Manet inédit aux enchères

Deux aquarelles conservées dans la même famille de la Plaine Monceau depuis près d’un siècle

A noter dans notre agenda, la mise aux enchères de deux dessins de l'artiste par l’étude Pescheteau Badin en décembre prochain.

Aussi incroyable que cela paraisse, ces aquarelles sont redécouvertes aujourd'hui. Réalisées probablement en 1880 lors de son séjour en cure à Bellevue, ce portrait de femme et cette amande  illustrent parfaitement le travail et les réflexions qui animaient Manet à cette époque.  

Ces œuvres révèlent une fois encore la modernité du travail de Manet.

Edouard MANET (1832-1883)

L'artiste, né à Paris, le 23 Janvier 1832, d'une famille de la haute bourgeoisie. Les témoignages le décrivent comme un enfant agité et doué pour les caricatures. 

Après avoir échoué à deux reprises entre 1848 et 1849 son entrée à l’École Navale, Il entre en 1850, dans l’atelier de Thomas Couture, peintre du courant académique et grand professeur, il y restera 6 ans.

Manet visite de grands musées.  Il rencontre Eugène Delacroix, grand représentant du courant romantique, qui l’autorise à copier un de ses tableaux les plus connus : « Dante et Virgile aux Enfers » également nommé « La Barque de Dante », exposé au musée du Luxembourg.

Sa recherche de reconnaissance

En 1859, Manet propose une première oeuvre : « Buveur d’Absinthe » au Salon de l’Académie qui est refusée par son austérité. En1861 il a plus de succès auprès du jury car deux de ses toiles sont acceptées : « Le Chanteur Espagnol » et « Portrait de M. et Mme Manet ». Puis, les refus vont se succéder durant quelques années.

Sa fréquentation du café Tortoni, boulevard des Italiens, endroit à la mode où se retrouvent hommes politiques, intellectuels, et artistes l'inspirent. En 1862,  il réalise « La Musique aux Tuileries », tableau de type impressionniste.

La même année sa toile « Le Déjeuner sur l’Herbe » refusée par l’Académie sera exposée au Salon des Refusés en 1863, le tableau suscite un grand engouement car le modèle utilisé est l’artiste-peintre Victorine Meurent qui sera sa muse de 1862 jusqu’à 1873.

Rejeté par l’Académie et incompris des amateurs d’art, Edouard Manet se rapproche des jeunes peintres novateurs. (Degas, Monet…),  En rivalité avec Gustave Courbet, il recherche la modernité, tout en restant un peintre de Salon, en quête de reconnaissance officielle. Sa carrière a été émaillée de succès et de scandales.

Il reçoit en 1881 une médaille du jury du Salon de L’Académie pour sa toile : « Portrait d’Henri Rochefort ».

En 1880, sa santé se détériore Il séjourne à Meudon Bellevue pour une cure. Il peindra une série de célèbres tableaux : « Jeune-Fille au Jardin de Bellevue », « Mme Manet, mère dans le jardin de Bellevue », « Jeune-fille au seuil du jardin de Bellevue » et « Un coin dans le jardin de Bellevue ».

Il vit sentier des Pierres Blanches, adresse connue pour avoir hébergé des peintres comme Louis Tauzin et Louis Maurice Boutet de Monvel mais aussi l’historienne d’art Gabriella Rèpaci-Courtois. La maison existe encore, on la remarque par ses briques rouges.

Vente le 15 décembre 2021 à 14 heures

Mardi 14 décembre de 11h à 18h et le mercredi 15 septembre de 11h à 12h.

Maison Pescheteau Badin

16 rue de la Grange Batelière 75009 Paris

05 Nov 2021 0 comment
(0 Votes)
 
Femme au chapeau - Marguerite Été 1880 Aquarelle sur papier monté sur carton 11.5 x 11.7 cm Signé à gauche : E. M. Estimation : 50 000 / 70 000 euros Femme au chapeau - Marguerite Été 1880 Aquarelle sur papier monté sur carton 11.5 x 11.7 cm Signé à gauche : E. M. Estimation : 50 000 / 70 000 euros

Deux aquarelles conservées dans la même famille de la Plaine Monceau depuis près d’un siècle

A noter dans notre agenda, la mise aux enchères de deux dessins de l'artiste par l’étude Pescheteau Badin en décembre prochain.

Aussi incroyable que cela paraisse, ces aquarelles sont redécouvertes aujourd'hui. Réalisées probablement en 1880 lors de son séjour en cure à Bellevue, ce portrait de femme et cette amande  illustrent parfaitement le travail et les réflexions qui animaient Manet à cette époque.  

Ces œuvres révèlent une fois encore la modernité du travail de Manet.

Edouard MANET (1832-1883)

L'artiste, né à Paris, le 23 Janvier 1832, d'une famille de la haute bourgeoisie. Les témoignages le décrivent comme un enfant agité et doué pour les caricatures. 

Après avoir échoué à deux reprises entre 1848 et 1849 son entrée à l’École Navale, Il entre en 1850, dans l’atelier de Thomas Couture, peintre du courant académique et grand professeur, il y restera 6 ans.

Manet visite de grands musées.  Il rencontre Eugène Delacroix, grand représentant du courant romantique, qui l’autorise à copier un de ses tableaux les plus connus : « Dante et Virgile aux Enfers » également nommé « La Barque de Dante », exposé au musée du Luxembourg.

Sa recherche de reconnaissance

En 1859, Manet propose une première oeuvre : « Buveur d’Absinthe » au Salon de l’Académie qui est refusée par son austérité. En1861 il a plus de succès auprès du jury car deux de ses toiles sont acceptées : « Le Chanteur Espagnol » et « Portrait de M. et Mme Manet ». Puis, les refus vont se succéder durant quelques années.

Sa fréquentation du café Tortoni, boulevard des Italiens, endroit à la mode où se retrouvent hommes politiques, intellectuels, et artistes l'inspirent. En 1862,  il réalise « La Musique aux Tuileries », tableau de type impressionniste.

La même année sa toile « Le Déjeuner sur l’Herbe » refusée par l’Académie sera exposée au Salon des Refusés en 1863, le tableau suscite un grand engouement car le modèle utilisé est l’artiste-peintre Victorine Meurent qui sera sa muse de 1862 jusqu’à 1873.

Rejeté par l’Académie et incompris des amateurs d’art, Edouard Manet se rapproche des jeunes peintres novateurs. (Degas, Monet…),  En rivalité avec Gustave Courbet, il recherche la modernité, tout en restant un peintre de Salon, en quête de reconnaissance officielle. Sa carrière a été émaillée de succès et de scandales.

Il reçoit en 1881 une médaille du jury du Salon de L’Académie pour sa toile : « Portrait d’Henri Rochefort ».

En 1880, sa santé se détériore Il séjourne à Meudon Bellevue pour une cure. Il peindra une série de célèbres tableaux : « Jeune-Fille au Jardin de Bellevue », « Mme Manet, mère dans le jardin de Bellevue », « Jeune-fille au seuil du jardin de Bellevue » et « Un coin dans le jardin de Bellevue ».

Il vit sentier des Pierres Blanches, adresse connue pour avoir hébergé des peintres comme Louis Tauzin et Louis Maurice Boutet de Monvel mais aussi l’historienne d’art Gabriella Rèpaci-Courtois. La maison existe encore, on la remarque par ses briques rouges.

Vente le 15 décembre 2021 à 14 heures

Mardi 14 décembre de 11h à 18h et le mercredi 15 septembre de 11h à 12h.

Maison Pescheteau Badin

16 rue de la Grange Batelière 75009 Paris

Informations supplémentaires

  • Région: Paris
Dernière modification le mardi, 09 novembre 2021 11:13

Patrimoine de France est un Magazine de presse en ligne qui vous emmène à la découverte des terroirs. Suivez les Journées du patrimoine et autres actualités ...

Site internet : https://patrimoinedefrance.fr

S'abonner à la newsletter

Faire un don

En faisant un don vous contribuez à l'évolution de notre site qui vous apportera toujours plus de contenu

Montant
 EUR