La rédaction

A Paris

Couple d'amoureux dans la Capitale

21 Oct 2021

A Lyon, une restauration d'envergure

Joyau baroque restauré

Saint-Bruno-les-Chartreux est l'un des édifices les plus remarquables du patrimoine religieux de Lyon. Classée au titre des Monuments Historiques en 1911, compte tenu de son intérêt tant architectural qu’historique, elle vient de subir un grand nettoyage de printemps !

L’édifice, dont la construction a débuté à partir de la fin du XVIème siècle, a connu de multiples périodes de travaux. En 1991, restauration du dôme sous la direction de Jean-Gabriel Mortamet, Architecte en Chef des Monuments Historiques. Puis en 1996, la réfection des installations techniques.

Sous la direction de Didier Repellin, Architecte en Chef des Monuments Historiques, de 2003 à 2006, est opérée la restauration des décors intérieurs du choeur des moines, du transept et du baldaquin de Servandoni jusqu’à la nef. S'ensuit la restauration du maître-autel, des stalles, des lustres et des cloches. L'année suivante, c'est l'aboutissement des travaux débutés en 1996 avec le remontage de l’orgue.

Quatre années seront nécessaires (2014 à 2016) pour effectuer l'étanchéité des couvertures, assainissement des maçonneries, mise en sécurité de la façade, réfection des murs du jardin, restauration de 5 chapelles latérales : chapelle Saint-Irénée, chapelle Saint-Bruno, chapelle de la Vierge, chapelle Saint-Joseph et chapelle d’accueil (cette dernière chapelle a été prise en charge financièrement par l’association patrimoniale « Église Saint-Bruno, Splendeur du Baroque).

Le partenariat public-privé, mis en place en 2018, profite à l'édifice puisqu'il porte sur la restauration de la façade principale (y compris le porche d’entrée), l’assainissement périphérique du bâtiment, et une première tranche de restauration des façades et des couvertures (nef, bas-côtés attenants et transept). Sous la direction de Renzo Wieder, cabinet Architecture & Héritage, une seconde phase est lancée en janvier 2021.

Les travaux démarreront au 1er trimestre 2022, et se poursuivront jusqu’au 2ème trimestre 2023. Ils porteront sur la poursuite de la restauration des couvertures, des façades du choeur et du chevet, et la restauration des cinq chapelles latérales non encore restaurées (les chapelles Saint-François-et la restauration des cinq chapelles latérales non encore restaurées (les chapelles Saint-François-Régis, Saint-Pierre, des fonts baptismaux, du Sacré Coeur et Sainte-Philomène).

11 Oct 2021

Journées de l'Artisanat à Belleville

Forts de leur identité, les artisans de Belleville à Paris célèbre leur savoir-faire depuis 6 ans maintenant. La prochaine édition se tient ce week-end. Lors de ces Portes ouvertes, des démonstrations ouvertes à tous sont programmées dans plusieurs ateliers. Des initiatives originales qui vont peut-être déclencer de futures vocations professionnelles !

A la découverte de métiers souvent méconnus

Par exemple, dans l'atelier de Céramique Maen, une initiation au tournage samedi et dimanche entre 14h30 et 16h (sur inscriptions, à partir de 10 ans) 

Dans l'atelier El Flech, Manuel fabriquera des objets magnétiques personnalisés tandis que dans l'atelier de dorure de Valérie Kauffmann, Marie Le Clech fera des démonstrations d'enluminure.

Chez Ariel Bertrand la restauration de peinture sera au centre de la visite.

LETTERPRESS DE PARIS proposera, mais uniquement le samedi 9 octobre à14h et 16h et sur rendez- vous, une démonstration du travail d'imprimerie sur machines artisanales.

A l'atelier Da Mota Cécilia et Marie réaliseront une gargouille, une belle découverte pour les plus jeunes. Zoé Berthet, accueillie au Greta, présentera son travail d'artisane tapissier.

 

Les 9 et 10 Octobre 2021

Dimanche de 14h à 19h,

Animations gratuites

Débat autour du statut d'auteur pour les artisans

Table ronde le samedi matin à la Maison de l'Air comme à chaque édition, sujet à l'ordre du jour : les perspectives du projet de Pôle d'activité artisanale de Belleville prévu pour 2023.

"Sublime objet" exposition d'art contemporain

 A la Maison de l'Air, point d'accueil

27 Rue Piat 75 020 Paris

Le Gréta de la Création, du Design et des Métiers d’art

21 rue Sambre et Meuse 75 010 Paris

07 Oct 2021

« Arts de l’Islam, Un passé pour un présent »

18 villes pour 18 expositions. A retrouver dans un musée, une médiathèque, une bibliothèque, ou bien encore un espace culturel.

A la fois historiques et contemporaines, issues du département des Arts de l’Islam du Musée du Louvre et de collections nationales et régionales,une dizaine d'oeuvres éclaireront sur les cultures de l’Islam et leur inscription dans l’histoire de France depuis plus de 1 300 ans.

 

Grande diversité des territoires et des populations

La civilisation islamique est autant arabe que turque, indienne qu’iranienne, asiatique ou maghrébine…Les oeuvres présentées évoquent des scènes de vie, la nature, ledes scènes de vie, la nature, ledésir amoureux, un simple décor de palais ou de mosquée.

D'aujourd'hui et d'hier

Une diversité pour plus de 180oeuvres au total présentées qui témoignent de la recherche effectuée pour cette manifestation: une lampe de mosquée du 11ème siècle provenant de Jérusalem (musée du Louvre), un chandelier de l’époque de Saladin signé par un artiste de Mossoul racontant la vie de Jésus (musée du Louvre), des boîtes de toilettes en ivoire du 13ème siècle ayant appartenu aux duchesses de Bourgogne, provenant de l’abbaye de Cîteaux et aujourd’hui au musée des Beaux-Arts de Dijon.

Une oeuvre de l’artiste Hiwa K, One Room Apartment(FRAC Normandie) ou bien Les Collages de Topak Ev de l’artiste française d’origine turque Nil Yalter.

 

Un éclairage contemporain

Dans chaque ville, chaque exposition proposera une oeuvre d’un artiste contemporain d’un pays du monde islamique, reflet d’une vision du monde actuel et du rapport à leur héritage. 

En complément de l'exposition, c'est un voyage à travers différentes destinations qui se rejoignent

Un livret d’une quinzaine de pages accompagne l’exposition, des cartels développés, la diffusion d’un film pour chaque lieu d’exposition offrant une échappée dans les pays d’origine de ces oeuvres

 

Dans toute la France

Du 20 Novembre 2021 au 27 Mars 2022

08 Oct 2021

En Bourgogne

A Saint-Sauveur en Puisaye, la visite de la maison natale de Colette nous replonge dans son univers

07 Oct 2021

En Limousin

De bonnes affaires à faire en Creuse

07 Oct 2021

Fouilles à Rezé

Des vestiges de quais antiques ont été mis au jour dans la périphérie nantaise 

Précédent la réalisation d’un projet immobilier l’Inrap a été missionné - par l’État (Drac des Pays de la Loire- au coeur de la ville de Rezé dans le cadre d'une opération d’archéologie préventive, sur l’avenue de Lattre de Tassigny.

 

Découverte de nombreux vestiges antiques, médiévaux et modernes

Des vestiges d’aménagement de quais de l’agglomération antique de Ratiatum ont vu à nouveau le jour. Enfouis pendant près de 2000 ans dans un milieu humide propice à leur préservation, les poutres et autres pièces en bois ont été retrouvées dans un état de conservation remarquable. Ces découvertes s’inscrivent dans un secteur déjà exploré au XIXe siècle mais également dans le prolongement de la fouille programmée du quartier de Saint-Lupien dont une partie des résultats est présentée au Chronographe.

La conservation remarquable des matériaux organiques révèle une architecture exceptionnelle. Elle se caractérise par un assemblage de poutres de chêne pouvant atteindre jusqu’à 10 m de longueur et supportant des poteaux et des contre-fiches.

Leur démontage minutieux a permis de relever les multiples techniques d’assemblage (tenon et mortaise, mi-bois, clous…) mais également d’observer les nombreuses traces laissées par les charpentiers (traces d’outils, marques, estampilles…). 

Un peu d'Histoire

Le port de Ratiatum

Localisé au fond de l’estuaire de la Loire, le port de l’antique Rezé (Ratiatum) est implantée à l’interface entre le fleuve et la ville. Occupée dès le début du Ier siècle de notre ère, c’est à la fin de ce même siècle qu’est mis en place un vaste programme d’aménagements des berges dans le quartier de Saint-Lupien.

Un four à chaux et divers creusements témoignent par ailleurs de l’urbanisation et de la vie du quartier.

Elles prennent la forme de grandes terrasses monumentales bordées par de vastes entrepôts. La ville antique constitue alors un carrefour à la fois terrestre, fluvial et maritime et se développe, à son apogée au début du IIe siècle sur au moins 40 hectares. Dès le début du IIIe siècle, malgré une construction adaptée au marnage et aux variations du régime fluvial, l’envasement du bras de Loire entraine un abandon progressif des activités portuaires.

Les aménagements postérieurs à l’Antiquité

L’occupation continue des berges de Loire jusqu’à nos jours est avérée, toutefois les vestiges postérieurs à l’Antiquité restent rares. La ville décline vers les IIIe - IVe siècles avant de connaître un renouveau à la fin du Ve siècle avec notamment la création d’une importante basilique paléochrétienne. Au VIe siècle, un important niveau d’inondation recouvre la cale et signe la fin de l’entretien des berges.

Ces limons déposés par les débordements de la Loire sont ensuite recouverts par un imposant remblai sur lequel s’implantent plusieurs constructions et espaces de circulations. Le mobilier, en cours d’étude, permet de les situer entre le XIIIe et l’époque moderne.

 

Cette découverte sera suivie d’importantes études et analyses, notamment xylologiques (études des bois), qui apporteront des informations complémentaires sur Rezé et sur les aménagements portuaires en Gaule romaine.

11 Oct 2021

S'abonner à la newsletter

Faire un don

En faisant un don vous contribuez à l'évolution de notre site qui vous apportera toujours plus de contenu

Montant
 EUR