Jardins

Jardins (41)

Horizons, le festival en pleine nature

Une exposition à ciel ouvert

La 15ème édition d’Horizons «Arts‑Nature» a toutes ses chances de se tenir à partir de juin au public.

 

A chaque nouvelle édition c'est la surprise qui prime avant tout. Etre émerveillé lors de la découverte des oeuvres c'est la clé du succès de ce Festival reconnu des amateurs de land art.

Couleurs, formes, sons, tous les sens en éveil...

Le Sancy se prête volontiers à ce Festival bien connu des amateurs d'art et de nature. Il fête cette année son quinzième anniversaire dans un espace préservé, exceptionnel !

12 oeuvres inédites

Organisée par l’Office du Tourisme du Massif du Sancy, cette quinzième édition présentera une douzaine d'oeuvres. Basé sur le dialogue entre l'Art et la Nature, les artistes retenus souhaitent attirer l'attention des visiteurs sur la sauvegarde de notre environnement.

Les enfants seront des acteurs à part entière de la manifestation en se procurant le carnet Little Horizons et ses jeux originaux autour des oeuvres, des surprises et une récompense à la clé dans le Tibou Mag disponible dans les offices de Tourisme du Sancy (ou téléchargeable en pdf),

 

Du 12 juin au 19 septembre 2021

 

Office de tourisme : 04 73 65 20 21 

mercredi, 21 avril 2021 Écrit par

Dernières plantations aux Tuileries

La Grande Allée des Tuileries va retrouver sa splendeur

Stéphane Marie, présentateur de l’émission « Silence, ça pousse ! » sur France 5 est l'ambassadeur de cette 11ème campagne « Tous mécènes ! ».Une Opération  réussie puisqu'1 million d’euros a été rassemblé grâce à 4 500 donateurs

C'est par un froid glacial que rendez-vous était donné pour assisiter à la dernière mise en terre des ormes choisis pour mettre un point d'orgue au travail accompli -déjà 92 ormes plantés- dans la Grande Allée parisienne.

Puis 26 bancs seront rénovés.

Le musée du Louvre remercie tous ces donateurs

Grâce à l'appui du public, à la Société des Amis du Louvre, au mécénat de la Maison Christian Dior, la mission touche au but;

Ce qui était important aux yeux du Musée la transmission de cet héritage. Pour ce faire, tous les participants, les jardiniers, les équipes du Musée, tous ceux qui inspirés par cette action, ont laissé un mot, quelques lignes, ensuite enfermés dans une capsule, celle-ci sera  à ouverte dans 40 ans...

Laisser aux futures générations un jardin revégétalisé comme à l'origine.

 

Des arbres biberonnés par des jardiniers d'art (entendez jardiniers experts en l'art des jardins)

Un parc de 23 hectares apprécié des parisiens et des touristes. L'allée retrouvera son élégance et les promeneurs pourront s'abriter à l'ombre des ormes.

 

Le choix de l’orme s’est fait sur la base d’une abondante documentation historique, scientifique et paysagère. L'essence était présente au jardin des Tuileries depuis l’époque de Le Nôtre. Presque disparu aujourd’hui, les ormes ont en effet étédécimés par une maladie, la graphiose, dans les années 1970.

Depuis l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) a mis au point une nouvelle variété résistante à la graphiose, Ulmus minorVada ® ‘Wanoux’, qui a été choisie pour la Grande Allée.  

Adapté au sol du jardin des Tuileries et à l’évolution des conditions climatiques, l'arbre va trôner le long de cette nouvelle allée

Ils ont été aux petits soins l'équipe en charge de faire pousser ces plantations, une énorme quantité d'eau leur sera nécessaire pour croître on peut se poser la question du gaspillage de ce trésor aujourd'hui et du choix d'arbres, sans doute adaptés à leur époque mais ils seront équipés de capteurs pour équilibre et ajuster la consommation adéquate ! quand la technologie vient au secours...de l'Histoire.

 

 

Un peu d'Histoire

En 1564, Catherine de Médicis décide la construction non loin du palais du Louvre d’un nouveau palais, sur un terrain en partie occupé par des fabricants de tuiles.

Réservés aux plaisirs de la cour, le palais et le jardin dits « des Tuileries » sont le lieu de nombreuses fêtes

À partir de 1664, André Le Nôtre recrée le jardin des Tuileries à la demande de Colbert, alors ministre du roi Louis XIV. Il choisit de renforcer l’allée centrale préexistante, qui devient la « Grande Allée ». En 1665, André Le Nôtre, créateur des jardins de Louis XIV, conçoit cette perspective exceptionnelle, qui s’étend du palais des Tuileries jusqu’à la future avenue des Champs-Elysées.

Les arbres sont plantés en 1668 : une rangée de marronniers d’Inde dechaque côté, avec un dispositif de contre-allées.Conçue pour être vue depuis le palais des Tuileries en face, elle réunit les trois séquences principales du jardin : le Grand Carré orné de broderies de buis, le Grand Couvert planté essentiellement de marronniers et l’Octogone, ensemble monumental organisé autour d’un grand bassin et de rampes en fer à cheval menant à des terrasses.

Or l’abattage des arbres sous la Révolution a dénaturé son destin originel..

 

 

 

 

 

mardi, 09 février 2021 Écrit par

Du nouveau au Parc Oriental de Maulévrier

Une parenthèse de sérénité

Le plus grand jardin japonais d’Europe situé près de Cholet, dans le Maine-et Loire, prépare la saison 2021 et Hanami, la fête des cerisiers en fleurs, ainsi que plusieurs nouveautés, dont « l’île du Soleil Couchant ».

Un voyage immobile

Ce jardin, classé remarquable, vit toute l'année.

« L’île du Soleil Couchant », conçue par les jardiniers du parc grâce aux recommandations d’experts japonais.

Cette « île-jardin »  imaginée en prolongement du paysage d’inspiration japonaise et créé par l’architecte orientaliste Alexandre Marcel, a été conçu par les jardiniers du parc, grâce aux recommandations d’experts japonais comme le professeur émérite Eijiro Fujii de l’Université de Chiba au Japon.

Un pont couvert permettant de contempler l’eau et les pierres placées dans le lit de la Moine sera installé l’année prochaine. Par ailleurs, un abri en bois, ou « azumaya », sera construit pour permettre de contempler les paysages naturels.

Si tout se passe bien, l’ouverture, prévue le 13 mars*, nous permettra de découvrir l’aménagement d’un nouvel espace du parc, « l’île du Soleil Couchant » qui devrait être finalisé fin 2021 L'occasion de profiter de nouveaux points de vue grâce à la réalisation de nouvelles allées ainsi qu’un millier de nouveaux végétaux plantés cet hiver par les jardiniers sur les 12 hectares du parc.

 

L'équipe propose des animations toute l'année pour valoriser cet espace incroyable au coeur de l'Anjou.

Le jardin de nuit : des promenades musicales et poétiques de mai à septembre

 

Hanami, la fête des cerisiers en fleurs, du 13 mars au 5 avril

Tambours japonais, le dimanche 30 mai

Les jeux s’invitent au parc, le dimanche 13 juin

Une nouveauté durant l'été : Contes et histoires du Japon, le dimanche 18 juillet

Les peintres au jardin, le dimanche 8 août

Salon national du bonsaï, le samedi 11 et dimanche 12 septembre

Musique au parc, le dimanche 26 septembre

Nouveau :Kōyō et Momijigari, la chasse aux feuilles rouges en octobre et novembre 

 

Le samedi 13 mars c'est Hanami, la fête des cerisiers en fleurs

 

Parc Oriental de Maulévrier Tél. 02 41 55 50 14

jeudi, 04 février 2021 Écrit par

Fleurs de chanson

Un récital sur la thématique du jardin

Dans le cadre de Jardins Ouverts, le Potager du Roi, site historique de l'École nationale supérieure de paysage nous convie à un moment de détente convivial. 

Une promenade musical mené par le Hall de la chanson a pour mission de sauver de l'oubli, ou de l'obsolescence, les oeuvres de la chanson française et propose un répertoire composé de chansons populaires ayant marqué l’histoire.

 

Un spectacle-promenade avec Marceau Deschamps-Segura au chant et le musicien-bruitiste Richard Dubelski.

Le dimanche 5 juillet 2020

1er départ à 15h30, puis 16h30

Informations pratiques


Spectacle gratuit compris dans le tarif d’accès au Potager du Roi
Tarif plein : 5€ / Tarif réduit : 3€ / Gratuit -26 ans
(ouverture le dimanche de 10h à 18h)
Accès par le 10 rue du Maréchal Joffre, Versailles
RER C (Invalides) / Versailles Château - Rive Gauche
Ligne N (Paris-Montparnasse) / Versailles Chantiers
Ligne L (Paris-Saint-Lazare) / Versailles - Rive Droite
Parking cathédrale Saint Louis

vendredi, 26 juin 2020 Écrit par

« Sculpter la Forêt », un livre pour temps troublés

Un éloge de la nature et du plaisir de (re)trouver des gestes simples dans « Sculpter la forêt ». Ce titre de l’ouvrage qui vient de paraître chez « hoëbeke », Guillaume Ougier l’a choisi pour nous inviter à l’errance en forêt et à la réalisation de créations sensibles, à partir du bois.

Quand l’idée lui est venue, l’auteur n’imaginait pas que ses lecteurs seraient privés, par le COVID 19, de la possibilité de voyager. Au loin comme à proximité. Ses intuitions se révèlent d’une étonnante actualité : besoin de forêt, tentation de tourner le dos à une consommation addictive tout en retrouvant le bonheur de créer de ses mains.

Plein de petits bonheurs sont à portée de tous. Déjà en feuilletant ses photos d’arbres et de bois, dans tous leurs états et en toutes saisons. Mais également dans ses textes et dans sa vingtaine de propositions d’activités manuelles.

 

Celui qui, dans son petit atelier lorrain, aime errer, ramasser, couper, sculpter, tourner, graver et cirer atteint pleinement ses objectifs. N’affirme-t-il pas que « Sculpter la forêt » raconte le lien fragile entre l’arbre et la main ». Ne souhaite-t-il pas qu’à « travers cet ouvrage, au-delà du fait de fabriquer des objets [...] que des liens puissent se tisser entre vous et les arbres, que le regard déposé sur leur sagesse prenne une forme sensible, et que l’intime expérience du rapprochement simple marque vos chemins ... ».

Pour arriver à ce bonheur simple, l’auteur se fait poète et pédagogue. Pour les activités qu’il propose, peu d’outils sont nécessaires. Ils sont présentés d’emblée. Quant aux matériaux, on les trouve facilement au hasard des promenades ou dans les greniers. Les savoir-faire acceptent des niveaux d’habileté accessibles. Et quand on a besoin d’utiliser du brou de noix, de la colle à bois ou du beurre de cire d’abeille, on apprend comment les réaliser.

En cheminant avec Guillaume, c’est l’enfance du monde que l’on retrouve, cette perception de la nature qui se perd peu à peu. Comme Victor Hugo, dans Océan-1897, il nous conseille, en le citant dès la première page :


« Écoute l’arbre et la feuille
La nature est une voix
Qui parle à qui se recueille
Et qui chante dans les bois. »


Ce livre est pour vous et pour la forêt. Zen !

 

Guy Hébert

mercredi, 24 juin 2020 Écrit par

Réouverture des jardins d'Eyrignac

Entre Sarlat et Lascaux dans le Périgord Noir, Eyrignac et ses Jardins

Le printemps est déjà là à Eyrignac et dès lundi 11 mai les visteurs pourront se présenter et profiter des 12 ha de Jardins à la Française, au milieu d’un parc de 200 ha de sentiers botaniques ou de randonnées, réouvert pour le déconfinement.

Autre bonne nouvelle, la gratuité sera appliquée pour les enfants âgés de 10 ans.

Le Jardin Blanc au Manoir d'Eyrignac

Outre le Manoir, vous pourrez y admirer les jardins à la française, le jardin fleuriste et le Potager et cette année ce sont les 20 ans du Jardin Blanc.

Conçu pour décliner toutes les teintes du vert, le Jardin Blanc est ornementé de plantes taillées telle des sculptures végétales.

A l’entrée des jardins, appeler le 05.53.28.99.71 et le propriétaire, Patrick Sermadiras vous accueillera personnellement

Vous serez bien accueillis aux jardins d'Eyrignac

Manoir d'Eyrignac

24 530 Salignac

samedi, 09 mai 2020 Écrit par

Art, Paysage, Architecture, Journée Portes Ouvertes

De l'Art au Jardin

Il est question d'avenir et d'amour du jardin avec la possibilité d'accéder pour les bacheliers à une première année d’études commune qui ouvre vers leurs diplômes respectifs : le Diplôme National d’Art et le Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique, le Diplôme d’Etat de Paysagiste et le Diplôme d’État d’Architectes.

Une année de formation inédite : Arts, Paysage, Architecture 

Les inscriptions sont ouvertes sur Parcoursup.fr à partir de la fiche « École nationale supérieure de paysage Versailles (78) »

Inscription jusqu'au 12 mars 2020

 
© photo PdF 2020
 

Créée sur le site du Potager du Roi, l'enseignement agricole remonte ici au 17e siècle, l'École nationale supérieure de paysage est le berceau historique de la formation des Paysagistes-Concepteurs.

Établissement public sous tutelle du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, l’ENSP propose une offre complète de formations dans le domaine du paysage, par la voie de la formation initiale et continue, sur ses deux sites, à Versailles et à Marseille.

Prêts pour la rentrée de septembre 2020 !

Le samedi 1er février 2020

De 10h à 17h

Entrée par le 6bis rue Hardy

École nationale supérieure de paysage
10, rue du Maréchal Joffre

78 000 Versailles

lundi, 27 janvier 2020 Écrit par

Festival "Jardins du Monde en mouvement"

Dans les jardins de la Cité internationale

La 3ème édition du concours « Jardins du monde en mouvement » imaginée par la Cité internationale universitaire de Paris, avec le soutien du mécénat de la Caisse des Dépôts, se projette en 2020 et invite les candidats à proposer leurs futures réalisations paysagères.

Les candidats retenus pourront bénéficier d'une bourse d’un montant de 8 000 € par projet attribuée à cinq projets sélectionnés.

Oeuvre collective Atisô Atelier Patus © photo Antoine Meyssonnier

La Nature en ville

Ces créations éphémères in situ intègrent les enjeux du développement durable

Les critères incontournables à retenir sont les suivants : les différentes architectures de la Cité internationale sont indissociables des jardins, une identité forte qui reflète les éléments de la Cité Universitaire parisienne et surtout tenir compte de la dimension du développement durable : matériaux biosourcés, récupération des eaux pluviales, niches écologiques, partage des ressources, comportements écoresponsables, etc.

Oeuvre de © FabLand © photo Antoine Meyssonnier

 

Concours destiné aux architectes, urbanistes ou paysagistes, diplômés ou inscrits dans un établissement dispensant l’une de ces formations et ayant dix ans d’expérience maximum

Date limite d’envoi du dossier de candidature le 31 décembre à minuit

 

Les 40 maisons de la Cité internationale témoignent des principaux courants stylistiques en vogue au XXe siècle, du régionalisme de la Fondation Deutsch de la Meurthe (Lucien Bechmann, 1925) au brutalisme de la Maison du Brésil (Le Corbusier, 1959), en passant par les styles nationaux des maisons de pays. Les architectes ont également conçu des jardins qui s’intègrent à leur projet d’ensemble.

 

Cité internationale universitaire de Paris
17, bd Jourdan, 75014 Paris
RER B, T3a : Cité universitaire |
M4 : Porte d’Orléans
lundi, 16 décembre 2019 Écrit par

Les 35 ans de la Fête d'automne à Saint-Jean de Beauregard

Nous vous invitons aux 35 ans d'une Fête qui compte de nombreux adeptes. La Fête des Plantes de Saint-Jean de Beauregard est réputée pour la qualité botanique de ses présentations. Véritable rendez-vous de la rentrée, il colore le mois de septembre d'une palette automnale...

Pour y assister, répondez à la question suivante , Quelle thématique est à l'honneur pour ses 35 ans ?

Contact@patrimoinedefrance.fr

 

35 ans, le bel âge...

Un anniversaire extraordinaire durant lequel on pourra retrouver les anciens participants qui ont répondu à l'appel. Toutes les productions du passé seront là, sans oublier celles du présent et de demain....

Fête des Plantes à Saint-Jean de Beauregard en automne 2017 © photo Carole Desheulles

Tout un pan de l'histoire de nos jardins : hier encore, difficile d'imaginer que certaines espèces seraient accessibles et "communes" dans nos espaces verts : Les hostas, les hellébores, les heuchères, les échinacées, les cornouillers, sont devenues incontournables. Sans
parler des graminées, et que nous réserve le futur ?

Les Immanquables de ces trente-cinq dernières années à retrouver ce week-end

Arbres, arbustes, bulbeuses, graminées, grimpantes, rosiers et vivaces rares, mobilier, décoration, accessoires, vêtements, artisanat, le rendez-vous à ne pas manquer !

Des animations, des conférences

Les 27, 28 et 29 septembre 2019

A trente minutes au sud de Paris

 

 

 

jeudi, 26 septembre 2019 Écrit par
Page 1 sur 3

S'abonner à la newsletter

Faire un don

En faisant un don vous contribuez à l'évolution de notre site qui vous apportera toujours plus de contenu

Montant
 EUR