Un jardin historique

Un jardin historique, c’est un monument vivant. Celui de l’abbaye de Saint André, dans l’enceinte du fort éponyme de Villeneuve-les-Avignon, mérite cette affirmation.

Simple verger et garrigue au XIXe siècle, c’est après l’acquisition de l’abbaye par Gustave Fayet en 1916 que la poétesse et peintre Elsa Koeberlé se consacra à la remise en état de l’abbaye et de ses jardins. Dessinant des plans à l’italienne, avec bassins, roseraies, pergola… Une œuvre poursuivie à la mort d’Elsa, en 1950, par Roseline Bacou, petite fille de Gustave Fayet.

Ce havre, labellisé « jardin remarquable » en 2014, est aussi une préoccupation des successeurs de la même famille, Gustave et Marie Viennet.

 

Gabrielle devant l'une de ses oeuvres © photo G.Hébert/PdF 2019

Ils mettent aujourd’hui en place de nouvelles animations autour des jardins, et leur donnent un nouveau souffle. Impossible de résister à la beauté du lieu, belvédère face au palais des Papes d’Avignon, sur la rive opposée du Rhône. Comme au brunch végétal du samedi matin. Ou aux concerts, balades musicales, visites nocturnes, levers de soleil en musique sur les grandes terrasses… Sans oublier les visites guidées du jeudi matin ou les ateliers thématiques mensuels, au fil des saisons.

Animés par Olivier Ricomini,  le poète jardinier du lieu. Voire simplement venir flâner, avant de terminer par une halte gourmande inspirée par le jardin, à l’Hortus café. Tout en profitant de la visite de l’abbaye, sur réservation, et de l’exposition du moment, autour du végétal. Que Gabrielle de Lassus Saint-Geniès inaugure avec « Herbier d’Azur ». Des choix diversifiés en fonction de vos dates de visite.

 

Les amoureux du patrimoine aimeront aussi connaître l’histoire du lieu.

Sur la rive droite du Rhône, ce promontoire rocheux a été le refuge de Casarie, femme ermite morte en 586. Une inscription conservée à la collégiale de Villeneuve révèle qu’elle a été inhumée par Valens, probablement un des premiers évêques d’Avignon, au titre d’époux et de prélat. Une situation permise par l’Eglise pendant un millénaire ! Sa sépulture devint l’objet d’une vénération, ce qui explique l’importante nécropole qui l’entoure.

 

Vue de l'abbaye avant sa démolition partielle © photo G.Hébert/PdF 2019

 

Une abbaye bénédictine fut approuvée dès 982 et confirmée, en 999, par un privilège du pape Grégoire V. De la basilique primitive subsiste un mur appuyé sur la grotte de Casarie. Lui ont succédé deux églises. Une consacrée en 1024, dont deux arcades du cloître roman subsistent, et une en 1118, dédiée à l’apôtre Saint-André.

Une chapelle à deux travées vint au XIVe siècle la prolonger. Entre temps, le roi Louis VIII, hôte de l’abbé de Saint-André pendant le siège Avignon de 1226, y signa un acte faisant du roi de France et de l’abbé des co-seigneurs de Villeneuve. Entrainant  la construction du Fort Saint André, en 1292. Achevé 80 ans plus tard, sous le règne de Jean le Bon, à qui l’on doit probablement le porche gothique entre les tours jumelles du fort. Ces évènements inaugurèrent deux siècles qui marquèrent l’apogée matérielle et spirituelle de l’abbaye. Il fallut ensuite attendre le ralliement de l’abbaye à la congrégation de Saint-Maur, en 1637, pour que d’importants travaux soient entrepris. Aboutissant à un vaste bâtiment que l’on peut observer sur un tableau de l’anglais Marlow, peint en1765.

Suite à la Révolution, Pierre-Ignace Guiraud acheta l’abbaye, en décida la démolition et la vente des matériaux. Seul reste aujourd’hui le pavillon d’entrée du Palais abbatial, amputé de ses deux derniers étages.

En 1912, le peintre Louis Joseph Yperman en fit l’acquisition. Une période plus heureuse pour le devenir des lieux.

On peut encore voir, dans l’une des galeries de Saint-André, une œuvre d’Emile Bernard, ami du propriétaire : un cycle de trois peintures à la détrempe représentant l’Annonciation, La danse dans le Paradis et Les Anges musiciens. En 1916, Gustave Fayet, peintre et collectionneur,  permit à Elsa Koeberlé de donner sa mesure, et sa fortune, dans la remise en état des lieux.

Elle y accueillit  Paul Claudel et y vécut jusqu’à sa mort en 1950. Roselyne Bacou poursuivit les travaux, rassembla des sépultures et restaura un petit oratoire du 11e siècle, dédié à Sainte Casarie. En 1991, elle ouvrit  au public l’abbaye et les jardins, classés aux monuments historiques en 1947.

 

Quant à ces jardins, il fallut attendre les XVIIe et XVIIIe siècles pour qu’aux oliviers de la partie haute soit ajouté un verger, les Mauristes ayant creusé dans le roc un puits jusqu’au Rhône. Un espace que reconstituèrent Elsa Koeberlé et Génia Lioubow. En s’inspirant de la villa toscane du XVIe siècle, elles installèrent une longue pergola aux colonnes de pierre, couverte au printemps de glycines et de rosier de Banks.

Et après la mort de Roseline Bacou, en 2013, le patrimoine fut légué à des descendants de Gustave Fayet. Ils mènent depuis une campagne de travaux pour le palais abbatial et initie une nouvelle philosophie du jardin, respectueuse des sols et de la bio-diversité. Grace à Marie et Gustave Viennet et leur jardinier Olivier Ricomini, Saint-André est devenu un refuge de la Ligue pour la Protection des Oiseaux et est en cours de labellisation « Ensemble arboré remarquable ».  Avec ses oliviers millénaires, ses arbres de Judée et ses pins sculptés par le vent.

Les jardins de l'Abbaye © photo G.Hébert/PdF 2019

 

Il ne restait plus qu’à offrir aux visiteurs des expositions temporaires dans l’esprit du lieu. Objectif déjà atteint avec les cyanotypes  de Gabrielle de Lassus Saint-Geniès. Ils lancent la saison de belle manière. « Mon univers bleu est un mélange de technique, de poésie et de littérature » glisse Gabrielle, docteure en histoire de l’art victorien.

Après avoir été récompensée par l’Académie des Jeux Floraux de Toulouse, en 2018, pour son recueil de poésies Hortus Conclusus-Les Litanies du Jardin, elle vient de présenter son premier roman,  L’Anglaise d’Azur. Consacré à Anna Atkins (1799-1871), photographe et botaniste, la première à publier un livre utilisant la technique du cyanotype. *

Découverte en 1841 par John Herschel, « l’art du cyanotype résulte d’une savante alchimie […] Il est le fruit de l’action de la lumière du soleil autour d’un élément posé sur un papier imprégné  de composés chimiques photosensibles [...] La silhouette blanche de l’élément se déploie sur un fond bleu cyan ». Gabrielle est fascinée par ce procédé. « Cela permet de ré-envisager la plante par sa forme et non par sa couleur. Quand on la retire, on voit des détails qui n’apparaissent pas à l’œil nu » s’émerveille la poétesse, passionnée de botanique et de littérature.

Et l’on est sensible à son travail, à ses cyano-poèmes comme à sa dizaine de séries consacrées majoritairement au végétal. Faisant place à l’émotion et aux songes, en nous renvoyant également au « bleu mystique » de Baudelaire ou à L’AZUR de Mallarmé.

Exposition Herbier d'Azur à l'Abbaye Saint-André © photo G.Hébert/PdF 2019

 

Avec Gabrielle et ses multiples œuvres, présentées dans l’abbaye jusqu’au 28 avril, le végétal et l’Azur triomphent..., comme dans l’abbaye. Avant de céder la place à Nature Divine par Jan Dilenschneider, Eveil d’Essences par Alain Mailland, Elisabeth Mézieres, Arnaud Mainardi. Et finir, à l’automne, par Le souffle du paysage par Claire Degans.

 

Guy Hébert

 1er mars au 28 avril : exposition « Herbier d’Azur »

Abbaye Saint-André, rue Montée du Fort 30400 Villeneuve-lez-Avignon

04 90 25 55 95 / info@abbayesaintandre.fr

Ouverture du 1er mars au 3 novembre, y compris jours fériés. Fermeture les lundis.

En mars, de 10h à 17h, en avril de 10h à 13h et de 14h à 18h, de mai à septembre de 10h à 18h, en octobre de 10h à 13h et de 14h à 17h.

Sur place : boutique et Hortus café en extérieur, de mai à octobre.

Mécénat : www.abbayesaintandre.fr/mecenat/

mardi, 19 mars 2019 Écrit par

100 ans d'Histoire au Domaine du Rayol

La mer, les Iles, le Jardin

Parmi les visites proposées au Domaine du Rayol celle-ci nous invite à remonter le temps. Photos anciennes et documents d'époque agrémenteront la visite

Comme une initiation à l'histoire de l'architecture et de l'art au jardin sur la Côte d'Azur.

Entre le Lavandou et Saint-Tropez

Vous saurez tout des différentes bâtisses présentes sur le Domaine : l'Hôtel de la Mer, le Bastidon, le puits, la Maison de la Plage... 

Toute l'Histoire de ce Domaine, des villas construites en bord de mer, la vie des propriétaires et comment ce magnifique parc a pu être sauvé, voilà de quoi satisfaire notre curiosité.

Les grandes dates marquantes de la Côte d'Azur dans tout son apport à l'art paysager sont abordées.

Comment est né le projet du Jardin des Méditerranées imaginé par Gilles Clément ?

 

Pour cette visite, la villa Rayolet ouvrira exceptionnellement ses portes, le mobilier a disparu mais la décoration et l'aménagement des années 40 n'ont pas changé. Il est prévu de profiter de la vue exceptionnelle à partir du toit-terrasse.

Les prochaines dates 26 avril, 19 juillet, et 9 août 2019

Visites à 14h et à 16h

Durée 2h30

Domaine du Rayol

Avenue des Belges

83820 Rayol-Canadel-sur-Mer

04.98.04.44.00

vendredi, 01 mars 2019 Écrit par

Sur la Route du Mimosa

130 kms de Route du Mimosa 

De Bormes-les-Mimosas à Grasse.

Rayol-Canadel-sur-Mer, Sainte Maxime, Saint Raphaël, Mandelieu-la-Napoule, Pégomas, Tanneron, ce sont 8 communes qui balisent cette Route passant du Var aux Alpes Maritimes.

A travers la Route du Mimosa, l'on traverse ces différents Pays reflets d'Art et d'Histoire de la Côte d'Azur, le Mimosa embaume le paysage.

Le Corso de Mandelieu-la-Napoule © photo PdF 2019

Des Senteurs délicates

Dans la parfumerie, le mimosa tient une place de choix.

Ce sont les Anglais qui à l'origine, apportèrent le Mimosa, venu d'Australie, pour ajouter de la couleur aux jardins l'hiver. Aujourd'hui synonyme de fleurissement et de bonheur il porte à lui tout seul les couleurs de la Côte d'Azur. Sa prolifération pose un souci pour la diversité environnementale. IL faut se le procurer auprès de pépiniéristes, ces professionnels sauront vous conseiller.

Les Corsos, fêtes traditionnelles de la Côte, lui offrent une place de choix.

 

 

 

 

vendredi, 01 mars 2019 Écrit par

Bougies de Charroux, des bougies voyageuses

Des parfums voyageurs

Variations de couleurs pour deux nouveautés dans la gamme que proposent les Bougies de Charroux. La marque traditionnellement fabriquée en Auvergne transporte nos sens en Inde et au Népal.

Santal et Cèdre du Liban, mélange boisé et senteurs d'agrume 

De Charroux au...Népal, Australie, Nouvelle Calédonie et Inde...Le cèdre du Liban est aujourd'hui largement exploité en parfumerie (utilisé pour ses qualités antimites) il installe une ambiance chaleureuse. Dans le même ordre d'idée le Santal apaise et procure des sensations de détente, la raison pour laquelle l'aromathérapie y a recours sous forme d'encens.

Un savoir-faire traditionnel 

 

 

Des bougies faites à la main et respectueuses de l'environnement : certifiées par le Label Ral, ce sont les seules en France, elles ne diffusent pas de fumée noire ni suie lors du brulage.

Pratiques d'utilisation, fondues dans leur petits pots elles sont transportables !

Charroux l'un des plus beaux villages français, se situe dans l'Allier. 

Entre 8,50€ et 10 €

Retrouvez les boutiques

www.boisetbougies.fr 

04.70.56.48.76

jeudi, 28 février 2019 Écrit par

Concours Jardiner Autrement 2019

Une démarche globale de culture raisonnée

Vous réduisez votre consommation de pesticides au jardin et mettez en place des solutions pour en éviter l'usage ? Alors ce concours est pour vous.

La SNHF, société nationale d'Horticulture française, consciente de l'évolution des pratiques a voulu mettre en exergue les jardiniers, source d'inspiration, qui feront des émules demain.

Le dossier, accompagné de 5 à 10 photos, sera validé en fonction des pratiques et sur le partage de savoir-faire du jardinier avec son entourage.

Si vous disposez d'un plan de votre jardin, il sera le bienvenu.

Inscription ouverte à tous le 21 mars

Vous avez jusqu'au 3 juin pour faire parvenir le tout à :

par mail concours@jardiner-autrement.fr 

par courrier SNHF Société Nationale Horticulture Française

Concours Jardiner Autrement 2019

84 Rue de Grenelle

75007 Paris

vendredi, 15 février 2019 Écrit par

Ladurée à la Folie

La touche Ladurée

Ladurée Paris déploie tout son savoir-faire pour offrir aux amoureux une sélection de gourmandises.

Une gamme de macarons, joliment illustrée par l'artiste. Marie-Victoire de Bascher, qui habille de tonalité rouge les friandises.

Des chocolats*, au lait ou chocolat noir, poivre, framboise et rose, s'offrent dans un coffret délicat. L'originalité de ce fondant justifie un petit écart à notre régime et son rapport qualité-prix.

Pour pimenter votre spéciale Saint-Valentin, composez-vous un coffret assorti d'une religieuse ou d'un Saint-Honoré. POur les plus gourmands !

Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie

 

Parfum de roses et de litchi, tout en délicatesse en forme de cœur, ont été conçus spécialement pour l'occasion

En coffret, des macarons* enrobés de rouge,  se font complices le temps d'une dégustation, les yeux dans les yeux.  Ils se déclinent à l'unité, on savoure chaque bouchée

Pour des mots doux à partager toute la journée. Et plus si affinités ! 

Vous avez le choix :

Macaron en forme de cœur, 2,10 € à l'unité et celui avec des "Je t'aime" est à 3€

Disponible sur le site de Ladurée jusqu'au 17 février

Coffret de 7 macarons 21,50€

Coffret de 12 macarons 32€

Coffret de 2 chocolats 12,50€ 

Vous pouvez les commander sur ladurée.fr 

Jusqu'au 5 mars

Gâteaux en coffret à deux, 7,50€

Maison Ladurée Paris

16 Rue Royale

75 008  Paris

01.42.60.21.79

jeudi, 14 février 2019 Écrit par

La Saint-Valentin avec ZAO

Merci à tous pour votre participation, les trousses beauté de notre partenaire ZAO ont été gagnées !

C'est un véritable coup de cœur pour cette marque de cosmétique que nous partageons avec vous. Une gamme naturelle, bio et végan. Ce qui veut dire qu'aucun test n'est effectué sur des animaux. 

Des produits de qualités qui développent une texture agréable et naturelle tout en adoptant une ligne de conduite bio-éthique c'est possible.

Implantée dans la Drôme, ZAO conçoit une marque de maquillage entièrement rechargeable, certifiée Bio par Ecocert 100% naturelle et végan, sans ingrédients d'origine animale. Enveloppé d'étuis faits de bambou, les emballages sont économiques puisqu'échangeables à l'infini, et donc durable.

 

Encre à lèvres © ZAO makeup 

Des bons baisers de ZAO

Enrichis en huiles d'argan bio, avocat bio et beurre de karité bio.de ricin(baume à lèvres fluide)

Baume à lèvres, encre, vernis à lèvres, en stick, en baume en huile de soin.

 

Retrouvez toute la palette sur

https://zaomakeup.com/

COSM'ETIKA France

265 Chemin des Gorces

26750 Génissieux

 

mardi, 12 février 2019 Écrit par

L'Année du Cochon chez Le Coquet

En Haute-Vienne

 

Labellisée Entreprise du Patrimoine vivant en 2010 et depuis deux ans détentrice de l'Indication Géographique Protégée, une IGP, Porcelaine de Limoges qui valide son savoir-faire, JL Coquet et Jaune de Chrome élargissent leur gamme. Ils collent à l'actualité en s'associant avec la Maison D.Porthault pour lancer deux nouveautés.

Un Bubble et un mug, les deux nouveautés de la Maison à l'occasion du Nouvel An

 

Nouveauté chez JL Coquet © J.L Coquet & Jaune de Chrome

Un décor Lace Tulip pour le Cochon de Terre, symbole de la nouvelle année chinoise

Une porcelaine de terroir

Arjuna par JL Coquet J.L Coquet & Jaune de Chrome

 

Bandes, filets, pose d'or et de platine 

Depuis 1824, J.L Coquet conçoit des pièces de haute tenue, signant une créativité avant-gardiste. La perfection de son travail est salué par ses confrères et recherché par les adresses prestigieuses. Réalisée de manière authentique et à la main, la porcelaine est entièrement fabriquée à Saint-Léonard de Noblat. les techniques traditionnelles sont issues d'un savoir-faire local. 

Chaque pièce est unique

Maison JL Coquet et Jaune de Chrome

7 Rue Royale

75008 Paris

01.44.90.01.40

 

vendredi, 08 février 2019 Écrit par

Le Creuset en couleurs

L'été sera chaud avec Balti de chez Le Creuset !

Pour mijoter des plats conviviaux et légers en calories (il réduit les sucs !) cet outil essentiel à nos préparations s'adapte à notre créativité. Rapide dans les cuissons, il est en plus ravissant !

Dernier modèle de cocotte moderne Balti deviendra notre indispensable pour nos préparations familiales ou bien à deux…Ce petit wok à l'aise sur nos fourneaux, et sur nos tables va nous accompagner.

 

Version ultra violet pour la collection Free Style © Le Creuset

 

Soleil, Marseille, Volcanique, Ultra violet…

En fonte mais d'une légèreté qui le rend maniable. Ses larges poignées ne chauffent pas et vous cuisinerez en toute tranquillité.

Décliné dans des coloris dopés à la vitamine, le récipient se veut pratique à l'usage et conçu avec une maniabilité pour cuisiner facilement.

Le Creuset voyage

 

La collection Free Style 2019 © Le Creuset

Toute la gamme Free Style s'inspire des tendances actuelles, colorées et diversifiées. Originale et d'inspiration venues du Monde entier, la collection est le reflet du monde d'aujourd'hui. Un idéal à réaliser. Et qui rassemble autour de valeurs conviviales. Neuf coloris sont proposés pour cette céramique avec lesquels on peut s'amuser à créer des associations.

Inspirées de cuisines du Monde, la collection est adaptable partout. 

C'est bien connu la cuisine n'a pas de frontières

Le Creuset sait faire

La marque est reconnue depuis 1925 pour sa fabrication experte dans les cocottes en fonte. Un savoir-faire de qualité qui n'a pas d'équivalent quant on sait que chaque cocotte a son moule unique, détruit après sa cuisson. Emaillé manuellement, Le Creuset se renouvelle régulièrement et modernise ses créations en s'adaptant à nos modes de vie.

 

Nouveau plat le Balti

Prix de vente 139 €

Léger 2,3 kg et version cocotte 24 : 4,8 kg

Service de table

Lave-vaisselle, four micro onde, four.

Boutiques à Fresnoy-le-Grand, Lille, Paris, Lyon, Bordeaux, Montpellier, Nantes.

  

vendredi, 08 février 2019 Écrit par

Du soleil chez Nicolas Alziari

Pour remettre un peu de saveurs méditerranéennes dans nos plats en ce début d'année, souvent gris, la Maison Alziari a plus d'un tour dans sa collection gourmande. Et parmi celle-ci deux possibilités culinaires qui vont égailler nos papilles. 

Produit phare aux aromates de tomates séchées et noix de cajou, voici le Pistou rouge (huile d'olive vierge extra, basilic, ail, pignons, farine de lin, sel marin…) qui saura agrémenter vos pâtes, et pizzas. Sans oublier la ratatouille la saison venue.

Ingrédients biologiques certifiés et contrôlés par BioAgriCert.

 

Et une pincée de Brisures d'olives noires ajoutera au dépaysement. Cette poudre d'olives déshydratées fera son petit effet sur du poisson, des salades, des pommes de terre à la vapeur. A ajouter dans un cake, la brisure complète votre recette en apporte un arôme délicat.

L'Huile d'Olive c'est leur rayon

On ajoute les yeux fermés ces petits pots magiques à nos recettes, comme nous ils travaillent maison !

Du concentré approuvé pour partager le Sud dans nos assiettes.

 

Pistou rouge 80 gr, bio : 5€85

Brisures d'olives noires déshydratées en pot de 25 gr : 3€ 

Maison Nicolas Alziari

14 rue Saint-François de Paul

06 300 Nice

04.93.62.94.03

 

 

 

vendredi, 08 février 2019 Écrit par
Page 5 sur 7

Compteur de visites

Aujourd'hui 413

Hier 977

Ce mois ci 18068

Depuis le début 3811346

S'abonner à la newsletter

Faire un don

En faisant un don vous contribuez à l'évolution de notre site qui vous apportera toujours plus de contenu

Montant
 EUR