Patrimoine de France

Un Gaulois dans mon cartable !

Archives / Sorties
Un Gaulois dans mon cartable !

Avis à nos abonnés ! Allez à la rencontre des Gaulois nous vous offrons des entrées, à vous de jouer ! Rétablir l’histoire au-delà de la légende, après avoir vu l’exposition du MuséoParc Alésia, vous ne regarderez plus vos livres d’école de la même manière. Alors que le manuel d’histoire est le reflet du contexte politique de son époque, il s’agit en le décryptant, de balayer les idées reçues sur les Gaulois et de rétablir la réalité archéologique et historique. Par François Rousseau

Close the overlay

Un Gaulois dans mon cartable !

mercredi 17 mai 2017
Contenu réservé aux abonnés
Premium

Pour gagner des entrées au MuséoParc, répondez à la question: quel Anniversaire le MuséoParc fête-t-il en 2017 ?

à contact@patrimoinedefrance.fr


Les livres d’école n’ont pas toujours raison…


Manuel scolaire de 1923 © photo François Rousseau
Point fort de la 6ème saison
, l’exposition se propose de retracer l’évolution de la représentation des Gaulois et de la fameuse bataille dans les manuels scolaires durant 150 ans. La difficulté était de retrouver des manuels anciens: 112 manuels ont été étudiés, le plus ancien publié en 1873. Les clichés et erreurs éventuels viennent des connaissances archéologiques, corrigés avec un décalage d’environ 10 ans, mais heureusement, beaucoup sont justes.

Salle de classe et manuels scolaires © photo François Rousseau
Dans la reconstitution d’une salle de classe des années 70, on verra Le Tour de France par 2 enfants (1877) dont la 400ème édition est parue à l’identique en 2013. Ce récit patriotique présente Vercingétorix comme un héros national. Au contraire, le Petit Lavisse (1884), manuel emblématique de la 3ème République, véhicule une image négative des gaulois, présentés comme des sauvages. C’est la conquête romaine qui apporterait la civilisation.

 Une vitrine retrace l’évolution des manuels: jusque dans les années 60, priorité à la leçon orale; dans les années 70, l’histoire est reléguée dans les matières secondaires; puis dans les années 80, priorité est donnée à l’analyse de documents, photos ou citations.

On remarquera une erreur (volontaire?) dans un manuel de 2011 qui se contente de copier le texte du 19ème siècle à propos du territoire qui serait recouvert de forêt, alors que l’on sait maintenant que l’agriculture est la première activité économique des Gaulois.

Manuel scolaire 21ème siècle © photo François Rousseau
Puis la scénographie fait carrément pénétrer le visiteur dans les livres, avec des agrandissements sur lesquels ont été soulignées les erreurs comme le guerrier torse nu ou le village de huttes au milieu de la forêt.

Quels sont les objets archéologiques les plus représentés dans les manuels scolaires? Souvent, ce sont des objets gallo-romains c'est-à-dire plus tardifs, comme ce relief en marbre du 2ème siècle censé illustrer l’opposition entre romains et gaulois, alors qu’il représente plus probablement le combat contre les Daces.

En fin de parcours, le visiteur enfile costume et accessoires pour créer une image interactive: le souvenir de la visite part immédiatement sur les réseaux sociaux, pas besoin d’attendre un hiver entier, temps nécessaire à César pour rédiger La Guerre des Gaules, son compte-rendu de victoires à l’usage des Sénateurs romains.

Muséoparc d'Alésia © photo Museoparc Alésia
Le bâtiment cylindrique de 52 m de diamètre (vous apprécierez le clin d’œil) a été conçu par Bernard Tschumi. Sa coque en béton recouverte d’une résille en bois, évoque l’oppidum encerclé par les fortifications romaines. L’exposition du centre d’interprétation, remarquablement précise dans ses explications, place le visiteur à l’époque de la conquête.


Manœuvre des légionnaires romains avec les reconstituants de Acta © photo François Rousseau
Un premier tableau évoque l’état de la république romaine, avec ses luttes politiques qui conduisent César à se tourner vers la conquête de la Gaule. Dans un second tableau, on verra le déroulement des opérations, avec des cartes illustrant les campagnes de chaque été, de 58 à 51. Les forces en présence sont évoquées face à face, avec une armée romaine professionnelle et une armée gauloise plus hétéroclite.

Armement des légionnaires romains © photo François Rousseau
L’archéologie expérimentale a permis de reconstituer un Carrnyx (long tuyau en bronze) qui permet de donner des ordres et un onagre, catapulte qui lance des boulets en pierre, extraits et taillés sur place. Des maquettes des étapes successives du siège illustrent les travaux des légionnaires.

Chaque jour des reconstituants, légionnaires armés d’un glaive et guerriers gaulois avec leurs épées, s’entrainent aux manœuvres puis s’opposent en duel, sous les yeux ravis des enfants.

 

Vercingétorix regarde le champ de bataille © photo François Rousseau
Après avoir appris à retrouver les signes de la bataille dans le paysage, le visiteur est prêt à se rendre au sommet du mont Auxois. C’est là que se dresse la statue de Vercingétorix, installée le 27 août 1865 par Napoléon III, qui célèbre la victoire de la science dans la localisation de l’Alésia de César. La polémique sur le lieu réel de la bataille débute dès 1855 et curieusement, elle continue de plus belle aujourd’hui, niant les évidences archéologiques récentes, sous la houlette d’un journaliste pseudo-historien de renom: les fouilles sur le site concurrent, menées avec des subventions publiques et avec l’aide de...

1€ puis 5,90 euros / mois

Il vous reste 50% de l'article à découvrir.

L'accès à la totalité de cet article est protégé et réservé aux abonnés de Patrimoine de France. Profitez de nombreux cadeaux ‘Patrimoine’, de tout le contenu, de photographies ultra haute définition et bien d’autres avantages à partir de 1 euro seulement !

Je m'inscris !

Diaporama

>> Profitez des commentaires ! Je m'abonne ! ou Je m'inscris gratuitement !<<

Patrimoine de France,
Commentaires:

Partagez cet article