La vie de nos monuments

La vie de nos monuments (82)

A Saint-Haôn le Chatel

Ses lettres de noblesse

Saint-Haôn le Chatel encore du concentré de patrimoine ! de l'époque gallo-romaine au Moyen-Age, c'est la plus petite coommune du département. Le tour de ce village ne manque pas de curiosités. A l'origine, elle se compose de 18 tours de défense, et de quatre portes d'entrées dont la Porte de l'Horloge qui demeure un vestige incroyable (XIVe)

 

La Porte de l'Horloge © photo PdF 2019

 

C'est un lieu vivant et dynamique entretenu par des animations au coeur de l'été. Sans doute ce décor qui attire à lui les amateurs de vieilles pierres et comme la littérature n'est pas bien loin, de nombreux amoureux de la langue française s'y donnent rendez-vous.

Une plongée dans l'univers des mots qui rassemble de plus en plus de monde.

Il s'y déroule une manifestation plus qu'originale autour de la Poésie. Des extraits de chefs d'oeuvre de notre littérature sont lus non stop,

Il faut passer à l'église admirer les fresques colorées.

Toujours durant la saison estivale, en août, la Fête médiévale "Aux Temps d'antan" anime la cité de tout son savoir-faire ancestral, vieux métiers, stages d'enluminure...

Un village dont l'histoire est bien présente, avant sa restauration © photo PdF 2019

"C'était à chaque étage un souvenir, une émotion quelque chose de surrané et d'impalpable..."Georges Perec, la Vie mode d'emploi

On respire ici avec une vue privilégiée sur les Monts de la Madelaine, attention aux sorcièresqui hantent les lieux ! aux alentours, les habitants dominent le panorama.

Maison restaurée après © photo PdF 2019

Visite guidée toute l'année

04.77.64.28.25

Les Monts de la Madeleine

Saint Just en Chevallet

04.77.65.10.22

mercredi, 06 novembre 2019 Écrit par

Manifestations pour les 40 ans à l'UNESCO du Mont Saint-Michel

Entre Bretagne et Normandie, le Mont Saint-Michel subjugue toujours

Plus de 40 manifestations nous attendent au Mont Saint-Michel pour fêter le 40ème anniversaire de l'inscription du site au Patrimoine mondial de l'UNESCO. Le classement n'englobe pas seulement la Merveille mais toute la baie qui l'entoure.

Il faut dire que c'est un choc émotionnel que d'apercevoir ce pic au milieu de la mer, ou au milieu de sables, on se croirait sur la Lune ou sur Mars ! Le paysage prend des airs de tableau futuriste.

Le Mont Saint-Michel © photo PdF 2019

La lumière change sans arrêt, le Mont se colore, s'auréole de teintes grises, bleutées. La mer est la maîtresse du Temps.

On est saisi par la puissance de ce monument unique au monde par sa conception et l'aura qu'il dégage. Sans doute ce qui attire un nombre impressionnant de pélerins chaque année, l'impression de fugacité de l'existence et notre fragilité devant cet incroyable prouesse architecturale. La fierté aussi de ce que peut réaliser l'être humain.

Etre humble face à la force de la nature

La puissance de la mer se rapelle tous les jours, la leçon recommence à chaque marée, le message est clair : soyez prudents.

Le mascaret © photo PdF 2019

Le mascaret est un épisode incroyable qui attire de nombreux curieux. Cette vague, pouvant atteindre jusqu’à 70 centimètres, appelée mascaret remonte les cours d’eau lors des phénomènes de grandes marées à la vitesse d’un cheval au galop.

Pour la visite, il est très important de s'organiser en fonction de la marée, connaître les horaires où l'accès au Mont est possible, à l'aller comme au retour. 

Préservation et équilibre de ce milieu naturel d’exception, nous sommes de plus en plus sensibles à la qualité environnementale du lieu et plusieurs découvertes sont initiées sur cette thématique.

Le cloître du Mont Saint-Michel © photo PdF 2019

 

A l'assaut du chef d'oeuvre !

Pour continuer à préserver ce site exceptionnel, le plus visité de France après la Tour Eiffel, il est essentiel d'en évoquer l'Histoire. Les parcours de visites sur le Mont sont exceptionnels. Monument religieux il a évolué au fil des Siècles.

Depuis quelques années, des visites insolites se développent autour du monument ainsi différentes manières de l'aborder, en s'instruisant et en s'amusant, permettent de prendre de la hauteur face à cette imposante partie de l'Histoire bretonne et normande. Les deux territoires associés dans sa protection et sa valorisation ont unis leurs énergies pour marquer cette parenthèse historique.

N.B.

Vous retrouvez toutes les activités proposées pour célébrer l'anniversaire du classement, que ce soit à pied, à vélo, en canoé, à cheval...

https://www.40rdvdanslabaie.fr/les-40-expériences-en-baie-du-mont-saint-michel/

 

 

Un bijou posé sur la mer © photo PdF 2019

 

 

Du 19 au 27 octobre 2019

Chez la Mère Poulard © photo PdF 2019

 

Bien sûr il faut réserver pour goûter la fameuse omelette de la Mère Poulard; Si elle est si réputée c'est tout simplement qu'elle est délicieuse, et hors de prix ! mais d'une légèreté incomparable.

 

Informations pratiques

http://www.abbaye-mont-saint-michel.fr/Preparer-sa-visite/Informations-pratiques

Pour les visites

https://www.ot-montsaintmichel.com/fr/visites-guidees-groupes.htm

Liste des guides pour visites guidées du Mont Saint-Michel

https://www.ot-montsaintmichel.com/fr/visites-guidees-groupes.htm

Pour observer le mascaret

http://www.manchetourisme.com/flux-mer

Pour vivre les Grandes marées

http://www.abbaye-mont-saint-michel.fr/Actualites/Les-soirees-Grande-maree-2019

 

Parc à huîtres à Cancale au loin le Mont Saint-Michel © photo PdF 2019

Pour les gourmands la visite des parcs à huîtres à Cancale, toute proche

https://www.saint-malo-tourisme.com/decouvrir/declencheur-d-emotions/on-a-teste-pour-vous-visite-des-parcs-a-huitres

 

 

 

 

 

vendredi, 18 octobre 2019 Écrit par

Guédelon en automne

Des nouvelles de notre reporter à vélo sur les routes bourguignonnes, l'actualité de Guédelon. Le château et son domaine ne cessent de progresser dans leur développement. A l'heure des vacances de la Toussaint, allons voir ce qu'il s'y passe...Il y a toujours du mouvement à Guédelon en toutes saisons, les équipes s'activent et enrichissent le lieu. L'accueil des visiteurs sur les différents ateliers est très instructif avec des jeunes. Le relais des savoirs se fait d'instinct; l'on apprend des métiers, qui aujourd'hui renaissent grâce, à des chantiers comme celui-ci. L'aventure continue...

jeudi, 17 octobre 2019 Écrit par

A Saint-Jean-Saint-Maurice-sur-Loire

Dans le Roannais ce village médiéval est un incontournable. L'ascension terminée vous profitez d'un point de vue remarquable sur l'environnement.

De l'Antiquité au Moyen-Age

Réputé pour la richesse de son patrimoine, son histoire a traversé bien des époques: oppidum celte, donjon et fresques, sont un bonheur à observer. A voir le donjon du XIIe et le clocher-porte de l'église Saint-Jean. La Renaissance est illustrée par la Tour du cadran solaire et le Manoir.

On dispose d'une remarquable vue sur la Loire. Oppidum celte, donjon, fresques, le programme est chargé!

Les artistes étaient présents depuis longtemps à Saint-JeanSaint-Maurice, on peut le constater en visitant l'église et ses fresques

Les fresques sont dans un état exceptionnelles © photo PdF 2019

 

En juin, les artistes peintres investissent le village pour la Loire en couleur, rendez-vous durant le week-end de Pentecôte.

Dans la même lignée, le point fort du village qui arrire les visiteurs du dimanche.

Métiers d'art exposés à la Cure © photo PdF 2019

 

 

La Cure Pôle touristique et culturel, cet espace ouvert au public soutient la filière des métiers d'art et à ce titre abrite des expositions issues du travail d'artisans et leurs pièces d'exception. Point de passage obligé pour découvrir ce charmant village de caractère, la Cure vous indique les circuits de visite adaptées à votre demande.

Ouvert de mars à novembre

Expositions, ateleirs, spectacles

La Cure

799 Rue de l'Union

42155 Saint-Jean-Saint-Maurice-sur-Loire

04.77.62.96.84

Les Amis de Saint-Jean-Saint-Maurice-sur-Loire

info@les-amis-42155.com 

Visite guidée toute l'année

Réservation trois semaines à l'avance, 3€/personne

04.77.62.96.84

Parcours du Petit marinier

Renseignements à la Cure

De 3 à 12 ans pour découvrir de manière ludique l'histoire et le patrimoine de la commune

De mars à octobre

mardi, 29 octobre 2019 Écrit par

Rénovation du Palais de la Découverte

Ce monument parisien emblématique de la ville n'a jamais connu de restauration.

Dans le cadre du schéma d’aménagement de l’ensemble du bâtiment du Grand Palais, le Palais de la Découverte fermera ses portes en 2020. L'on apprend ces jours-ci que c'est l'agence d’architecture Construire qui a été retenue avec son projet éphémère pour accueillir le public durant le chantier.

A compter de fin août 2020, les travaux nécessitent une fermeture totale du Palais.

Pendant plus de 80 ans, le Palais de la découverte n'a cessé d'émerveillé les 35 millions de visiteurs venus le découvrir.  

Le Palais de la découverte de demain

L’atelier d’architecture Construire, avec Charpente Cénomane, entreprise générale spécialisée dans le bois, va réaliser une structure qui abritera les activités toujours en cours. Pas question pour l'établissement de cesser de présenter son actualité et de s'adresser au public en majorité scolaire.

Celle-ci ouvrira ses portes en septembre 2020 dans le 15e arrondissement de Paris, autour du jardin Caroline-Aigle, sis dans le parc André-Citroën.

Cette implantation, à proximité d’équipements culturels et de plusieurs établissements scolaires, a fait l’objet d’un appel à manifestations d’intérêt et d’un vote en conseil de Paris.

Les disciplines en activité resteront accessibles sous les différents modules 

Une grande partie de l’offre du Palais de la découverte sera présentée, selon la répartition suivante :
Espace de médiation scientifique 1
• Chimie : les matières premières en parfumerie, l’hydrogène…
• Géosciences : les séismes, « une promenade géologique sur Mars »,
• programme Un chercheur, une manip’…
Espace de médiation scientifique 2
• Physique : la lumière, le son...
• Informatique et sciences du numérique : ateliers sur les robots Thymio, exposés
avec des robots humanoïdes Nao…
Espace de médiation scientifique 3
• Sciences de la vie : le cerveau, le coeur, l’ADN, les microbes ou encore le monde
des fourmis, au sein de terrariums…
• Mathématiques : atelier récréations mathématiques….
Les activités d’astronomie prendront place sous la coupole du planétarium.

 

lundi, 14 octobre 2019 Écrit par

Du nouveau au château de la Roche

Les visiteurs ne s'y trompent pas et se présentent nombreux devant la grille de ce château, insolite, perché sur son éperon.

Nouveautés 2019

Sur les bords de Loire, le château innove en proposant une visite théâtralisée qui nous fit voyager dans le temps en 1900 en compagnie de Monsieur et Madame Roustan.

L'immersion dure presque une heure.

Imposante porte d'entrée au château de la Roche © photo PdF 2019

L'équipe, très active, nous invite à vivre d''autres animations comme l'Espace game* qui se joue en groupe, où les facultés de chacun sont sollicitées. Une heure pour s'échapper d'une pièce dans laquelle vous êtes enfermés grâce à la reflexion, la recherche et... la déduction

*Uniquement sur réservation, de 3 à 6 joueurs, à partir de 12 ans

De mars à novembre, le week-end, de 18 à 25 € en fonction du nombre de joueurs.

Château de la Roche

42590 Saint-Priest la Roche

04.77.64.97.68

lundi, 07 octobre 2019 Écrit par

Visite de la Maison Mantin

La Maison Mantin fête ses 100 ans cette année !

Parce qu'elle est l'unique témoignage d'une maison bourgeoise du 19ème siècle, parce qu'elle a une histoire extraordinaire, les Journées du Patrimoine sont l'occasion de mettre l'accent sur une visite hors du commun, ouverte rien que pour les lecteurs de Patrimoine de France.

Portrait de Louis Mantin © photo PdF 2019

 

 

Un testament original :  sa villa et une partie de son contenu à la ville de Moulins, en 1905...sous condition

Moulins, en son centre-ville, possède un patrimoine remarquable mais surtout un petit bijou, la Maison Mantin, don d'un homme riche et excentrique qui a souhaité léguer à la ville sa demeure en obligeant celle-ci à l'entretenir et la laisser telle quelle pour les générations futures.

Un intérieur sophistiqué © photo PdF 2019

 

Un homme discret

Issu d’une famille fortunée, rentier à 42 ans, Louis Mantin fait carrière dans l’administration préfectorale : conseiller de préfecture à Gap en 1879 puis à Montpellier début 1880, il devient souspréfet de 1880 à 1882, à Embrun (Hautes-Alpes). Il termine sa carrière comme secrétaire général de la préfecture de Limoges, en 1893.

Il consacre sa vie à l'Art

Cuirs dorés, tapisseries d’Aubusson, tentures en soie, vitraux anciens la demeure abrite des collections exceptionnelles

Laissée endormie presque un siècle, la Maison Mantin de prime abord possède un aspect étonnant, entre manoir anglais et architecture néo-gothique ce patrimoine se laisse découvrir depuis peu. Elle détient des trésors. Son propriétaire homme fortuné aimait à faire installer la modernité. A la pointe du progrès la maison est dotée d'équipements (pour le chauffage ou bien encore la salle de bain) qui laissent admiratifs.

D'immenses tapisseries d'Aubusson ornent les murs de la Maison Mantin © photo PdF 2019

3.4 M€ ont été nécessaires pour restaurer la demeure et les collections qu’elle renferme.

Des toitures aux planchers, en passant par l’imposante cage d’escaliers, toutes les boiseries ont été restaurées.

Ainsi Louis Mantin est devenu éternel !

 

 

mercredi, 01 janvier 2020 Écrit par

JEP 2019 Arts et divertissements

Nos monuments à l'honneur

samedi, 21 septembre 2019 Écrit par

Le Viaduc des Fades au Loto du Patrimoine

Retenu sur la Liste du Loto du Patrimoine, le Viaduc des Fades, au coeur des Combrailles

Longtemps considéré comme le plus haut viaduc du Monde, le Viaduc des Fades. Il permet d'enjamber la Sioule et fut construit par Emile Robert. Le viaduc surplombe un lac de 14 km de long qui propose l'été trois plages surveillées ainsi qu'une base de ski  nautique. Un es paces réservé à la pêche  

Cet ouvrage unique nécessite une rénovation urgente.

Vendredi 13 septembre 2019

 

 

 

 

jeudi, 12 septembre 2019 Écrit par

L'Arbre Blanc

 

Au XXIe siècle, Montpellier renoue avec ses folies du XVIIIe

 

Incontestablement, « L’Arbre Blanc » de Montpellier est une œuvre d’art. Remarquable folie architecturale de 17 étages, dessinée par Sou Fujimoto, Nicolas Lainé, Manal Rachdi et Dimitri Roussel. Située entre l’hôtel de Région de Ricardo Bofill et la bibliothèque universitaire Richter de René Dottelonde. Pour sa première intervention en Europe, l’architecte japonais signe un bâtiment unique ouvrant ses 112 appartements sur 194 terrasses et 170 ombrières blanches, comme suspendues dans le vide. Effet visuel superbe, à toute heure du jour et de la nuit.

 

L'Arbre blanc © photo G.Hébert

A l’issue de trois ans de chantier, après un concours gagné en 2013, on mesure l’audace des promoteurs (Promeo, Evolis Promotion, Crédit Agricole Languedoc Immobilier Promotion et Opalia), des architectes et des équipes techniques. Et leurs savoir-faire. « Ils l’ont fait ! » pouvait-on entendre le 19 juin 2019, jour de l’inauguration.

Pour une telle œuvre, il est intéressant, parfois amusant, de refaire l’histoire. En remontant au premier appel téléphonique au Japon de Nicolas Laisné. « Surprise, Marie de France a été mon interlocutrice » confie-t-il, encore étonné aujourd’hui. A Tokyo, la jeune femme, titulaire d’un master d’architecture, travaillait déjà chez Sou Fujimoto Architects. Pour elle aussi, l’Arbre Blanc est une belle aventure. Pressentie d’emblée par Sou Fujimoto. « Quand j’ai reçu l’appel de ces trois garçons enthousiastes (Nicolas, Manal et Dimitri ndlr), ça m’a emballé ». Il faut dire que le défi avait de quoi séduire.

 

Sou Fujimoto © photo G.Hébert

 

Pour répondre aux demandes de la ville, Il s’agissait de construire une folie, tour signal de Montpellier, pour « enrichir le déjà très beau patrimoine architectural de cette métropole audacieuse et innovante » rappelle Philippe Saurel, maire et président de Montpellier 3M. C’est donc sur ces bases, et dans l’idée de rapprocher les cultures, que les trois architectes sont allés dans la capitale de l’empire du soleil levant. « Le quatuor, puis une équipe de huit, ont conçu la tour en une dizaine de jours, travaillant sur le principe d’un workshop » aime rappeler Nicolas. Avec la volonté de donner un nouveau souffle à la tour du XXIe siècle, en imaginant des balcons comme des jardins suspendus.

L'Arbre blanc © photo G.Hébert

 

Trois ans de mise au point pour obtenir le permis de construire et, heureusement, des clients qui adhèrent à la proposition architecturale. Restaient à résoudre des problèmes techniques et revoir, dans certains cas, les processus.  « Pour assembler sur place les balcons fabriqués en usine, de 3,5 tonnes en moyenne, on a créé une barge sur laquelle on les posait. Avec la difficulté d’arrimer des porte-à-faux allant jusqu’à 7,5m. Du grand mécano ! » rappelle Nicolas en rendant hommage à André Verdier, un ingénieur de la région qui a joué un rôle clef dans l’opération. Avant de confier « On a construit un petit Arbre Blanc à côté de la gare. Avec ce prototype, on a tout mis au point » et d’avouer « On devait commencer à installer les balcons à partir du bas. On a fait le contraire ».

 

L'Arbre blanc © photo G.Hébert

Quant aux ombrières, les plus grandes d’Europe, elles participent également au rafraîchissement du bâtiment. Remarquables aussi certains appartements disposant de plusieurs terrasses à des niveaux différents. Personnes sujettes au vertige, évitez les escaliers passant, dans le vide, de l’une à l’autre ! Et comme Dieu est dans les détails, les concepteurs ont prévu des caves pour éviter les stockages disgracieux à l’extérieur. Ultime luxe, le local poubelles est climatisé.

Et pour mieux mesurer la spécificité de l’opération, quelques données : un investissement total de 42 millions d’euros ayant fait travailler 25 entreprises, 15 bureaux d’études et 1500 personnes. Pour une surface construite de 21 300 m² et de 8 200 m² de surface habitable, du T2 au T5.

3 500m² de balcons et 500 tonnes d’acier. Rien d’étonnant que ce projet, hors normes, ait obtenu une pyramide d’argent en 2017.

Au-delà d’un bâtiment d’habitation exceptionnel, l’Arbre Blanc ne peut laisser indifférents les montpelliérains et les touristes, car il leur est accessible. D’abord par son bar panoramique au sommet, protégé des vents !

Vue à 380° assurée, sur la ville, la mer et le Pic Saint Loup. Mais aussi par un restaurant bistronomique pouvant accueillir 60 convives en bas de l’Arbre et le même nombre sur une terrasse plongeant sur le Lez.  « L’Arbre, bar en haut, restaurant en bas » est géré par des références de la cuisine locale, Charles Fontès et Eric Cellier.

L'Arbre blanc © photo G.Hébert

 

Autre structure valorisante, une galerie, « La Serre », de 245m² au rez-de-chaussée, dédiée à l’Art contemporain. Avec un espace de travail partagé pour les artistes. Venant compléter un autre lieu de 2 000 m², « Le Réservoir », au cœur de Sète, ayant la même vocation.

Afin de proposer, dans le cadre d’« Art et Patrimoine » créé par Gilbert Ganivenq, un concept innovant s’adressant aux particuliers  comme aux entreprises.

Un nouveau lieu iconique de cinquante mètres de haut, aux vies multiples, vient de naître dans le ciel de la métropole languedocienne.

Guy Hébert

dimanche, 28 juillet 2019 Écrit par
Page 3 sur 6

S'abonner à la newsletter

Faire un don

En faisant un don vous contribuez à l'évolution de notre site qui vous apportera toujours plus de contenu

Montant
 EUR