Alsace : Rêver la province perdue

C'est dans le contexte particulier des commémorations des 150 ans de la guerre franco-prussienne et du souvenir des 150 ans du traité de Francfort (mai 1871), par lequel la France vaincue céda à l’Allemagne l’Alsace et la Moselle que l'exposition se situe.

Plusieurs pistes de lecture historiques sont évoquées notemment, l'influence des Alsaciens de Paris sur la vie culturelle, politique et économique française. La notion de revanche est également abordée. Une salle spécifique est consacrée à la diffusion et à l’instrumentalisation de l’image des provinces perdues dans la culture populaire (objets de la vie quotidienne, jouets, produits publicitaires…).

 

Image d'Epinal

Le musée Henner célèbre également les150 ans de sa « Joconde alsacienne », L’Alsace. Elle attend, tableau si souvent reproduit dans les manuels scolaires et diffusé abondamment par la gravure.

Un apport généreux

Différentes institutions et de collections particulières de la région Grand Est (Strasbourg, Colmar, Mulhouse, Reims, Epinal, Nancy,Hagondange, Belfort, Logelbach), mais aussi de Paris,Cahors, Lille, Pau et Suresnes, ont largement participé.

 

Jean-Jacques Henner et l’Alsace

 Né en mars 1829 à Bernwiller dans le Sundgau, au sud del’Alsace, J ean-Jacques Hennerest le sixième et dernier enfant d’une famille de cultivateurs dont il fera de nombreux portraits, parmi lesquels Alsacienne ou Eugénie Henner en Alsacienne.

C’est en Alsace que Henner débute sa formation,tout d’abord au collège d’Altkirch, auprès de Charles Goutzwiller, puis à Strasbourg avec Gabriel Guérin, avant de poursuivre ses études à Paris grâce à une bourse du département du Haut-Rhin.

Parmi ses oeuvres de jeunesse, on trouve des portraits,tel celui du Sous-préfet d’Altkirch, Montaubin, ou des scènes de la vie quotidienne,comme Marie-Anne Henner barattant le beurre. Suite à l’annexion de l’Alsace par l’Empire allemand en 1871, Henner fait le choix d’opter pour la nationalité française.

Il peint la même année son tableau le plus célèbre, L’Alsace. Elle attend, allégorie dela province perdue. Il gardera toujours des liens forts avec sa région d’origine, où il séjourne chaque année entre août et octobre, et dont les paysages crépusculaires l'inspirent indéfiniment

 

Jusqu'au 7 février 2022

Musée national Jean-Jacques Henner

43, avenue de Villiers,

75017 Paris

01 83 62 56 17

05 Jan 2022 0 comment
(0 Votes)
 

C'est dans le contexte particulier des commémorations des 150 ans de la guerre franco-prussienne et du souvenir des 150 ans du traité de Francfort (mai 1871), par lequel la France vaincue céda à l’Allemagne l’Alsace et la Moselle que l'exposition se situe.

Plusieurs pistes de lecture historiques sont évoquées notemment, l'influence des Alsaciens de Paris sur la vie culturelle, politique et économique française. La notion de revanche est également abordée. Une salle spécifique est consacrée à la diffusion et à l’instrumentalisation de l’image des provinces perdues dans la culture populaire (objets de la vie quotidienne, jouets, produits publicitaires…).

 

Image d'Epinal

Le musée Henner célèbre également les150 ans de sa « Joconde alsacienne », L’Alsace. Elle attend, tableau si souvent reproduit dans les manuels scolaires et diffusé abondamment par la gravure.

Un apport généreux

Différentes institutions et de collections particulières de la région Grand Est (Strasbourg, Colmar, Mulhouse, Reims, Epinal, Nancy,Hagondange, Belfort, Logelbach), mais aussi de Paris,Cahors, Lille, Pau et Suresnes, ont largement participé.

 

Jean-Jacques Henner et l’Alsace

 Né en mars 1829 à Bernwiller dans le Sundgau, au sud del’Alsace, J ean-Jacques Hennerest le sixième et dernier enfant d’une famille de cultivateurs dont il fera de nombreux portraits, parmi lesquels Alsacienne ou Eugénie Henner en Alsacienne.

C’est en Alsace que Henner débute sa formation,tout d’abord au collège d’Altkirch, auprès de Charles Goutzwiller, puis à Strasbourg avec Gabriel Guérin, avant de poursuivre ses études à Paris grâce à une bourse du département du Haut-Rhin.

Parmi ses oeuvres de jeunesse, on trouve des portraits,tel celui du Sous-préfet d’Altkirch, Montaubin, ou des scènes de la vie quotidienne,comme Marie-Anne Henner barattant le beurre. Suite à l’annexion de l’Alsace par l’Empire allemand en 1871, Henner fait le choix d’opter pour la nationalité française.

Il peint la même année son tableau le plus célèbre, L’Alsace. Elle attend, allégorie dela province perdue. Il gardera toujours des liens forts avec sa région d’origine, où il séjourne chaque année entre août et octobre, et dont les paysages crépusculaires l'inspirent indéfiniment

 

Jusqu'au 7 février 2022

Musée national Jean-Jacques Henner

43, avenue de Villiers,

75017 Paris

01 83 62 56 17

Informations supplémentaires

  • Région: Paris
Dernière modification le mardi, 04 janvier 2022 16:55

Patrimoine de France est un Magazine de presse en ligne qui vous emmène à la découverte des terroirs. Suivez les Journées du patrimoine et autres actualités ...

Site internet : https://patrimoinedefrance.fr

S'abonner à la newsletter

Faire un don

En faisant un don vous contribuez à l'évolution de notre site qui vous apportera toujours plus de contenu

Montant
 EUR