Imprimer cette page

Reconstitution au Monastère Royal de Brou

La Sibylle de Cumes est décapitée en 1831

Cela ne date pas d'hier, deux siècles après avoir été vandalisée la Sibylle de Cumes est reconstituée ! En janvier 1831, huit des sibylles du tombeau de Philibert sont décapitées, et lors d'émeutes villageoises des actes de vandalisme sont perpétrés dans l'enceinte de l'église, le tombeau de Philibert le Beau se retrouve atrophié de ces élégantes parures.

Janvier 2019, la statuette et la tête, après démontage et nettoyage, ont été rassemblées par les restauratrices des tombeaux.

Grâce à des dessins antérieurs, une petite tête en albâtre donnée au musée de Saint-Omer en 1856, a pu être identifiée comme étant celle de cette sibylle.

Il reste à retrouver d'autres têtes, sans doute dans des collections particulières… Celles de l’Agrippine, de la Phrygienne et de la Delphique…L'enquête ne s'arrête pas là.

UN peu d'Histoire

 

La sibylle de Cumes porte une éponge. Elle est annonciatrice de l'accouchement de la Vierge © Monastère de Brou

Qu'est-ce qu'une Sibylle ?

Les niches du soubassement du tombeau de Philibert le Beau présentent d’élégantes et gracieuses sculptures : des Sibylles.

Ce sont dix prophétesses de l’Antiquité : Agrippa, la Persique, la Phrygienne, de Cumes…

Les premiers auteurs chrétiens voient dans leurs prophéties les événements de la vie du Christ. Elles sont donc souvent représentées dans l’iconographie chrétienne : portails de cathédrale, chapelle sixtine par Michel-Ange.

Le Monastère Royal de Brou dans l'Ain abrite le tombeau de Philibert le Beau

 

Vue aérienne du Monastère © Herwey/Ville de Bourg en Bresse

 

22 Jan 2019 44 Commentaires
(0 Votes)
 
  • Taille de police
La Sybille de Cumes La Sybille de Cumes © Monastère de Brou

La Sibylle de Cumes est décapitée en 1831

Cela ne date pas d'hier, deux siècles après avoir été vandalisée la Sibylle de Cumes est reconstituée ! En janvier 1831, huit des sibylles du tombeau de Philibert sont décapitées, et lors d'émeutes villageoises des actes de vandalisme sont perpétrés dans l'enceinte de l'église, le tombeau de Philibert le Beau se retrouve atrophié de ces élégantes parures.

Janvier 2019, la statuette et la tête, après démontage et nettoyage, ont été rassemblées par les restauratrices des tombeaux.

Grâce à des dessins antérieurs, une petite tête en albâtre donnée au musée de Saint-Omer en 1856, a pu être identifiée comme étant celle de cette sibylle.

Il reste à retrouver d'autres têtes, sans doute dans des collections particulières… Celles de l’Agrippine, de la Phrygienne et de la Delphique…L'enquête ne s'arrête pas là.

UN peu d'Histoire

 

La sibylle de Cumes porte une éponge. Elle est annonciatrice de l'accouchement de la Vierge © Monastère de Brou

Qu'est-ce qu'une Sibylle ?

Les niches du soubassement du tombeau de Philibert le Beau présentent d’élégantes et gracieuses sculptures : des Sibylles.

Ce sont dix prophétesses de l’Antiquité : Agrippa, la Persique, la Phrygienne, de Cumes…

Les premiers auteurs chrétiens voient dans leurs prophéties les événements de la vie du Christ. Elles sont donc souvent représentées dans l’iconographie chrétienne : portails de cathédrale, chapelle sixtine par Michel-Ange.

Le Monastère Royal de Brou dans l'Ain abrite le tombeau de Philibert le Beau

 

Vue aérienne du Monastère © Herwey/Ville de Bourg en Bresse

 

Informations supplémentaires

  • Région: Bourgogne-Franche-Comté
Dernière modification le mardi, 22 janvier 2019 11:23

Patrimoine de France est un Magazine de presse en ligne qui vous emmène à la découverte des terroirs. Suivez les Journées du patrimoine et autres actualités ...

Site internet : https://patrimoinedefrance.fr

Dernier de La rédaction

44 Commentaires