Restauration versaillaise

 

Dans le cadre de l'exposition "Versailles Revival" plusiseurs restaurations ont pu aboutir et permettre à des oeuvres de renaître pour resplendir à nouveau. L'un des plus beaux exemples est sans doute la "Fête du Centenaire des Etats-Généraux de 1789" le tableau gigantesque qui absorbe un pan important du parcours de visite. On en reste pantois devent une telle performance.

Vue de la restitution de la Chambre de Marie-Antoinette au Petit Trianon dans
l’exposition Versailles Revival
 © Didier Saulnier

La qualité picturale est impressionnante.

La plus importante restauration de l'exposition reste la plus grande oeuvre présentée, le tableau d’Alfred Roll (1846-1919), Fête du centenaire des États-généraux de 1789, au bassin de Neptune, le 5 mai 1889.

Cette oeuvre a été commandée par l’État pour remplacer dans la salle du Sacre le tableau du Sacre de Napoléon de David, emporté à Paris en 1889 et aujourd’hui au Louvre. Elle a été mise en place en 1894 et retirée lors de l’achat par l’État, pour Versailles, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, de la seconde version du tableau de David (toujours en place).

Depuis 1948, le tableau de Roll était roulé dans les réserves du Château et n'en était jamais ressorti. Il est présenté exceptionnellement pour Versailles Revival

 

Le tableau enfin restauré  © photo PdF 2019

La toile présentait des déformations, dues notamment au roulage, qui ont été résorbées par humidification contrôlée et mise sous presse, et des bandes de tension ont été posées sur le pourtour de la toile pour permettre son installation sur une cimaise d’exposition. La couche picturale, non vernie, était très encrassée et marquée de nombreux blanchiments et accidents ponctuels. Un décrassage approfondi et la reprise des lacunes a redonné à l’oeuvre toute sa clareté.

L'immense tableau n'était jamais ressorti des archives  il a subit un décrassage en règle.

 

 Détail du dessus de lit. restitution de la Chambre de Marie-Antoinette au Petit
Trianon dans l’exposition Versailles Revival © Didier Saulnier

Fête de nuit de Gaston La Touche

Autre oeuvre des collections du musée d’Orsay, qui se trouvait depuis 1937 en dépôt auprès du musée des Beaux-Arts de Limoges a été impactée par une intervention bénéfique du service de la restauration. Sa présentation dans l’exposition a conduit à sa restauration et à la fin du dépôt à Limoges au profit de Versailles.

Ce tableau de Gaston La Touche (1854 -1913), Fête de nuit à Versailles a été commandé en 1905 et présenté au palais de l’Élysée entre 1914 et 1925.

Resté roulé depuis sa mise en dépôt, la toile présentait des déformations importantes et des zones d’accidents sur le côté gauche. Après une mise à plat pour résorber les déformations, l’intervention a consisté à remettre la toile sur un châssis neuf, à décrasser la couche picturale et à reprendre les lacunes et accidents.
L’oeuvre de Gaston La Touche a retrouvé toute sa fraicheur.

 

Un portrait de Sadi Carnot par Pierre Petit

La dernière restauration de peinture d’importance est celle d’un portrait officiel de Sadi Carnot, 1889, par Pierre Petit, qui a été l’image officielle de ce président de la République.

Ce portrait a été déposé par l’École polytechnique auprès de Versailles en 1976.
Resté en réserve, il présentait un encrassement généralisé et de très importantes craquelures de séchage (craquelures prématurées). "Un décrassage général, un vernissage et un travail soigné de retouche lui ont rendu toute sa lisibilité et rééquilibré le rapport subtil entre la
figure et le fond". indique Frédéric Lacaille Conservateur en chef du patrimoine au musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, très attaché à toute la mise en valeur de ces chfes d'oeuvre.

02 Déc 2019 26 Commentaires
(0 Votes)
 

 

Dans le cadre de l'exposition "Versailles Revival" plusiseurs restaurations ont pu aboutir et permettre à des oeuvres de renaître pour resplendir à nouveau. L'un des plus beaux exemples est sans doute la "Fête du Centenaire des Etats-Généraux de 1789" le tableau gigantesque qui absorbe un pan important du parcours de visite. On en reste pantois devent une telle performance.

Vue de la restitution de la Chambre de Marie-Antoinette au Petit Trianon dans
l’exposition Versailles Revival
 © Didier Saulnier

La qualité picturale est impressionnante.

La plus importante restauration de l'exposition reste la plus grande oeuvre présentée, le tableau d’Alfred Roll (1846-1919), Fête du centenaire des États-généraux de 1789, au bassin de Neptune, le 5 mai 1889.

Cette oeuvre a été commandée par l’État pour remplacer dans la salle du Sacre le tableau du Sacre de Napoléon de David, emporté à Paris en 1889 et aujourd’hui au Louvre. Elle a été mise en place en 1894 et retirée lors de l’achat par l’État, pour Versailles, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, de la seconde version du tableau de David (toujours en place).

Depuis 1948, le tableau de Roll était roulé dans les réserves du Château et n'en était jamais ressorti. Il est présenté exceptionnellement pour Versailles Revival

 

Le tableau enfin restauré  © photo PdF 2019

La toile présentait des déformations, dues notamment au roulage, qui ont été résorbées par humidification contrôlée et mise sous presse, et des bandes de tension ont été posées sur le pourtour de la toile pour permettre son installation sur une cimaise d’exposition. La couche picturale, non vernie, était très encrassée et marquée de nombreux blanchiments et accidents ponctuels. Un décrassage approfondi et la reprise des lacunes a redonné à l’oeuvre toute sa clareté.

L'immense tableau n'était jamais ressorti des archives  il a subit un décrassage en règle.

 

 Détail du dessus de lit. restitution de la Chambre de Marie-Antoinette au Petit
Trianon dans l’exposition Versailles Revival © Didier Saulnier

Fête de nuit de Gaston La Touche

Autre oeuvre des collections du musée d’Orsay, qui se trouvait depuis 1937 en dépôt auprès du musée des Beaux-Arts de Limoges a été impactée par une intervention bénéfique du service de la restauration. Sa présentation dans l’exposition a conduit à sa restauration et à la fin du dépôt à Limoges au profit de Versailles.

Ce tableau de Gaston La Touche (1854 -1913), Fête de nuit à Versailles a été commandé en 1905 et présenté au palais de l’Élysée entre 1914 et 1925.

Resté roulé depuis sa mise en dépôt, la toile présentait des déformations importantes et des zones d’accidents sur le côté gauche. Après une mise à plat pour résorber les déformations, l’intervention a consisté à remettre la toile sur un châssis neuf, à décrasser la couche picturale et à reprendre les lacunes et accidents.
L’oeuvre de Gaston La Touche a retrouvé toute sa fraicheur.

 

Un portrait de Sadi Carnot par Pierre Petit

La dernière restauration de peinture d’importance est celle d’un portrait officiel de Sadi Carnot, 1889, par Pierre Petit, qui a été l’image officielle de ce président de la République.

Ce portrait a été déposé par l’École polytechnique auprès de Versailles en 1976.
Resté en réserve, il présentait un encrassement généralisé et de très importantes craquelures de séchage (craquelures prématurées). "Un décrassage général, un vernissage et un travail soigné de retouche lui ont rendu toute sa lisibilité et rééquilibré le rapport subtil entre la
figure et le fond". indique Frédéric Lacaille Conservateur en chef du patrimoine au musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, très attaché à toute la mise en valeur de ces chfes d'oeuvre.

Informations supplémentaires

  • Région: Île-de-France
Dernière modification le samedi, 07 décembre 2019 16:58

Patrimoine de France est un Magazine de presse en ligne qui vous emmène à la découverte des terroirs. Suivez les Journées du patrimoine et autres actualités ...

Site internet : https://patrimoinedefrance.fr

26 Commentaires

Laissez un commentaire

Compteur de visites

Aujourd'hui 664

Hier 880

Ce mois ci 16640

Depuis le début 3809918

S'abonner à la newsletter

Faire un don

En faisant un don vous contribuez à l'évolution de notre site qui vous apportera toujours plus de contenu

Montant
 EUR