L’abbaye Saint-André et ses jardins ont besoin de mécènes

Et si à « L’ombre des arbres », l’exposition de Lilian Euzéby à l’abbaye Saint-André de Villeneuve les Avignon, les visiteurs prenaient conscience de la chance qu’ils ont ! Celle de pouvoir profiter de jardins exceptionnels entourant un chef d’œuvre de l’art classique de la fin du XVIIe et XVIIIe siècle, face au Palais des Papes d’Avignon. Encore faut-il qu’ils sachent que les charpentes et les toitures du palais abbatial doivent être entièrement restaurées. Pour aider à la réalisation de ces travaux indispensables, la contribution du plus grand nombre d’amoureux de ce lieu est primordiale. Une visite est déjà un soutien, quelques jours avant sa fermeture. Première action avant une mobilisation pour espérer retrouver, au printemps 2022, des bâtiments sauvegardés au milieu de jardins, lauréat 2021 du prix de l’art des  jardins de la fondation Signature-Institut de France-Ministère de la Culture.

Pour commencer donc, l’exposition de peintures, de dessins, installation, photographies et vidéos de Lilian Euzéby. Invitant à la méditation mais aussi à une sieste à l’ombre des arbres centenaires de l’abbaye. Le presque quinqua installé dans le Gard, la terre de son enfance, sait regarder les arbres comme il sait, depuis trente ans, regarder la nature. Son œuvre, charnelle, raconte la matière. Ses graffitis délicats  révèlent ses pensées, ses références littéraires et culturelles. Pour lui, un paysage sans arbres paraît étrange. Comme il le dit dans le cartel de « LA GRANDE LOI », son acrylique, encre et crayon noir, stylo correcteur blanc sur papier de 2018 : « Les arbres permettent au peintre (qui connait son métier) d’asseoir la composition et de la structurer. Lorsque qu’un arbre devient le seul intérêt d’une représentation, alors, l’étrangeté réapparaît ». Ajoutant « Ce pin comme peuvent l’être les statues, les ruines, les pierres, les sables et les eaux est soumis au ciel. L’eau du ciel, le ciel dissous, la grande loi commande tout. Les arbres silencieux savent cela ». Tout est dit.

Ayant quitté l’univers de l’artiste, le visiteur peut s’immerger dans un jardin en balcon de deux hectares dominant Avignon et le cours du Rhône. Avec ses parties italienne et sauvage, bordées  d’un nouveau sentier botanique méditerranéen, beau et pédagogique.

Ce havre de paix a quelque chose de magique, entre soleil, bleu du ciel et bain végétal. Ouvert huit mois par an, l’abbaye offre aussi bien des rêveries aux promeneurs solitaires que des balades avec Olivier Ricomini, le jardinier, que des levers de soleil au son du violoncelle ou des séances de yoga face à un exceptionnel paysage panoramique. Les avis, pour l’attribution du prix de l’art des jardins, de Marie Hélène Bénetière et Alain Charles Perrot, respectivement chargée de mission Parcs et jardins au ministère de la culture et architecte en chef des monuments historiques, président de l’Académie des Beaux-Arts et de l’Institut de France résument les qualités du lieu. La première affirme « Le jardin de l’abbaye Saint-André à Villeneuve –lès-Avignon est le point de résonance d’un paysage d’une grande beauté et d’un lieu empreint d’histoire. Le jardin des années 1920 aménagé par Elsa Kœberlé et Génia Lioubow a su se renouveler au XXIe siècle en intégrant les contraintes dictées par le changement climatique et les questions environnementales. Ce jardin n’est pas figé dans une époque de création, il se renouvelle avec beaucoup d’intelligence et de poésie ». Quant au second, il confirme « Ce lieu  présente une harmonie parfaite qui conduit à une sorte d’élévation spirituelle que chacun peut percevoir ». Déjà, en 2016, le guide vert Michelin avait attribué deux étoiles à cette abbaye classée Monument Historique.

 

Et si actuellement des échafaudages annoncent les importants travaux engagés, on se plait à espérer qu’ils auront disparu à la réouverture au printemps 2022. Encore faut-il que du modeste visiteur au mécène, du particulier à l’entreprise, chacun prenne part à la restauration. En partenariat avec la Fondation du Patrimoine et avec la DRAC Occitanie, son premier mécène. Pour financer un chantier de 480 000 euros, visant à protéger une succession de galeries aux plafonds à voûtes plates, réalisées par Pierre II Mignard, architecte du roi, et Jean-Ange Brun. Vaste programme qui nécessite la dépose des 530 m² de toitures pour refaire une grande partie de la charpente, afin de supprimer infiltrations et décollement de façade. Une opération qui permettra également d’ouvrir un nouvel espace de transmission et de partage au second étage du palais abbatial. Abattements fiscaux  importants accordés aux particuliers et aux entreprises au titre du mécénat patrimonial. Nombreuses contreparties prévues également. Pour que perdure la beauté du lieu !

Guy Hébert

Exposition jusqu'au 31 0ctobre 2021

Informations pratiques :

Abbaye Saint-André, rue Montée du Fort 30400 VILLENEUVE-LEZ-AVIGNON / www.abbayesaintandre.fr  

On peut donner directement sur la plateforme de la Fondation du Patrimoine : www.fondation-patrimoine.org/77882

Pour un mécénat d’entreprise sur mesure : contacter Marie Viannet 06 03 13 68 46

26 Nov 2021 0 comment
(0 Votes)
  Guy Hébert

Et si à « L’ombre des arbres », l’exposition de Lilian Euzéby à l’abbaye Saint-André de Villeneuve les Avignon, les visiteurs prenaient conscience de la chance qu’ils ont ! Celle de pouvoir profiter de jardins exceptionnels entourant un chef d’œuvre de l’art classique de la fin du XVIIe et XVIIIe siècle, face au Palais des Papes d’Avignon. Encore faut-il qu’ils sachent que les charpentes et les toitures du palais abbatial doivent être entièrement restaurées. Pour aider à la réalisation de ces travaux indispensables, la contribution du plus grand nombre d’amoureux de ce lieu est primordiale. Une visite est déjà un soutien, quelques jours avant sa fermeture. Première action avant une mobilisation pour espérer retrouver, au printemps 2022, des bâtiments sauvegardés au milieu de jardins, lauréat 2021 du prix de l’art des  jardins de la fondation Signature-Institut de France-Ministère de la Culture.

Pour commencer donc, l’exposition de peintures, de dessins, installation, photographies et vidéos de Lilian Euzéby. Invitant à la méditation mais aussi à une sieste à l’ombre des arbres centenaires de l’abbaye. Le presque quinqua installé dans le Gard, la terre de son enfance, sait regarder les arbres comme il sait, depuis trente ans, regarder la nature. Son œuvre, charnelle, raconte la matière. Ses graffitis délicats  révèlent ses pensées, ses références littéraires et culturelles. Pour lui, un paysage sans arbres paraît étrange. Comme il le dit dans le cartel de « LA GRANDE LOI », son acrylique, encre et crayon noir, stylo correcteur blanc sur papier de 2018 : « Les arbres permettent au peintre (qui connait son métier) d’asseoir la composition et de la structurer. Lorsque qu’un arbre devient le seul intérêt d’une représentation, alors, l’étrangeté réapparaît ». Ajoutant « Ce pin comme peuvent l’être les statues, les ruines, les pierres, les sables et les eaux est soumis au ciel. L’eau du ciel, le ciel dissous, la grande loi commande tout. Les arbres silencieux savent cela ». Tout est dit.

Ayant quitté l’univers de l’artiste, le visiteur peut s’immerger dans un jardin en balcon de deux hectares dominant Avignon et le cours du Rhône. Avec ses parties italienne et sauvage, bordées  d’un nouveau sentier botanique méditerranéen, beau et pédagogique.

Ce havre de paix a quelque chose de magique, entre soleil, bleu du ciel et bain végétal. Ouvert huit mois par an, l’abbaye offre aussi bien des rêveries aux promeneurs solitaires que des balades avec Olivier Ricomini, le jardinier, que des levers de soleil au son du violoncelle ou des séances de yoga face à un exceptionnel paysage panoramique. Les avis, pour l’attribution du prix de l’art des jardins, de Marie Hélène Bénetière et Alain Charles Perrot, respectivement chargée de mission Parcs et jardins au ministère de la culture et architecte en chef des monuments historiques, président de l’Académie des Beaux-Arts et de l’Institut de France résument les qualités du lieu. La première affirme « Le jardin de l’abbaye Saint-André à Villeneuve –lès-Avignon est le point de résonance d’un paysage d’une grande beauté et d’un lieu empreint d’histoire. Le jardin des années 1920 aménagé par Elsa Kœberlé et Génia Lioubow a su se renouveler au XXIe siècle en intégrant les contraintes dictées par le changement climatique et les questions environnementales. Ce jardin n’est pas figé dans une époque de création, il se renouvelle avec beaucoup d’intelligence et de poésie ». Quant au second, il confirme « Ce lieu  présente une harmonie parfaite qui conduit à une sorte d’élévation spirituelle que chacun peut percevoir ». Déjà, en 2016, le guide vert Michelin avait attribué deux étoiles à cette abbaye classée Monument Historique.

 

Et si actuellement des échafaudages annoncent les importants travaux engagés, on se plait à espérer qu’ils auront disparu à la réouverture au printemps 2022. Encore faut-il que du modeste visiteur au mécène, du particulier à l’entreprise, chacun prenne part à la restauration. En partenariat avec la Fondation du Patrimoine et avec la DRAC Occitanie, son premier mécène. Pour financer un chantier de 480 000 euros, visant à protéger une succession de galeries aux plafonds à voûtes plates, réalisées par Pierre II Mignard, architecte du roi, et Jean-Ange Brun. Vaste programme qui nécessite la dépose des 530 m² de toitures pour refaire une grande partie de la charpente, afin de supprimer infiltrations et décollement de façade. Une opération qui permettra également d’ouvrir un nouvel espace de transmission et de partage au second étage du palais abbatial. Abattements fiscaux  importants accordés aux particuliers et aux entreprises au titre du mécénat patrimonial. Nombreuses contreparties prévues également. Pour que perdure la beauté du lieu !

Guy Hébert

Exposition jusqu'au 31 0ctobre 2021

Informations pratiques :

Abbaye Saint-André, rue Montée du Fort 30400 VILLENEUVE-LEZ-AVIGNON / www.abbayesaintandre.fr  

On peut donner directement sur la plateforme de la Fondation du Patrimoine : www.fondation-patrimoine.org/77882

Pour un mécénat d’entreprise sur mesure : contacter Marie Viannet 06 03 13 68 46

Informations supplémentaires

  • Région: Occitanie
Dernière modification le vendredi, 26 novembre 2021 12:29
Plus dans cette catégorie : « A Lyon, une restauration d'envergure

S'abonner à la newsletter

Faire un don

En faisant un don vous contribuez à l'évolution de notre site qui vous apportera toujours plus de contenu

Montant
 EUR