La rédaction

De Beaucaire

Petite commune du Gard, Beaucaire est sans doute celle qui concentre l'un des plus beaux patrimoines en matière d'hôtels particuliers. Son centre est malheureusement déserté entraînant un abandon de monuments autrefois splendides.

L'on débute la balade par la Maison du Patrimoine, située dans le Centre à proximité des ruelles à longer.

La place du village © photo PdF 2019

Beaucaire doit sa fortune à une grande foire au Moyen-Age qui s'étendit jusqu'au XVIIIe. Il reste de beaux témoignages de cette période de prospérité dans cet alignement d'hôtels particuliers  du XVIIe, notamment la Maison des Cariatides ou bien encore l'Hôtel de ville.

Deux tours, la chapelle  et les courtines subsistent du château démantelé par Richelieu.

 

Maison du Patrimoine

1 rue des Trois Pigeons

30 300 Beaucaire

15 Juil 2019

La Vallée des Peintres de Crozant

Tous les chemins mènent à Crozant. Difficile aujourd’hui de réaliser à quel point l’endroit fut synonyme de création artistique et de fourmillement intellectuel.

Pour appronfondir vos connaissances sur toute cette période florissante artistiquement parlant et oubliée, raprochez-vous du travail entrepris par cet écrivain.

L’historien d’art, Christophe Rameix le sait bien. Depuis des années il œuvre pour que soit mieux connu l’école de peintres dont il admire le travail*. Spécialiste de cette période, il expertise les toiles issues de l’école de Crozant.

La Vallée des Peintres

Imaginez à cette époque, le village fourmille d’artistes peintres, chevalet sur l’épaule, qui arpentent les collines et s’installent devant des paysages qu’ils vont transcender. Les bords de la Sédelle et ses moulins ont tant inspirés de grands noms, Paul Madeline, Picabia, Ernest Hareux, Eugène Alluaud. Il y avait foule…

Au confluent de la Creuse et de la Sédelle, le Rocher de la Fileuse domine la Vallée des Peintres © photo PdF 2019

1889-2019, 130 ans

Le plus célèbre d'entre eux, Claude Monet, dont on fête le séjour, est venu chercher la nouveauté ici. Sur l’invitation de son ami le critique d’art Gustave Geffroy (ami de Maurice Rollinat)  Il arrive en 1889 à Fresselines pour rencontrer « cette nature sauvage » et sans doute l’apprivoiser.

Il sera prolifique et peindra plus d’une vingtaine de versions de la vallée. 24 au total, en trois mois. Dont une série spécifique de onze toiles sur la Confluence.

La nature creusoise a tout pour attirer.

 

Paul Madeline adore peindre la Sédelle et ses moulins tel celui de la Folie il découvre Crozant en 1894 et vient trois mois par an y peindre © photo PdF 2019

On peut comprendre que cet endroit l’ait inspiré. Les artistes voient s’étaler sous leurs yeux des terrains escarpés dont la lumière changeante, toute colorée de mauve avec la bruyère et de jaune que les ajoncs ajoutent au tableau.

Toujours en quête de nouveaux espaces les impressionnistes, libérés des contraintes de l’atelier, peuvent se déplacer et peintre in situ. Le tube de peinture est inventé en 1841, une véritable révolution. Ils peuvent s’exprimer en milieu naturel, certains se contentent d’une esquisse et terminent leurs toiles en ateliers.

1820-1850, les heures de gloire

L’Hôtel Lépinat est une auberge appréciée, les habitants louent des chambres. Crozant vit une période unique.

 

Aujourd'hui Centre d'interprétation du Patrimoine l'Hôtel Lespinat hébergeait les artistes © photo PdF 2019

Aujourd’hui il est transformé en lieu accueillant. Des outils multimédias aident à la compréhension de ce que les peintres ont vécu et apporté à ce coin du Limousin. Personnage atypique, passionné de pêche, Rollinat écrit des poèmes à Fresselines. Arnaud Guillaumin, le maître les lieux, s’était établi dans cette maison de famille.

L’école de Crozant

Il n’y a pas de chef de file à proprement parlé, c’est ce que l’on peut appeler l’école du Paysage. Les peintres partagent une technique. Picabia, grande figure de l’Impressionnisme est de passage à Fresselines.

Une frontière militaire

La forteresse (du XIIe) dont il subsiste quelques ruines dominait la Creuse dernière frontière contre les Anglais. A l’apogée de son histoire au XVe, les Lusignan, seigneurs du Comté, complotent contre le Roi. Ce fut le signe de leur déclin. Début du XVIe, leur château n’est plus que ruine. Le niveau d’eau autour de ce rocher était plus élevé qu’aujourd’hui et protégeait le pic.

En 1786, le fisc l’a saisi à son noble propriétaire, nous sommes en pleine Révolution française.

La vogue du Rocher de la Fileuse

Oubliée jusqu’en 1820, année durant laquelle George Sand en compagnie de Frédéric Chopin vient séjourner à Gargliesse. C’est elle qui lance la mode et invite ses amis, artistes à découvrir le lieu.

 

La Vallée des Peintres © photo PdF 2019

A cette époque on met sept heures depuis Paris pour arriver, la calèche est le seul moyen de locomotion. Le train arrivera en 1856. Quatre auberges peuvent héberger les touristes qui affluent.

Les critiques d’art et les guides touristiques participent à cet engouement très parisien.

 

L'une des rivières emblématiques pour les peintres, la Sédelle © photo PdF 2019

A partir de 1856, de nombreux peintres se retrouvent dans la vallée. Une rencontre étonnante entre le monde rural et le lieu où l’on doit être. Paul Haviland, en 1869-1870, prend des clichés en couleur.

Paul Madeline

Première rétrospective consacrée à un peintre majeur de l’école de Crozant

 

La fin d’un cycle

1926 signe l’arrêt du passage des peintres la peinture évolue et se tourne vers les intérieurs, la mode a changé. Ils reviendront un peu dans les années 1950 mais ce n'est plus comme avant.

Depuis 1923, la Fileuse est classée monument historique, des fouilles ont été entreprises aux abords. Elle se visite équipée d’une tablette.

.

Ouvert en juillet 2018, le nouvel Espace Monet-Rollinat © photo PdF 2019

Pour compléter votre halte, allez découvrir le Centre d’art de Fresselines. Un pari qui prouve que même installé au milieu de la campagne, les habitants apprécient la création contemporaine. Ouvert depuis un an, ce superbe bâtiment, une ancienne grange, rend hommage à Monet au travers d’une scénographie très actuelle.

L'actualité du Centre d'Art une exposition temporaire autour de Claude Monet figure emblématique du mouvement Impressionniste.

 

Informations complémentaires

 

Son livre est une bible pour mieux appréhender cette période artistique. *

« Impressionnisme et postimpressionnisme dans la vallée de la Creuse » par Christophe Rameix éditions Christian Pirot

Version française et anglaise, 25€

Se procurer ce bel ouvrage, réédité par l'Association Erica (éditions Points d'encrage) "Huit jours à Crozant" racontés par l'aquarelliste Albert Geoffroy et illustrés par Emile Humblot. 10€

-          Le Centre d’Art Monet-Rollinat, expositions, créations, expériences.

Peinture, sculpture, photographie, vidéo, arts graphiques

2 Allée Fernand Maillaud

23 450 Fresselines

05.55.89.27.73

Sentier d’interprétation à Fresselines

- Centre d’Interprétation du Patrimoine Hôtel Lépinat

Vous y trouverez "Le Sentier des Peintres" A la découverte des peintres de Crozant, un carnet interactif pour partir en balade.

05.55.63.01.90

14 Juil 2019

D'Albi

 

Sa couleur brique est reconnaissable entre toutes. Albi possède un trésor inestimable sa cathédrale Sainte-Cécile (1282) classée au Patrimoine mondial de l'UNESCO en 2010.

A proximité le Palais de la Berbie, rénové d'une façon remarquable, abrite le musée Toulouse-Lautrec, figure marquante de la cité. On y retrouve une collection exceptionnelle de ses toiles. Des dessins, des lithographies, et affiches.

Le Palais de la Berbie © photo PdF 2019

Toulouse-Lautrec (1864-1901) naît à Albi à l'Hôtel du Bosc, descendant des Comtes de Toulouse, est l'enfant du pays. Sa personnalité, hors norme, est associé au Tarn où sa famille possédait des terres et plusieurs demeures.

Le Tarn qui l'a traverse a donné son nom à son département. Albi emprunte de grands noms à l'Histoire, des personnalités dont on suit les pas, à la Maison Enjalbert, ou bien encore à l'Hotel Reynès, et au musée Lapérouse, illustre navigateur.

 

13 Juil 2019

De Rennes

Porte d'entrée de la Bretagne, voici un aperçu de la capitale de l'Ille et Vilaine. Une ville qui allie modernité et tradition, toujours en plein essor et entretenant un patrimoine riche et varié. 

Si l'on se remémore le gigantesque incendie qui a ravagé l'ancien Parlement de Bretagne, un traumatisme pour le pays tout entier, la ville offre, en se baladant dans son centre de belles curiosités.

Des détails architecturaux remarquables au coeur de Rennes © photo PdF 2019

Un poumon vert dans la ville

La place des Lices et son marché, la place du Champ-Jacquet bordée de maisons du XVIIe, sans oublier son théâtre (XIXe) et place de l'Hôtel de ville. Les rennais aiment particulièrement leur parc. Le jardin du Thabor, à l'origine le verger d'une abbaye bénédictine, est arpenté par de nombreux visiteurs qui profitent du jardin à la française, du jardin botanique, d'une roseraie, d'une volière..

Nous nous attarderons prochainement dans l'ancien Palais de Justice, à suivre.

13 Juil 2019

La Ferme du Champ Perché

C'est un jardin aussi surprenant qu'inattendu à cet endroit. Il faut dire que sa propriétaire aime les expériences. Elle a la main assurément verte la jeune Cécile Andrieux.

A 1650 mètres, le jardin a de quoi surprendre !

Installée sur ses terres depuis peu, Cécile s'essaie au maraîchage d'altitude, son terrain de jeux domine la vallée et de sa vue imprenable elle produit des légumes de saison.

 

Le champ de Cécile © photo PdF 2019

 

Un chat n'y retrouverait pas ses petits mais Cécile connait son champ comme sa poche. Dans ce vaste champ où tout pousse en permaculture, où les allées ne sont visibles qu'à l'oeil averti de la jardinière, les plantes s'épanouissent. Ca fonctionne à merveille !

Cécile laisse la nature prendre ses aises, les herbes se développer comme elles le souhaitent, envahissant les jeunes plantations. Ensuite certains seront transformés pour la vente.

 

Vue sur le Col du Solude © photo PdF 2019

La cueillette sera livrée autour de la ferme et sur le marché. Les produits maison se transformeront en gâteaux et meringues aux saveurs originales.

Cécile raconte lors de la visite de son champ ses différentes activités au fil des saisons*

Les Jardins d'En Haut jouxtent le terrain de Cécile. Situés tous les deux sur la Route des Savoir-faire, les visites au public entretiennent l'activité dans les villages de montagne. Vous pourrez apprécier les produits locaux sur place : Confitures, ail des ours, produits maison, liqueur de génépi, petits fruits rouges...

Tous les vendredis de 11h à 13h

Du 1er juillet au 31 août

La Ferme du Champ Perché

38 250 Villars-Reymond

 

18 Juil 2019

Nous les arbres

 

Patrimoine de France grâce à son partenaire La Fondtion Cartier est heureux de vous offrir des entrées pour visiter cette belle exposition, pour participer, merci de répondre à cette question:

En quelle année fut créé la Fondation Cartier ?

Réponse à contact@patrimoinedefrance.fr

Nous les Arbres dès le 12 juillet

La Fondation Cartier pour l'Art contemporain apporte sa pierre à l'édifice qui construit, jour après jour, nos connaissances sur les arbres. A travers, le travail d'artistes et de recherches plus approfondies, l'exposition temporaire "Nous les arbres" témoigne de ce lien intime si particulier.

Une intelligence végétale fascinante

La vie des Arbres est depuis peu l'objet de notre curiosité. Plus attractive elle se développe à travers de nombreuses études, des livres nous en dévoilent des aspects incroyables et passionnants.

 

Mahmoud Khan Sans titre, 2019 Encre sur papier, 70 × 49,7 cm Courtesy de l'artiste et Galerie Polysémie, Marseille, France © Mahmoud Khan

L'exploration d'un domaine onirique sans équivalent

L'attirance d'un public avide d'en découvrir encore plus, favorise la perception de cette nature encore mystérieuse. Cela touche des aspects encore inexplorés. L'on plonge dans un monde qui nous fait rêver.

Exposition du 12 juillet au 10 novembre 2019

Fondation Cartier pour l'Art contemporain

261 Boulevard Raspail

75014 Paris

17 Juil 2019

A l'Auberge du Vieux Pont

 

Impossible de ne pas succomber au charme de Belcastel. Sa quiétude et son environnement enchantent immédiatement.

Classé parmi les plus beaux villages de France, il a en plus la grande chance de posséder une adresse gourmande, récompensée par le Michelin et recommandée par Patrimoine de France !

© photo PdF 2019

Cette belle auberge héritage familial, est tenue par deux soeurs, Elles en ont fait un lieu élégant, Françoise à l'accueil, vous met à l'aise et Nicole vous régale de sa cuisine, étoffée au fil des années. 

La chef a développé, fruit de son expérience culinaire, sa signature. L'établissement familial proposait la cuisine de Maman, non sans renier ce bel héritage, elle a affirmé sa propre identité. En 1986, le restaurant prend un tournant tant dans ses menus que dans sa décoration. Nicole souhaite offrir "une cuisine qui fait voyager" tout en privilégiant le terroir.

La douceur de vivre à Belcastel © photo PdF 2019

Les producteurs sur place, ont privilégié la qualité et la pêche locale apporte une régularité dont elle ne disposait pas avant. Que du mieux.

Aujourd'hui l'Auberge du Vieux Pont affiche complet et il faut bien réserver avant pour pouvoir profiter de ce lieu ouvert sur la nature.

En Aveyron

Menus à 35, 70 et 95 €

Auberge du Vieux Pont

12 390 Belcastel

05.65.64.52.29

 

11 Juil 2019

Compteur de visites

1534303
Aujourd'hui
Hier
Cette semaine
Semaine dernière
Ce mois
Mois dernier
Depuis le début
3493
4867
8360
708091
122120
171935
1534303

S'abonner à la newsletter

Faire un don

En faisant un don vous contribuez à l'évolution de notre site qui vous apportera toujours plus de contenu

Montant:
 EUR