Patrimoine de France

Théâtre Voyage en ascenseur

Avantages
Théâtre Voyage en ascenseur

Drôle de lieu pour une rencontre ! Lorsque Juliette prend l’ascenseur pour sortir de l’immeuble qui abrite la société de son époux, elle ne pensait pas s’aventurer dans un voyage qui sera son Everest. Lorsque Moctawamba emprunte l’ascenseur à la fin de sa journée de travail, il ne pensait pas passer sa nuit avec une grande bourgeoise. On ne saurait penser à tout ! Et si l’ascenseur était un nouveau salon pour une introspection ? Corinne Touzet et Jean-Erns Marie-Louise sont de vrais aventuriers ! Par Marie Laure Atinault Jusqu’au 29 juillet 2018

Close the overlay

Théâtre Voyage en ascenseur

lundi 09 juillet 2018
Contenu réservé aux abonnés
Premium

Mercredi 19h15.

Voyage en ascenseur © Photo Fabienne Rappeneau
Une femme élégante entre dans un ascenseur, son « compagnon de voyage » est un technicien de surface, en tenue de travail, et armé de son balai et de son seau. La femme regarde de biais, l’homme de ménage. Elle n’est pas loin de penser que les ascenseurs de service, ce n’est pas fait pour les chiens.


Juliette  est pressée de rentrer chez elle, pour rattraper la surprise ratée qu’elle voulait faire à son mari. Elle était venue faire une visite pour une sortie en amoureux. Manque de chance, il était déjà parti.
L’ascenseur s’arrête entre deux étages. Malgré l’appel intempestif au bouton d’urgence, personne ne vient faire redémarrer cette cabine d’acier suspendu par un fil. Elle s’affole, tempête, suffoque. L’homme reste imperturbable. Le portable ne passe pas. Alors, il faut se résoudre à l’inimaginable passer la nuit dans l’ascenseur.

La lumière clignote pour faire place à la lueur bleue de secours. L’homme a l’art de dire les choses simplement mais fermement, non il n’y aura personne demain matin. Car ce mercredi est la veille du jeudi de l’ascension, soit un long week-end !!! Consternation  ascensionnelle. Même si son mari s’inquiète encore faudrait-il qu’il sache  où elle est. L’homme dodeline en haussant les épaules, il sait bien que le patron est parti avec sa secrétaire !

Voyage en ascenseur © Photo Fabienne Rappeneau
Elle est angoissée, (on la comprend), abattue, mais bavarde.

Il faut s’organiser pour passer la nuit. Chacun dans son coin.
L’intimité est réduite, le confort spartiate. Mais le pire est de prendre en considération les appels du corps. Le seau de l’homme de ménage est plein, même si l’eau n’est pas claire, elle est potable. Mais il faut bien se plier aux urgences incoercibles des besoins. Pas question d’utiliser le seau, son contenu est sacré. Alors, chacun aura sa solution…..

Juliette cédera passant de l’hystérie à l’abattement. Quelle patience, il faut à Moctawamba pour la supporter. Lui aussi a une famille. Même si il a l’habitude d’être un invisible, plus pour sa fonction que pour sa couleur de peau. Passer son week-end de l’ascension dans un ascenseur (on remarquera le jeu de mot) avec la femme de son patron, n’était pas dans ses projets !


Sophie Forte est une orfèvre en matière de comédie. Sa fantaisie peut emmener ses personnages en Inde, aux fins fonds de l’Amazonie et dans un ascenseur. Ce huis clos suspendu à un fil peut être angoissant.

Elle joue de cela et de la confrontation sociale avec finesse, sans grands effets mais avec beaucoup de délicatesse. Une cabine d’ascenseur est un lieu peu théâtral, il fallait le talent et l’imagination de la pétulante Anne Bourgeois pour nous convier à ce voyage. 
La cabine est au centre de la scène, elle est  surélevée, les parois sont suggérées, et le fond de scène sert d’écran aux rêves et aux cauchemars des deux voyageurs.
Ces intermèdes oniriques apportent une respiration poétique, pleine d’élégance. Jean-Erns Marie-Louise est une révélation, il est pour ce rôle comme une évidence.

Voyage en ascenseur © Photo Fabienne Rappeneau
Si vous ne savez pas ce que populaire veut dire, attendez Corinne Touzet à l’issu du spectacle.
Son public l’adore. Elle est d’ailleurs avec eux d’une gentillesse à toute épreuve. Pour ceux qui ne la connaissent pas, ils sont au début étonnés par cet engouement puis ils comprennent. Corinne Touzet est une star de la télévision.

Elle n’a plus rien à prouver. C’est bien mal connaître ce bourreau de travail, qui ne se contente jamais de ses lauriers. Il y a belle lurette qu’elle a compris qu’on est jamais mieux servi que par soi même, et qu’elle produit les films et les pièces qu’elle veut faire. Corinne Touzet passe de l’hystérie, où l’on aimerait la gifler pour qu’elle se taise à l’abattement bien compréhensible où l’on aimerait la consoler.
Les deux comédiens nous émeuvent, nous amusent, ils sont de vrais personnages, attachants. Ils forment un duo inoubliable.

Marie Laure Atinault


Informations pratiques

Voyage en ascenseur


Jusqu’au 29 juillet 2018


Avec Corine Touzet et Jean-Erns Marie-Louise

Une comédie de Sophie Forte

Mise en scène Anne Bourgeois

 - Théâtre Rive Gauche

 6 Rue de la Gaité
 75 014 Paris

Diaporama

>> Profitez des commentaires ! Je m'abonne ! ou Je m'inscris gratuitement !<<

Patrimoine de France,
Commentaires:

Partagez cet article