Sorties

Sorties (414)

Art en gare

Venise en gare de Lille Flandres ce mercredi, premier rendez-vous public avec une toile exceptionnelle pour tout savoir sur ce chef d'oeuvre de Félix Ziem.

4 mercredis pour 4 œuvres

Chaque semaine une œuvre originale du Palais des Beaux-Arts de Lille en gare de Lille Flandre. Le musée vient à la rencontre des voyageurs. Pour la première fois, le Palais des Beaux-Arts de Lille expose des œuvres originales issues de ses collections à l'extérieur.

Des médiateurs en gare prennent le temps de nous décrypter des toiles portant toutes sur la thématique du voyage.

Le programme débute aujourd'hui avec Venise une œuvre originale du Palais des Beaux-Arts de Lille en gare de Lille Flandres

Un nouveau type de médiation du patrimoine culturel

Une opération déjà réalisée en partenariat avec le Centre Pompidou en gare d’Ermont Eaubonne en 2018, ensuite en gare de Rennes en 2019, en partenariat avec le musée de Pont-Aven. 

Si vous venez à Lille, une visite au Palais des Beaux-Arts s'impose. Ses collections exceptionnelles retracent un panorama complet de l’histoire de l’art, de l’Antiquité au 20e siècle. 

 

Au programme :  

Mercredi 6 avril : Venise, fête de l’Assomption (4e quart du 19e siècle), de Félix Ziem

Mercredi 13 avril : La croisée des chemins (1939),

Mercredi 20 avril : La Mer (1987), de Roger Lambert-Loubere

Chaque œuvre sera présentée par un médiateur, à 11h, 12h, 13h, 15h, 16h et 17h

Sessions de 30 minutes

Jusqu'au 20 avril 2022

jeudi, 14 avril 2022 Écrit par

Lalique, un Centenaire éternel

En édition limitée

Le Centenaire de la Manufacture de Wingen- sur-Moder se célèbre avec élégance. Son savoir-faire, au coeur de la collection, a traversé le siècle sans jamais se démoder. Pour fêter dignement cet anniversaire, deux nouvelles pièces sont produites en édition limitée : un flacon exceptionnel contenant un nouveau parfum Lalique, baptisé Fusion (10 exemplaires), et une magnifique carafe à spiritueux : Goutte d'eau (100 exemplaires).

Lalique persiste et signe 

ICONICS INTO THE BLUE

Les grands classiques se déclinent en bleu profond pour le centenaire. Les objets décoratifs emblématiques de Lalique : Bacchantes, Mossi, Languedoc et Champs-Élysées, se teintent d’un bleu céruléen intense. Cette couleur magnétique éclaire d'un jour nouveau les pièces iconiques en cristal de la marque.

Un zeste de bijoux fantaisie

Symbole d'espoir, d'amour et de longévité, le Ginkgo a été choisi pour être l'emblême de cette dernière collection de bijoux. Le printemps 2022 s'offre une  parure légère inspirée par la Nature. 

Un SOLEIL VIBRANT, la fragrance tendance

Le Soleil Lalique refait son entrée en scène. Enrichi d’ingrédients (top secret !) issus de ressources durables, ce nouvel opus a été conçu par un duo de créatrices passionnées : la Maître Parfumeure Nathalie Lorson et la Parfumeure Alexandra Monet.

De quoi se parer pour l'été et embellier son intérieur. 

Une histoire de famille

Un savoir faire centenaire

 

mercredi, 27 avril 2022 Écrit par

A Montpellier, le 8ème salon Ob’Art s’ouvre aux artisans-créateurs

Ateliers d’Art de France aime Montpellier. Et réciproquement. Ce prestigieux syndicat professionnel des métiers d’art porte haut la qualité des artisans-créateurs. Depuis huit ans, il y organise Ob’Art, un salon annuel. Et en 2016, il a choisi de montrer la vitalité de la création hexagonale, toute l’année, dans une grande chapelle du XVIIe, magnifiquement restaurée. Du 8 au 10 avril 2022, pendant trois jours, la huitième édition accueille une soixantaine d’exposants dans le cadre du Corum. Bâtiment remarquable, paquebot réalisé en 1988 par l’architecte Claude Vasconi, à deux pas de la Place de La Comédie. Tout est réuni pour un moment de découvertes et de petits bonheurs.

 

Dès l’accueil, un piano. Montpellier peut s’enorgueillir de ses références en termes de création et de restauration d’instruments de musique. Place ensuite à la diversité des métiers d’art représentés par une cinquantaine d’artisan.e.s, dont sept nouveaux participants : Verrerie, mobilier, mode et accessoires, céramique, art de la table, bijoux, textile, coutellerie, ébénisterie, sculpture, maroquinerie, luminaires, mosaïque, chapellerie …

Une énumération à la Prévert propre à satisfaire goûts et envies. Que des créations uniques ou en petites séries ! Avec le plaisir de faire de belles rencontres avec celles et ceux, rigoureusement sélectionné.e.s, qui perpétuent des techniques traditionnelles ou qui en expérimentent de nouvelles. Au-delà, la chambre des métiers de l’Hérault et le lycée métiers d’arts Charles Gide d’Uzès feront des démonstrations, en continu. De quoi susciter de jeunes vocations ou des reconversions. Ou plus simplement donner l’envie de s’initier à ces savoir-faire manuels. Au programme, travail autour de la porcelaine et de la céramique, végétalisation d’une pièce de bois, taille de la pierre et de la pâte de verre pour réaliser des mosaïques, création de bijoux en micro-mosaïque.

Quant aux élèves du lycée, ils feront découvrir taille de pierre, tapisserie d’ameublement, sculpture sur bois, marqueterie et ferronnerie. Avant de juger, au cours d’une pause à l’espace gourmet du salon, le mobilier qu’ils ont fabriqué dans les ateliers de l’établissement. Le seul de France à proposer des formations aux métiers d’art dans quatre matériaux, pierre, bois, textile et métal.

 

Envie, après le salon, de prendre rendez-vous avec quelques artistes de la métropole dans leurs ateliers ? Pourquoi pas l’ébéniste, sculptrice, restauratrice Vinciane Domergue (La Feuille de bois) ? La styliste et couturière Sabine Armand ? La céramiste Leila Santiago (Bleu nuit céramique) ? Sans négliger d’autres visites, en Occitanie d’où vient un.e artiste sur deux. Ou en Auvergne, PACA, Nouvelle Aquitaine …

Guy Hébert

Informations pratiques

  • Expo-vente les 8 et 9 avril (10h à 20h) et dimanche 10 avril (10h à 19h)

  • Le Corum, Esplanade Charles de Gaulle 34 000 Montpellier

  • Tarifs : Gratuit vendredi / 6,50€ samedi et dimanche/ Gratuit moins de 18 ans

Billetterie et informations : www.obart.com

mercredi, 06 avril 2022 Écrit par

Découverte archéologique inédite

La découverte inattendue d’une matrice de sceau médiévale, lors du chantier de rénovation du château royal de Villers-Cotterêts menée par le Centre des monuments nationaux (CMN) et l’Inrap, sera le moment fort des journées « portes ouvertes » organisées ce week-end.

Peu de matrices de sceaux ont survécu et moins encore sont découvertes lors d’opérations archéologiques : à la mort du titulaire du sceau, la matrice était brisée, fondue ou, plus rarement enterrée avec son propriétaire.

Le scénario imaginé par les archéologues

La matrice de sceau a été retrouvée dans une poche de charbons dans une pièce de l’aile nord du logis, son propriétaire l’a probablement perdu, près d’une cheminée par exemple, et elle a été rejetée au centre de la pièce en même temps que les cendres.

Elle mesure environ 22 mm de large, 17 mm de haut et 5 mm d’épaisseur.

Cette matrice de bronze pouvait être portée, grâce à une chaîne, un ruban, un lacet tressé ou une lanière en cuir, soit autour du cou, soit accrochée à une ceinture. 

Sa face est gravée en creux : au centre un cavalier (saint Georges) surplombant un dragon, entouré d’une légende en lettres gothiques, puis d’un cercle perlé. La légende peut être lue : « I P PRI/EUR / DEVILLERS / LESM / OINE ». L’armure du cavalier (avec l’emploi d’un heaume fermé "de joute") porte à dater la matrice du début du XVe siècle.

D'un monastère inconnu

Il appartiendrait au prieur du monastère Saint-Georges, à Villers-les-Moines, dépendant de l'abbaye de-la-Chaise-Dieu (en Auvergne). Situé à environ 1 km au nord-est du château de Villers-Cotterêts, ce prieuré est peu documenté. Il est transformé en couvent de bénédictines (Saint-Rémy-Saint-Georges) au XVIIe siècle.

Il n’est répertorié dans aucune archive.

 

Qu'est-ce qu'un sceau ?

Apparu en Mésopotamie au VIIe millénaire, le sceau précède de peu l’écriture. En France, il est repris dès le haut Moyen Âge par les souverains mérovingiens et devient un droit régalien.

Au Moyen Âge, le sceau est l’unique moyen d’authentifier un document. 

À partir du Xe siècle, ce monopole royal s’effrite au cours du temps au profit des évêchés, des princes, de la classe seigneuriale et des villes. Au XIIIe siècle, le sceau est partout dans la société médiévale.

À partir du milieu du XVe siècle, les progrès du notariat, la diffusion de la signature autographe et la généralisation du papier entraînent le déclin du scellage.

Les sceaux nous apprennent beaucoup sur les usages de la société du Moyen Âge

Animations ateliers d'écriture, et illumination vendredi 18 et samedi 19 mars, de 20 heures à 21 heures, de la façade du logis royal 

Lancement d’un timbre officiel Cité internationale de la langue française

Visites commentées toutes les 15 minutes de 10h à 19h

Les 18, 19 et 20 mars 2022

 

Villers-Cotterêts 02 600 dans l'Aisne

vendredi, 18 mars 2022 Écrit par

Proust à Saint Lazare

La Gare Saint-Lazare était le décor  idéal pour proposer cette exposition temporaire dédiée à Marcel Proust, située à deux pas du 102 boulevard Haussmann - où il vécu plus de 10 ans et écrit une grande partie de son œuvre - ainsi que de l’appartement familial boulevard Malesherbes.

Immersion dans l’univers proustien 

À l’occasion des 150 ans de Marcel Proust, SNCF Gares & Connexions a imaginé sur le parvis de la gare Saint-Lazare une exposition prolongeant "Marcel Proust, un roman parisien" actuelle au Carnavalet.  

Les voyageurs ont à leur disposition quelques reproductions des 280 oeuvres exposées au Musée Carnavalet : tableaux, photographies, sculptures,vêtements, et objets du quotidien de l’écrivain …

 

Direction la Normandie si chère à l'auteur

Des extraits de Du côté de chez Swann sont adaptés à chaque temps de trajets vers les destinations emblématiques du roman, ainsi que des podcasts sur la vie de l’auteur

 

Jusqu’au 31 mars 2022

jeudi, 10 février 2022 Écrit par

Coup d'envoi de la Fête du Citron

Un zeste de citron

Pour conserver le moral en cette période hivernale, la couleur jaune pepse ce début d'année avec une 81ème édition de la Fête du Citron aux petits oignons ! Merci aux mentonnais de nous faire partager leur pépite vitaminée !

Les bienfaits du citron sur la bonne humeur ne sont plus à démontrer alors direction Menton pour apprécier ce savoir-faire d'exception.

Les artistes se renouvellent sans cesse, cette année encore la thématique Opéra et Danses ont inspiré leur créativité. Chaque année, il faut des milliers d’heures pour réaliser ces sculptures éphémères dont les fruits, posés un à un, demandent une patience d'ange.

Les chiffres sont impressionnants :il ne faut pas moins de quinze tonnes d’agrumes pour les concevoir...

L'exposition se tient -depuis 1936- dans les Jardins Biovès. Une balade nocturne, dont les décors mis en lumière, permet d'apprécier  ces chefs d'oeuvres dans toutes leurs dimensions.

Les 18 et 25 février 2022

La plage, le soleil et les agrumes

Pour les amoureux des jardins, plusieurs d'entre eux ouvrent leurs portes à l'occasion de cette manifestation festive

Au programme:

Notre préféré, le Jardin Serre de la Madone, Aménagé entre 1924 et 1939 par le major Lawrence Johnston, ce jardin est unique il détient d’innombrables plantes rares.

Autre découverte, la villa Maria Serena et son jardin se situent à quelques pas de la frontière italienne. autre style, un jardin coloré de céramiques valenciennes et mentonnaises, c'est le Fontana Rosa, à voir du 18 au 25 février.

Le jardin du Val Rahmeh, membre du réseau des Muséums Paca Classé Jardin remarquable, ce jardin botanique exotique montre ses merveilles du 14 au 21 février

Au Jardin classé remarquable Le Mas Flofaro vous pourrez visiter sa citronneraie 

Du samedi 12 au 22 février 

A voir également l'un des plus beux jardins des palaces de la Belle Époque, le Riviera Palace

Du 16 au 23 février

Rendez-vous dans les lieux emblématiques de la culture citronnière

Randonnée du Citron

En compagnie de, Sébastien, partez à la découverte des vergers d’agrumes de Menton pour une balade d’une demi-journée.

Randonnée autour du Mimosa

L'autre merveille, la fleur à grains jaunes à la senteur ennivrante, le Mimosa rime avec la Riviera

Symbole de la plante exogène depuis le XVIIIéme siècle, il est fortement  implanté dans le pays mentonnais. Il y trouve le climat le plus doux de France entre mer et falaises calcaires. Dès le mois de janvier, l'arbuste colorie les vallons tout autour de Menton.

Un peu de Patrimoine avec la découverte de la vieille ville de Menton

Depuis l'Office de tourisme, suivez la randonnée autour des arbres patrimoniaux de la ville

Du mercredi 16 au vendredi 25 février 2022

Fête du Citron

Du 12 au 24 Février 2022

 Inauguration le 12 février à 14h30 - ouverture au public à partir de 15h30

A noter la date du carnaval des enfants le mercredi 23 février, à 15h

Office de tourisme

Palais de l'Europe, 8 Avenue Boyer
06 500 Menton 

mercredi, 16 février 2022 Écrit par

La Beauté en partage

15 ans d'acquisitions au Musée Fabre

 

Le musée Fabre de Montpellier donne à voir et à comprendre son riche patrimoine « La beauté n’est que la promesse du bonheur » affirmait Stendhal. Au musée Fabre de Montpellier, la nouvelle exposition  La beauté en partage, peut y conduire. Sous-titrée 15 ans d’acquisitions au Musée Fabre, elle révèle la politique d’enrichissement menée sous la houlette de Michel Hilaire, son directeur depuis 30 ans.

Plus d’une centaine, présentées dans dix salles. Balayant l’histoire de l’art du XVIIe au XXIe siècle. Pour y découvrir « des œuvres insignes, internationalement reconnues ou plus directement liées au contexte languedocien ». Un commentaire de Michel Hilaire avant de confier « toutes dialoguent avec bonheur avec les œuvres déjà présentes dans le fonds ». Donnant à voir des trésors nationaux, des achats en galerie, des dons, donation et legs. Mais aussi des achats en vente publique, en France ou à l’étranger, des dons sous réserve d’usufruit, des préemptions et des dons d’artistes.

C’est d’ailleurs un des mérites de cette exposition que de faire comprendre, au grand public, à la fois les axes et les modes d’acquisitions d’un musée. De surcroît, un financement participatif est proposé pour acquérir une œuvre de Yan Pei-Ming, L’impossible rencontre. Une première au musée Fabre.

L’exposition permet un vaste voyage dans l’histoire de l’art, de la renaissance à l’art contemporain. Avec des acquisitions ayant plusieurs visées.

D’abord pour représenter le XVIIe, le « Grand Siècle », avec en particulier Sébastien Bourdon, natif de Montpellier. Ensuite pour perpétuer le goût de l’Italie de François Xavier Fabre, le fondateur du musée éponyme. N’avait-il pas donné la moitié du tableau Vénus et Adonis de Nicolas Poussin, coupée à la fin du XVIIIe siècle. Il y a dix ans, cette œuvre a retrouvé ici son intégrité. Afin aussi d’enrichir la collection des peintres européens ayant fait le voyage initiatique à Rome tout au long du XIXe. Dont le montpelliérain Alexandre Cabanel, avec sa saisissante mise en scène de l’atelier de Michel Ange.

 

Toujours en référence à Fabre et sa collection de dessins et gravures, ces dernières années ont vu le musée acquérir des dessins de Vincent Bioulès, Alexandre Hollan, Daniel Dezeuze, Dominique Gauthier ou Christian Jacquard. D’autres œuvres sont également entrées dans le fonds pour perpétuer l’inspiration languedocienne de Gustave Courbet et du montpelliérain Frédéric Bazille. Avec Philippe Pradalié, Jules Laurens, Vincent Bioulès ou Jean-Pierre Blanche.

Si des figures de la modernité comme Auguste Chabaud et George-Daniel de Monfreid n’ont pas été oubliées, ainsi que l’univers de Jean Hugo, une place exceptionnelle est réservée aux nouvelles voies de l’abstraction et à la mouvance Supports/Surfaces. Contribuant au rayonnement international du musée grâce à la vingtaine d’œuvres données par Pierre Soulages, en 2005. Et complétées, en 2013, par la fondation d’entreprise du musée.

Quant au mouvement Supports/Surfaces, réunissant de nombreux artistes passés par l’école des beaux-arts de Montpellier, il est remarquablement bien représenté. Les arts décoratifs n’ont pas été oubliés afin d’étoffer le département qui y sont consacrés à l’hôtel de Cabrières-Sabatier d’Espeyran.

 

Faïence d’apothicairerie, orfèvrerie, sculpture d’Augustin Pajou sont exposés avec une commode fin XVIIIe au décor évoquant la promenade royale du Peyrou. Du bel ouvrage montpelliérain à l’honneur. Au-delà de l’exposition, d’autres acquisitions sont dispersées dans les collections permanentes.

Un intéressant livret gratuit les recense. Il présente intelligemment les œuvres, selon la manière dont elles sont entrées dans les collections. Se le procurer est indispensable. Leur découverte dans les salles permettra, en même temps, une promenade à travers l’architecture du XVIIe au XXIe siècle. Avant, un dernier arrêt s’impose devant un triptyque de Yan Pei-Ming.

 

Trois portraits réalisés en 2019, à l’occasion du bicentenaire de la naissance de Courbet. Un du peintre d’Ornans et un de son mécène Alfred Bruyas, en référence au tableau Bonjour Monsieur Courbet initialement intitulé La Rencontre, voisinent avec un autoportrait du peintre français d’origine chinoise et de notoriété internationale.

Il ne restera plus aux amoureux du musée Fabre qu’à participer à l’achat de L’impossible rencontre. A la portée de toutes et tous. Dès 13 euros, après déduction fiscale. Contreparties offertes, malheureusement pas très motivantes.

Quand on a le goût de la beauté, on ne discute pas. N’est-ce pas !

 

Guy Hébert

Exposition  "La Beauté en partage"

Jusqu’au 6 mars 2022

Informations pratiques

Musée Fabre, Montpellier

Ouvert tous les jours, de 10h à 18h, sauf le lundi.

Visites guidées les mercredis, samedis et dimanches. Application à télécharger.

Visites à des dates précises pour les personnes aveugles ou sourdes.

Cycles de tables rondes et de conférences. Un jeu de plateau, conçu par le musée, est à emprunter pour faire toute la lumière sur la collection et ses moyens d’acquisitions.

 

 

 

vendredi, 25 février 2022 Écrit par

Le palais et le jardin du Luxembourg

Lieu privé devenu lieu de pouvoir, le Sénat possède des coulisses qui se découvrent au fil de ce beau livre. Un cadeau qui réjouira les amoureux de Patrimoine.

De l’Empire à la Ve République, ses remaniements successifs témoignent de ces époques

Résidence royale, puis demeure princière, le palais du Luxembourg a été, miraculeusement préservé des troubles de l'Histoire.

Saisi en tant que bien d’émigré à la Révolution, il rythme la vie politique française. L'intérêt qu'apporte le travail fourni par ce livre est de  nous faire découvrir son architecture ainsi que sa flamboyante décoration. 

Le palais et le jardin du Luxembourg l’un des lieux les plus visités lors des journées européennes du Patrimoine

Devenu aujourd’hui le Sénat, nous avons ici le privilège d'une visite inédite à travers trois itinéraires.

L’un suit le fil de lHistoire et  les traces de ses propriétaires successifs, de Marie de Médicis à Napoléon. Le second explique les rouages de ce lieu d’exercice de la démocratie, depuis la chambre des Pairs jusqu'au Sénat d'aujourd'hui. Enfin, le dernier mène le lecteur à travers les allées du jardin du Luxembourg pour apprécier ce havre de nature ouvert à tous,

Le Sénat de la République

Un condensé de ce monument aux multiples facettes : espace botanique, mais aussi lieu de culture à travers la statuaire et le musée.

Le palais et le jardin du Luxembourg

Paru aux éditions Flammarion

Prix 30,00 € Format 29,7x29,7

Un ouvrage relié de136 pages contenant une iconographie de choix 

lundi, 07 février 2022 Écrit par

Théâtre : "Encore une fois"

Un petit coup de blues ? la comédie musicale Encore une fois est faite pour nous ...Et pour les comédiens, qui lassés de jouer et rejouer les mêmes scènes sont gagnés par la déprime. La troupe de cette "opérette ringarde" à succès ne laisse rien parâitre aux yeux du public mais  en coulisse ce n'est pas la même chanson !

 

 

Bis Répétita

Un faux film retransmet la 5 000e représentation d’une fausse opérette, médiocre mais au succès fulgurant. Entre les actes, le public assiste à des interviews, des archives et des moments volés dans les coulisses d’une tournée interminable où chacun·e tente à sa manière de briser la routine...




Encore une fois

Au Funambule Montmartre 

Jusqu'au 3 avril 2022


Du mercredi au samedi à 19h ou 21h (en alternance une semaine sur deux) et le dimanche à 16h.

Conception : Leana Durney, Davide Autieri, Robert Sandoz et Blaise Ubaldini

Distribution : Davide Autieri,  Julie Cavalli, Leana Durney, Julien Heteau, Rémi Ortega, Adrien Polycarpe ou Florent Lattuga (en alternance)

Livret et mise en scène : Robert Sandoz 

Création lumières : Faustine Brenier

Durée : 1h40

Funambule Montmartre

53 Rue des Saules

75018 Paris

mardi, 15 février 2022 Écrit par

Théâtre :"Le Rêve de Mercier"

A l'ombre de la guillotine, une histoire vraie sous la Révolution

Françoise-Thérèse de Choiseul-Stainville, jeune aristocrate française, devenue princesse de Monaco par mariage, est emprisonnée depuis plusieurs mois avec la peur d'être conduite à l’échafaud.

Quel sera leur destin ? 

Dans l'attente de sa comparution devant le Tribunal révolutionnaire, elle fait la connaissance de l’écrivain Louis-Sébastien Mercier. Son nouveau compagnon de cellule avait rêvé d'une Révolution « la plus pacifique et heureuse », 

 

Inspirée d'une histoire vraie, le Rêve de Mercier nous plonge à l'heure de la Fin de la Terreur en juillet 1794 

La Révolution a produit le pire alors que certains en attendaient le meilleur, un rêve poursuivi par Mercier qui fait une rencontre inattendue. Alors comment faire vivre une période si trouble ? C'est le pari dans lequel s'est engagé l'auteur Alain Pastor.

Un véritable challenge pour les comédiens durant cette tragédie qui se tient à huis clos. "Le sujet est captivant mais dense, les comédiens ont assuré ! nous décrit Vincent, entre un idéaliste qui refuse la réalité qui se déroule tragiquement sous ses yeux et la jeune noble, maintenue dans sa position par son éducation, qui pour rien au monde ne veut changer l'ordre établi, les dialogues sont percutants". 

Un véritable choc des cultures qui reste toujours d'actualité, un échange durant lequel les acteurs nous incitent à la réflexion. 

Pour un monde meilleur ? La question est bien encore d'actualité

Vous en jugerez par vous-même, c'est à voir à la Contrescarpe jusqu'à la fin mars

 "Le Rêve de Mercier"

Avec Séverine Cojannot et Patrick Courtois 

Jusqu'au 31 mars 2022

Les jeudis et vendredis à 19h.
Les samedis à 18h30.

Texte d' Alain Pastor

Mise en scène : Pascal Vitiello
Assisté de  : Jérémy De Teyssier 
Lumières : Thibault Joulié
Décor : Livia Ruspoli
Costumes : Corinne Pagé 

Au théâtre de la Contrescarpe

5 Rue Blainville 

75005 Paris

lundi, 07 mars 2022 Écrit par
Page 9 sur 30

S'abonner à la newsletter

Faire un don

En faisant un don vous contribuez à l'évolution de notre site qui vous apportera toujours plus de contenu

Montant
 EUR