fille, puis à la jeune femme qui découvre l’élégance, la frivolité. La femme prend petit à petit le pas, Marie-Antoinette sera une mère aimante, ne négligeant pas ses enfants, les prenant dans ses bras. En admirant les magnifiques portraits de Louise Vigée-Lebrun, on constate à quel point cette femme fut calomniée de la plus ignominieuse façon.

La correspondance éclaire sur les sentiments de cette princesse déracinée, jetée en pâture à une Cour qui la surnommera toujours l’étrangère ou l’Autrichienne. Son courage et sa dignité face à ses geôliers, à ses juges, et la beauté de ces lettres nous touchent profondément.


Fabienne Périneau exceptionnelle en Marie Antoinette au Lucernaire © photo Pascal Victor/ArtcomPress
Fabienne Périneau ne joue pas Marie-Antoinette, non,  elle est. De la toute jeune fille à la femme brisée dans son cœur et son corps qui affrontera avec dignité son supplice. Sans changement de costume ou de maquillage Fabienne Périneau « prend  de l’âge ».

Étourdie et coquette, elle devient grave. Par la grâce et l’intelligence de son jeu elle convie ses interlocuteurs à entrer dans son cercle privé, nous rencontrons ses amis vrais et faux, à tel point qu’au salut nous sommes presque étonnés qu’elle soit seule en scène.

Sally Micaleff a désiré rendre à Marie Antoinette ce qui lui appartient et lui rendre justice. Effacer avec une gomme magique tous les poncifs et les fausses images que l’on a colportées sur cette femme.

Sa mise en scène est épurée, une table, un fauteuil, suffissent à planter le décor. Elle nous fait confiance à nous spectateurs, confiance en notre pouvoir de construction d’image. Les lumières admirables de Christian Drillon cernent l’ambiance et les états d’âme de cette femme victime de son destin.

Le duo Sally Micaleff-Fabienne Périneau nous offre un spectacle beau et intelligent. Même si vous n’êtes pas historien, vous suivrez le spectacle avec amusement puis avec gravité espérant conjurer la fin. Il suffit d’entendre le silence admirable qui règne dans la salle à la fin du spectacle.

Marie Laure Atinault

Informations pratiques

Marie Antoinette correspondances privées

D’Évelyne Lever

Mise en scène Sally Micaleff

Avec Fabienne Périneau

Entrées les 25, 26 à 18h30

Et le 30 avril 2017à 16h

- Théâtre Le Lucernaire

53 Rue Notre Dame des Champs

75 006 Paris

Diaporama

>> Profitez des commentaires ! Je m'abonne ! ou Je m'inscris gratuitement !<<

Patrimoine de France,
Commentaires:

Partagez cet article